Partagez | 
 

 doppelgänger ∆ ft. akira

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Autres Comptes : Kitamura Rui
Messages : 112
Date d'inscription : 29/08/2014
Couleur : #C5C6DC
Fiche de Personnage
Cause de mort: Suicide intra-familial
Relations:
Capacité: Vivacity Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: doppelgänger ∆ ft. akira   Mer 17 Sep - 20:11



YOU WALK IN THAT CRUAL WORLD
WHERE NOBODY SAY A WORD

SO I'M GOING TO TAG FOR YOU
AKAME DAN WILL TARGET YOU
T’en avais eu marre. De tout. Déjà, tu t’étais pris la tête avec Uso pour la énième fois et devant Bankichi en plus. Ensuite, tu t’étais planté dans un tag et l’avait rageusement rayé avant de te dire que t’aurais pu le corriger, et ensuite, tu savais pas quoi faire. La ville était bien trop bondé aujourd’hui, comme souvent. En plus de la chaleur insoutenable – pour ça que tu ne portais pas ton masque et l’avait autour du cou, tu ne trouvais aucun distributeur capable de te ressourcer. Toutes les bouteilles d’eau étaient parties et les supérettes étaient assaillies parce que la climatisation marchait à merveille. C’était franchement usant. En plus, tu pouvais pas piffrer le nouveau venu. T’avais l’impression de te revoir quand t’étais plus jeune. Quand tout allait bien, quand tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, comme on dit.

Marchant en direction du cimetière, tu te disais que ce n’était pas une mauvaise idée de passer saluer ta mère, après tout. Ca faisait longtemps, t’avais été trop occupé avec l’Akame Dan pour penser aller apporter des fleurs. Ca faisait combien d’années déjà ? Trois ? Quatre ? Deux ? Tu vois, même pas capable de t’en souvenir convenablement, espèce d’idiot. Passant chez un fleuriste assez occupé, tu piquais un bouquet de lycoris exposé à l’extérieur. C’était sa faute s’il ne surveillait rien. Tiens, c’était des fleurs de mariage qu’il avait dans les mains … Tu ne pus retenir un rire. Être stalké par de jeunes mariés, ça devait être l’horreur. Mais à quoi tu pensais même ? Tch.

Arrivant à l’entrée du cimetière, tu levas la tête vers le ciel. Oh, si ce n’était pas des nuages gris là-bas. Ambiance cliché d’ailleurs. Soupir. Tu te dirigeais mollement vers la tombe de ta défunte mère pour déposer les fleurs et t’agenouiller pour prier. Et dire que même en faisant parti de l’Akame Dan, tu le faisais … Pas souvent, mais tu le faisais. Et il ne fallait que personne ne le sache. T’aurais l’air de quoi sinon ? Ils étaient sans pitié là-bas. Sauf lui, là, mais tu pouvais pas l’avoir dans ton champ de vision.

Et bien sûr, t’avais parlé trop vite. Evidemment, il ne fallait pas que tu penses ce genre de choses ou ça arrivait, comme d’habitude. Vie pourrie. Triturant les bords de ton masque, tu fis comme si tu ne l’avais pas entendu. Après tout, tu n’avais pas pris la peine de relever la tête pour l’identifier, tu t’en foutais un peu. Parlant distraitement à la tombe de ta mère, tu lui racontais ce que tu étais devenu, qu’elle ne devait pas en être fière mais que c’était ton choix, qu’elle n’y pouvait rien. Elle ne pouvait rien faire de tes mains tâché de sang désormais. Parce que tu t’amusais à les voir comme ça. Sauf que ce ne fut pas long, tu te relevas prestement pour faire face à la personne quelques mètres plus loin. … Oh non. Pas lui. Pas maintenant. Il te voulait quoi, hein ?

« … Quoi ? Tu veux ma photo ? Ca t’étonne que je parle à une pierre peut-être ? J’te jure que si tu dis ça aux autres, je te fais déguster. »

Le pauvre, il t’avait rien fait, mais c’était ton sosie de ton toi passé, et tu ne le supportais pas.



CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : mitsuhide bankichi & haruhira shige
Messages : 67
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 20
Localisation : *aime coller aoki*
Couleur : slategray
Fiche de Personnage
Cause de mort: hémorragie interne (coup de batte dans le crâne)
Relations:
Capacité: retenaing eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hidefusa Akira

Machine à feels

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Jeu 18 Sep - 10:00

Tu ouvres lentement les yeux dans un noir total et une chaleur étouffante. Sous la couverture de ton lit, en somme. Et tu n'avais même pas chaud. Paresseusement, tu découvres ton visage de ta couette pour que la luminosité de ta chambre d'aveugle un moment. Tu jettes un coup d'œil à ton réveil. Onze heures et demi... Encore une fois, t'as beaucoup trop dormi. Il est trop tard pour aller en cours, et tu n'allais sûrement pas profiter de ton temps libre pour retourner dans ce qui allait probablement être ta future tombe. Tu réfléchis un peu. Tu pourrais te recoucher, mais tes parents veulent que tu sortes un minimum pour prendre l'air. Mais où est-ce que tu pouvais aller? Pas comme si t'avais quelque chose à faire, de toute façon personne pouvait t'accompagner, t'avais plus personne — pas question d'aller en cours juste pour l'après midi cependant, t'avais juste pas envie. Tu t'habilles d'un pull aux manches un peu trop grandes et d'une écharpe couvrant ton cou avant de replacer ton eye-patch avec un soupir. Tu salues tes parents simplement et tu ouvres la porte, pas vraiment sûr de toi mais bien obligé. Tu jettes un coup d'œil plutôt confus aux alentours — woah, t'es vraiment perdu quand tu dois prendre un chemin autre que celui menant au lycée. Ah — t'allais peut-être trouver quelqu'un au cimetière. ... Comment ça, c'est pas sain d'esprit? Faut pas le dire, c'est censé être un secret.

Tu te faufiles entre les rues, pas si pleine que ça puisqu'en pleine horaire scolaire — les gens sont occupés à travailler ou étudier. Et ça t'arrange bien, tu serais pas obliger d'involontairement causer des problèmes à quelqu'un. Avec de la chance, tu pourrais même passer une journée paisible! ... Nan je déconne, t'as cru quoi sérieux? Un nouveau soupir, rien qu'en imaginant la journée de merde que t'étais sûr de passer. T'aurais du aller te recoucher, ça t'éviterait de penser des trucs du style « J'aurais pas du me lever ». Oui parce que t'y pensais déjà alors qu'il ne s'était rien passé de spécial là. Triste, hein? Parce que connaissant ta chance, il t'allait forcément t'arriver une merde — Bankichi allait voir que t'es pas allé en cours et que t'étais parti faire autre chose plutôt que de te faire tabasser par sa personne, ou tu croiserais quelqu'un et ça finirait mal, ce genre de connerie. D'façon dans ta tête ç'allait toujours mal finir, alors autant arrêter de t'imaginer des centaines de scénarios et te contenter de suivre le fil de la vie. Le destin, quoi. Tu te tiens les bras en essayant de te réchauffer. Sérieux tu passes pour un fou à porter des dizaines de couches de vêtements. En même temps, le ciel se fait menaçant, il va probablement se mettre à pleuvoir — seulement si tu restes assez longtemps dehors pour faire qui-sait-quoi. Tu jettes des coup d'œil stressé à chaque coin de rue. Raaah, pourquoi est-ce qu'ils sont tous déscolarisés aussi dans ce groupe bidon?! Le seul qui était vraiment incrusté dans la vie active, c'était le plus âgé de tous... Tanaka Yu, que tu crois. Et sa capacité était terrifiante, heureusement qu'il porte des lunettes la plupart du temps, tu sais pas ce qui t'arriverait s'il faisait ça sur toi.

Tu arrives devant le cimetière, les mains vides — putain mais quel con. T'avais tellement eu peur des autres tarés que t'en avais oublié de ramener des fleurs. Tu avances timidement, pas vraiment confiant. Le cimetière, c'est le seul réel endroit où tu vas, c'était évident qu'on allait te trouver ici. En fait t'étais vraiment trop con, heureusement que les notes ne font pas l'intelligence — et encore c'est juste parce que tu triches. Tu te murmures à toi un « ... Désolé. » comme si tu parlais quelqu'un. En fait t'es persuadé que Chiaki et Akina t'entendent, tellement t'es con. C'est pas comme si t'étais vraiment croyant, tu faisais juste comme tous les japonais. Tu jettes un coup d'œil au cimetière, qui semblait vide au début. Mais en prêtant une oreille attentive, tu pouvais entendre une voix que tu connaissais plus ou moins et que tu ne voulais surtout pas entendre. Quand je disais que t'avais pas de bol. Tu avances d'un pas léger et se voulant discret, pour voir une touffe de cheveux blancs. Oh non non non non non. Pas maintenant, si? C'était.... Motoharu... Aoki? T'avais pas voulu te souvenir de son nom mais c'était gravé dans ta mémoire, dommage hein? Qu'est-ce qu'il fait ici? ... Ah, il a perdu quelqu'un, lui aussi? Ça paraît logique mais tellement humain, pour un type comme lui. Apparemment tu n'es pas si discret que tu le pensais, puisque tu sens le regard plus ou moins haineux du faux albinos sur toi, ce qui te fait baisser les yeux.

