Partagez | 
 

 Haku Kaede • Le lapin d'ébène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Autres Comptes : Kurokawa Andrew;Lucille McDowell
Messages : 151
Date d'inscription : 04/05/2014
Localisation : ... quelque part, je crois.
Couleur : #CC66CC
Fiche de Personnage
Cause de mort: Pendaison
Relations:
Capacité: Erasing eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Haku Kaede • Le lapin d'ébène   Mar 6 Mai - 1:58

Haku Kaede

Nom : Haku
Prénom(s) : Kaede
Date de naissance : 14.02
Âge : Seize ans
Sexe: Féminin
Orientation Sexuelle: Ça se mange ? °° Hétérosexuelle
Groupe Sanguin: O-
Groupe: Solitaires
Capacité : Erasing Eyes
Spoiler:
 
Cause de mort : Pendaison
Pseudo: Kohi ou Choco
Âge: Seize ans
Expérience RP: Je fais du rp sur skyrock et je suis sur deux autres forums... je fais du rp depuis 4 ou 5 ans, un truc de ce genre. '^'
Faceclaim: IA de Vocaloid ♪
Double Compte? Pas à ma connaissance non. .w.

Caractère


 
Malgré ses habitudes vestimentaires un peu étranges, il n'y a probablement pas plus féminine que Kaede. Tout ce qui est mignon ou de dernière mode, elle adore ça ! Surtout ce qui est adorable, soit les petits nœuds, les nounours, les lapins et tout ce genre de choses. Mais n'ayant personne qui lui donne une raison de se pomponner, elle n'en fait rien... bien qu'elle passe son temps à acheter des peluches : sa chambre en est pleine. Pour Kaede, il n'y en a jamais trop alors elle en rajoute, encore et encore, jusqu'à en noyer son lit, ce qui a tendance à agacer son oncle.

À cause de sa capacité, la jeune fille a tendance à s'isoler des autres par peur d'être oubliée à nouveau, bien qu'elle ait horreur d'être seule. Selon elle, c'est la seule solution puisqu'à chaque fois qu'elle se lie d'amitié avec quelqu'un, elle se sent obligée de le fuir du regard et ça intrigue, ce qui résulte toujours à la même chose. À cause de cela, elle se qualifie elle-même de lapin noir, un qui serait perdu au milieu d'une foule de lapins blancs, l'indésiré du tas. C'est à force de prendre la fuite qu'elle a commencé à devenir pessimiste et à voir la vie du mauvais côté. Analysant les événements d'abord sous leur angle négatif, il lui arrive parfois d'être un peu optimiste.

Quand on réussit à mieux la connaître, on se rend compte de sa douceur et de sa gentillesse. Finalement, elle n'est pas si peureuse qu'elle en a l'air : les histoires qui font peur, les fantômes, les zombies... elle adore ça ! La blonde pourrait en parler à longueur de journée et vous en faire trembler de peur pour certains. Regarder des films d'horreur ou aller dans une maison hantée, ce n'est pas ça qui la fera reculer, bien au contraire. Néanmoins, cela ne l'empêche pas d'avoir peur de quelque chose de bien plus moindre : l'orage. Elle en a une peur bleue et dans ces moments-là, elle est quasiment introuvable : cherchez dans un endroit étroit, un petit placard par exemple, et vous la retrouverez peut-être.

Autre élément surprenant : c'est une mordue de jeux vidéos. Surtout ceux qui vous font sursauter, ou les otome games -oui il y a un contraste énorme-. Elle passe le plus clair de son temps dans sa chambre à jouer toute la journée, voire la nuit, ou elle fait le tour de la ville à la recherche de nouveaux jeux. Si vous voulez lui adresser la parole et pouvoir maintenir une conversation avec elle, c'est l'un des meilleurs sujets de discussion que vous pourrez trouver. Pourquoi pas le meilleur ? Parce qu'il y a tant de choses qu'elle aime... les animaux, par exemple. Elle préfère presque leur compagnie à celle d'un homme parfois.