« … Quoi ? Tu veux ma photo ? Ca t’étonne que je parle à une pierre peut-être ? J’te jure que si tu dis ça aux autres, je te fais déguster. » Pourquoi ça te choque même pas? D'ordinaire t'aurais flippé grave mais là pour le coup, c'était rien. T'étais habitué à ce comportement violent alors tu ne réagis pas. Tu te contentes de réfléchir. Tiens, c'est des lycoris sur la tombe... Hey, c'est pas des fleurs pour les mariés ça? Plein d'idées se mettent à fleurir (ahem) dans ta tête, toutes aussi improbables l'une que l'autre, quand il aurait juste pu prendre quelque chose au hasard. Si je voulais ta photo, je me serais contenté de me teindre les cheveux et de prendre une photo... C'est ce que tu aurais répondu il y a trois ans de cela. Aujourd'hui, lever la voix ressemblait à une épreuve et c'est à peine si ta voix est audible. Oui parce que — c'est important de préciser que vous vous ressemblez comme deux gouttes fléau. Il était exactement pareil que toi, si ce n'est qu'il est plus petit, qu'il s'est teint les cheveux (probablement) et que lui avait toujours son œil gauche. Peut-être que c'était pour ça qu'il semblait agressif envers toi? Quoique c'est l'Akame Dan, il doit agir de la sorte avec tout le monde... « Non... Je euh... C'est normal... Je trouve... » On sent l'assurance en toi quand même hein. Tu perds un peu tes moyens, tu sais que si tu dis quelque chose de trop tu vas te faire tuer. « Désolé... » Oui oui, tout le monde sait qu'essayer de s'attirer la pitié marche toujours, surtout sur une personne violente.

__________

LOVE SUR TOI FUMI:
 
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Kitamura Rui
Messages : 112
Date d'inscription : 29/08/2014
Couleur : #C5C6DC
Fiche de Personnage
Cause de mort: Suicide intra-familial
Relations:
Capacité: Vivacity Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Jeu 18 Sep - 18:34


Tu n’attendais pas vraiment de réponse de sa part. De toute façon, s’il essayait de lever un peu la voix contre toi, tu n’allais sûrement pas te gêner pour l’envoyer valser contre une pierre tombale. C’était solide ces choses-là, elles avaient rien à craindre. Lui en revanche … Soupir. Jetant un coup d’œil aux fleurs rouges qui ornait la tombe de ta mère, tu souriais doucement. Après tout, c’était les fleurs qui ornaient le chemin des Enfers menant à la réincarnation. Tu gardais une toute, petite part d’humanité en toi, un espoir qu’elle revienne peut-être ? Mais c’était impossible, évidemment …

« Non... Je euh... C'est normal... Je trouve... Désolé... »

… Tant mieux pour lui, sa tête n’allait pas se décrocher de son corps aujourd’hui. C’est fou comme il t’horripilait. Tu avais tellement l’impression de te voir, il y a quelques années. Toi aussi tu étais faible, tu ne parlais pas beaucoup. Franchement, la seule chose qui te raccrochait à la réalité quand tu le voyais, c’était sa taille. Il était plus grand. Toi aussi avant, tu rêvais d’être aussi grand, pour que ton meilleur ami arrête de se moquer de toi. Sauf que non. Non. Tu ne voulais pas t’en souvenir. A quoi bon ? Ca ne rimait plus à rien. Mais son image constante sous tes yeux faisait bouillir une haine envers lui. Akira hein … Il n’avait rien fait pour que tu le traites ainsi, mais c’était plus fort que toi. Tu trouvais ça idiot, lâche même, mais tu avais l’impression de rester ancré dans le passé à chaque fois que tu croisais son regard.

En même temps, tu ne faisais pas grand-chose pour essayer de le voir autrement. Tu le considérais un peu comme ton souffre-douleur. Tu te déchaînais sur lui quand tu explosais de rage, tu l’insultais quand tu n’étais pas d’humeur … Oui, c’était pitoyable de ta part, complètement immature, mais tu t’en fichais. S’il n’était pas content, il n’avait qu’à se plaindre. Pas sûr que tu l’écouterais, mais bon. Pour ce qui était de la hiérarchie, il n’était pas plus haut placé que toi, si ? Au pire tu n’en avais pas grand-chose à faire, tu te fichais bien