Généreuse et oreille à l'écoute sont ce qui la qualifie le mieux. Peu importe le sujet, Kaede est toujours là pour essayer d'aider de son mieux même si parfois cela tourne à la catastrophe. Quand elle a décidé quelque chose, elle est déterminée à ne pas laisser tomber et persévère, sans prendre en compte le nombre de fois où elle aura à se relever après une chute. Car oui, en plus de ça elle est maladroite comme ses pieds. Une boule jaune qui dévale une pente ? C'est elle ! On peut considérer que le sol est son meilleur ami.

Si elle apprécie donner des conseils, même en matière d'amour, elle n'a aucune expérience. Il lui est facile d'aider les autres, mais quand ça en vient à elle, impossible de deviner quoi que ce soit : elle est totalement naïve et ne conçoit pas que l'on puisse l'aimer. Alors à celui ou celle qui aura le malheur de tomber amoureux d'elle, courage, peut-être qu'un jour elle ne sera plus aussi aveugle. Néanmoins, si c'est elle qui tombe amoureuse, attendez-vous à ce qu'elle prenne la fuite une fois de plus, parce qu'elle refusera d'avoir de la peine en se faisant rejeter ou oublier.

Malgré ce côté extraverti qu'elle a, cette apparence douce, Kaede s'avère plutôt violente quand quelqu'un s'en prend à une personne plus faible que lui. Elle semble avoir plus de force qu'elle n'en a l'air, et donnerait presque froid dans le dos aux brutes avec son regard mauvais. Les coups de pied, elle connait, et n'hésite pas à en distribuer si nécessaire : néanmoins, jamais elle ne pourrait frapper un enfant, ce serait contraire à ses principes. Il lui arrive également de se moquer des autres quand ils pleurent pour un rien, alors qu'elle-même est très émotive : elle ne le montre simplement pas puisqu'elle a horreur de verser des larmes devant quelqu'un, ça touche sa fierté.

Enfin, la jeune fille a l'air d'être une personne calme et studieuse, pourtant c'est tout le contraire. Ne jamais juger un livre par sa couverture visiblement. Même si elle apprécie lire ou s'enfermer dans son monde avec de la musique, ses résultats scolaires sont plutôt moyens voire mauvais, puisqu'elle ne se débrouille bien qu'en sport. Malgré ses efforts, elle n'a jamais réussi à remonter ses notes au-dessus de 50/100, et c'est d'ailleurs l'une des choses qui pourraient la déprimer toute une journée. Pour se remonter le moral, elle s'empiffre souvent d'une dizaine de pâtisseries afin de caler son estomac et de penser à autre chose. Car oui, elle est aussi gourmande et rêveuse.

Physique


 
Kaede, une jeune fille à l'apparence si frêle que l'on aurait peur de la briser en mille morceaux rien qu'en la touchant. Ceci est probablement dû à sa peau de couleur similaire à de la porcelaine, de la même douceur que celle d'un bébé. Pourtant, elle n'en prend pas tant que ça soin : pas besoin de ces produits inutiles, non, ça ne l'intéresse pas. Comme tout être humain de base n'étant pas handicapé, elle a des bras, des jambes, un tronc, et d'autres parties du corps encore, comme le visage.

Parlons du sien, qui est entouré d'une longue chevelure de blé, virant parfois vers une couleur plus cendrée. On y aperçoit deux grands yeux roses, emplis d'une curiosité de découvrir le monde immense, ainsi qu'un nez de taille moyenne et une bouche toute fine, aux lèvres pâles. Sa taille n'excède pas le mètre soixante mais elle ne s'en plaint pas, puisque c'est la moyenne, pour un total de cinquante kilos. Ses mensurations ? Elles sont inconnues. Une rumeur dit que ce serait autour du C ou du B, mais dans tous les cas ce n'est pas important puisqu'elle ne porte pas des vêtements pouvant vraiment la mettre en valeur. Pour être honnête, elle n'en a rien à faire de son apparence puisqu'on l'oublie très souvent. Alors à quoi bon soigner sa tenue vestimentaire ?

Généralement vêtue d'une simple robe blanche ou rose pâle, elle laisse toujours ses cheveux détachés, avec seulement deux petites nattes perdues dans sa chevelure dorée. Il lui arrive parfois de mettre un short ou un pantacourt de couleur crème, avec un sweat-shirt pastel. À l'opposé, il lui arrive de s'habiller tout en noir afin de passer plus inaperçu dans les rues bien que cela fasse l'effet contraire. Seulement lorsque c'est nécessaire, elle porte également l'uniforme scolaire du lycée. Ses cils étant longs au naturel, Kaede ne ressent pas le besoin de se maquiller, de toute manière elle n'aime pas ça : ce n'est que du superflu, rien de plus.

Afin de ne pas être vue dans une rue, ou tout simplement pour éviter tout contact visuel avec quelqu'un, la petite blonde se balade souvent avec une capuche lui recouvrant la tête, ou elle met sa frange devant ses yeux pour ne pas qu'ils soient visibles. Néanmoins, lorsqu'elle utilise ses cheveux pour se cacher, les gens la regardent étrangement, comme si c'était une personne suspectée d'avoir assassiné des dizaines de personnes.


Histoire


 
Il y avait très longtemps -autrement dit seize ans plus tôt-, un 14 février, une petite fille répondant au nom de Kaede avait vu le jour. Et cette enfant, c'était moi. En me donnant la vie, maman y avait laissé la sienne, je ne l'ai donc jamais connue. Du moins, c'était ce que papa me disait. Même si je lui avais ôté la vie, il ne m'en voulait pas, il me disait qu'il m'aimait plus que tout et que j'étais sa petite poupée. Moi aussi j'appréciais papa, plus que tout au monde ! Alors que certains se moquaient de moi, lui était toujours à mes côtés, à me rassurer. Néanmoins, parfois, je ne le comprenais pas.

À l'école, les garçons adoraient m'embêter, me tirer les cheveux et tout le reste. Mais ils partaient en pleurant quand je leur donnais un coup. Chaque soir, j'en parlais à papa, et il m'écoutait attentivement en me caressant les cheveux. Les autres ne trouvaient pas ça normal que l'on soit aussi proches... mais pourtant cette chaleur entre un papa et sa fille était logique non ? Je n'allais nulle part sans lui, sans lui je n'étais plus rien... il remplaçait la maman que je n'avais jamais rencontré, celle qui m'avait permis de vivre en ce monde et à qui je devais tant. Je le savais, alors pourquoi papa ne m'avait jamais laissée aller voir où elle reposait ?

[...]

Petit à petit, il a commencé à devoir travailler beaucoup et ne venait que rarement à la maison dans l'après-midi. Il rentrait si tard le soir que je me sentais abandonnée, et je ne pouvais pas m'empêcher de pleurer. Papa me manquait terriblement, mais je devais être une gentille fille et ne pas le décevoir : sinon il allait me punir, et je n'en avais pas envie, j'avais bien trop peur. Quand il rentrait, il me prenait dans ses bras, il s'excusait de ne pas pouvoir rester à mes côtés. Evidemment, je lui pardonnais : pourquoi lui en vouloir ? Il s'éloignait pour pouvoir qu'on vive mieux, que j'ai ce que je souhaite. Mais ce que je voulais le plus au monde, c'était qu'il reste à mes côtés.

[...]

Onze ans. J'étais à présent proche de devenir une adolescente, et je faisais de mon mieux pour qu'il continue de m'aimer, qu'il soit fier de moi. Alors pourquoi tournait-il les yeux quand il me voyait ? Pourquoi ne me tapotait-il pas la tête comme avant, ou ne me racontait plus ces histoires que j'aimais tant ? Peut-être que j'avais fait quelque chose de mal qui l'avait énervé... je n'en savais rien. Un jour, alors que je venais de casser un vase, il m'attrapa par le bras et me jeta dans la cave, où il m'enferma pour trois jours pour que je réfléchisse à ce que je venais de faire. Je tremblais. Que faire à présent ? Et s'il me détestait pour toujours ?

Après cet événement, plus rien ne s'était passé. Papa agissait toujours de manière étrange, mais il était redevenu proche de moi et cela me suffisait. Sans que je n'en comprenne la raison, il n'arrêtait pas de me dire que je n'avais besoin que de lui et de personne d'autre. Il était fort possible que je n'avais pas été capable de voir à travers sa carapace ce qui aurait pu le troubler ces derniers temps... alors tout ce que j'espérais, c'était qu'il s'en remette vite et qu'il redevienne mon gentil papa, pas celui qui me retenait captive dans une pièce sombre sans me prêter attention pendant un certain temps.

[...]

Treize ans, le 15 août, un jour d'été comme les autres. Le ciel était d'un bleu radieux et la chaleur s'avérait étouffante. Pour une fois, papa était à la maison et cela me rendait plus heureuse que jamais je n'aurais pu l'être. Mais jamais je n'aurais pu croire que ce serait un après-midi différent, qui marquait une impasse dans ma vie sans détour possible. Il avait beau être ici, je ne savais pas où exactement... alors d'un pas décidé, je me mis à courir à travers la maison dans l'espoir de le trouver. J'avais le cœur léger, et j'étais bien innocente. Jamais je n'aurais pu songer à soupçonner papa de quoi que ce soit, et pourtant...

« Je suis désolé... si seulement tu n'avais pas essayé de revoir ton enfant, tu n'en serais pas là... attends un peu, je vais te permettre de la revoir. »

Ces mots sortaient tout droit de la bouche de papa, qui se trouvait dans sa chambre. Bien trop curieuse, plus que je n'aurais dû l'être, je jetai un coup d'œil à travers la porte. Dans la pièce, il y avait une femme dont le crâne semblait avoir été frappé à plusieurs reprises avec un objet contondant puisqu'il y avait du sang qui coulait. Était-ce papa qui avait fait ça ? Pourquoi ? Effrayée par la vérité, je reculai contre le mur d'en face : c'est à ce moment-là qu'il sortit. En me voyant, il afficha un air surpris qui semblait vouloir me demander ce qu'il y avait, mais en me constatant ma frayeur, il comprit immédiatement.

« Désolé Kaede, tu sais bien que papa t'aime plus que tout... mais il doit conserver ta pureté, tu comprends ? Va, tu en as trop entendu. »

J'ai essayé de courir, de m'en aller loin de papa... mais il allait plus vite que moi. En un instant, je m'étais retrouvée agrippée par ses grandes mains et il m'avait embarquée dans une autre pièce. Il n'hésitait pas dans ses gestes, moi qui pensais qu'il m'aimait pourtant ! Il aurait pu montrer un peu d'amour, ou même regretter ce qu'il comptait faire et empêcher le drame d'arriver ! Mais non, il regardait la scène d'un air impassible, comme si cela ne lui faisait absolument rien de voir son enfant souffrir, celle qui l'avait tant aimé, qui avait attendu chaque jour son retour avec impatience et qui avait tant souhaité le rendre fier.

Oui, il m'avait regardée mourir après avoir provoqué lui même ma mort. Il m'observa agoniser au bout d'une corde accrochée à une poutre au plafond, analysant la manière dont je me débattais pour survivre. Respirer devenait trop difficile, tout commençait à s'assombrir autour de moi. À force de tenter de desserrer cette chose autour de mon cou, mes doigts avaient commencé à saigner. Les larmes coulaient de mes yeux, j'avais tellement mal... et je lui en voulais tellement pour cette trahison. Au fond, je savais qu'il était impossible que quelqu'un vienne me sauver, mais j'avais l'impression que ce qui arrivait était de ma faute.

« Pa...pa... je suis... déso...lée... »

Ce furent mes dernières paroles, toute trace de vie quitta mon corps en ce jour d'été. Comme si rien ne s'était passé, je me réveillai dans mon lit, le 15 août de la même année. Déterminée à raconter ce cauchemar à mon papa, mais malheureusement ce fut le mauvais choix et cette boucle de souffrance infernale se répéta à chaque fois. Même en tentant de courir vers différents endroits, différentes pièces de la maison, il finissait toujours par me retrouver comme s'il me repérait en sentant ma peur de mourir à nouveau. Le nombre de fois où j'avais ressenti la douleur de cette corde autour de ma gorge ? Je ne le savais pas, mais c'était déjà trop.

Il fallait que je fasse quelque chose pour arrêter tout ça, je n'en pouvais plus. Toute cette haine accumulée par mon décès répété avait noirci la partie du cœur dans laquelle se trouvait papa, je n'arrivais plus à lui trouver la moindre excuse. Non je n'avais pas été méchante, je n'avais pas fait de bêtise... c'était de sa faute. Maintenant que je l'avais réalisé, j'étais déterminée à ne pas mourir ce 15 août-ci : j'allais vivre, coûte que coûte. Faisant comme d'habitude, je l'appâtai en l'espionnant, mais mes émotions étaient différentes de la première fois. On pouvait lire sur mon visage que j'allais enfin sortir de ce cauchemar.

Il me poursuivit, comme à son habitude : mais j'étais armée, et plus rapide qu'avant. Je me cachai dans un placard, attendant qu'il cherche dans les parages pour le prendre par surprise. Quand il passa devant ma cachette sans se soucier de quoi que ce soit, je serrai dans mes petites mains le marteau que j'avais préparé pour l'occasion. De sa voix cruelle, il m'appelait dans l'espoir que je pointe le bout de mon nez comme une petite fille obéissante, celle que j'étais autrefois avec lui. Cette enfant aimante qui ne pouvait pas vivre sans son papa. Evidemment, je m'exécutai, mais pas dans les mêmes intentions que celles qu'il pouvait espérer. Ne m'ayant pas vu sortir, il continua d'avancer.

« Kaede... sois une gentille fille et viens voir Papa... allez, viens. »
« Papa... je suis désolée. Mais cette fois, je refuse de mourir. »

Malgré tout ce qu'il avait pu me faire subir tous ces 15 août, je n'avais pas pu m'empêcher de pleurer sur l'instant. Je me souviens avoir levé le marteau sous son air effrayé, puis plus rien. Un grand trou noir dans ma mémoire... la scène qui me revient ensuite, c'est papa, baignant dans son propre sang, avec le marteau à côté de la tête. Après ça, tout est devenu noir. Quand je me suis réveillée, je n'étais plus dans mon lit habituel... non, j'étais autre part, un lieu que je ne connaissais que très peu. De toute ma vie, j'avais dû y aller une fois, par conséquent je n'avais pas pu reconnaître le propriétaire des lieux au premier abord.

« Enfin réveillée ? J'ai préparé le petit-déjeuner. Tu viens ? »

Aussitôt, je me dirigeai vers la fenêtre du salon : la ville. Dehors, ce n'était plus la campagne paisible dans laquelle je vivais, mais un endroit entouré de grands bâtiments. Tout ce qui était arrivé n'était alors qu'un rêve ? Pendant quelques temps, j'avais refusé d'adresser la parole à celui qui m'avait recueillie, qui n'était nul autre que mon oncle, le frère de papa. Il ne me parle jamais de lui, et esquive le sujet sans arrêt. Depuis ce temps, je n'ai jamais su ce qui lui était arrivé et malgré toutes les recherches faites pour trouver des traces de lui, il n'y avait rien. Décidant que ce serait un bon moyen pour recommencer ma vie, j'acceptai de faire confiance à mon nouveau tuteur, qui devint par la suite mon seul et unique confident.

[...]

J'ai réussi par la suite à grandir "normalement", grâce à l'aide de mon nouveau père. Mais depuis ce rêve étrange, quelque chose semblait avoir changé en moi, quelque chose de visiblement assez important. Mon cas me rappelait souvent une histoire mon vrai père me racontait. C'était à propos d'un lapin, qui se faisait souvent embêter par ses camarades de classe et cela le rendait triste mais qui, un jour, avait rencontré un enfant tout aussi détruit : ils étaient devenus amis par la suite.

J'avais beaucoup apprécié cette histoire, mais la fin n'en était pas moins déprimante et ressemblait beaucoup à ce qui m'arrivait : le petit garçon finit par oublier le lapin qui l'avait tant aidé. Et, étrangement, tout le monde avait du mal à se souvenir de moi... même mon oncle parfois. C'est alors que j'ai compris que d'un simple regard, je pouvais me faire disparaître des souvenirs de quelqu'un. Afin d'être certaine que mon tuteur ne m'oublie pas lui aussi, j'avais décidé d'écrire sur un blog tout ce qu'on faisait ensemble, chaque jour, dans l'espoir qu'un jour je puisse contrôler ce pouvoir troublant, qui gâchait un peu mon quotidien.




code by Jess

Revenir en haut Aller en bas


avatar

Invité

Invité
MessageSujet: Re: Haku Kaede • Le lapin d'ébène   Mar 6 Mai - 7:16

Re welcome to my womb \o/ (oui je lis des fiches à 7h du mat c'est normal)
Ton perso est sympa et tout, ta capacité aussi o/ Bon courage pour l'utiliser en rp :') Je te valide \o/ Va mon petit lapin, va~
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Invité

Invité
MessageSujet: Re: Haku Kaede • Le lapin d'ébène   Mar 6 Mai - 8:33

-mince Pisces m'a devancée cette fois...-
j'aime beaucoup ton perso!
et bienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Kirisaki Haku ; Maekawa Amber
Messages : 230
Date d'inscription : 11/01/2014
Localisation : Là ou y a des nendoroids (๑•̀ㅂ•́)و✧
Couleur : FF6600
Fiche de Personnage
Cause de mort: Chute dans les escaliers
Relations:
Capacité: Linking Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hinata Misaki

Mascotte ©

MessageSujet: Re: Haku Kaede • Le lapin d'ébène   Mar 6 Mai - 8:48

Ah on a tous perdu.
Bref bienvenue et j'aime ton perso.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Invité

Invité
MessageSujet: Re: Haku Kaede • Le lapin d'ébène   Mar 6 Mai - 9:07

Bienvenue à nouveau du coup~.
Kaede est toute mignonne ! \o/ .. Enfin. J'aime bien ta façon d'écrire aussi. *Lancé de pailettes*
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Kurokawa Andrew;Lucille McDowell
Messages : 151
Date d'inscription : 04/05/2014
Localisation : ... quelque part, je crois.
Couleur : #CC66CC
Fiche de Personnage
Cause de mort: Pendaison
Relations:
Capacité: Erasing eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: Haku Kaede • Le lapin d'ébène   Mar 6 Mai - 13:19

Merci beaucoup ! o/ ♥

__________

CV : Atsumi Tanezaki [Hiiragi Yuka pour le chant]


Omg thanks Miku ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Haku Kaede • Le lapin d'ébène   

Revenir en haut Aller en bas
 
Haku Kaede • Le lapin d'ébène
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kagerou Project RPG :: ADMINISTRATION :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: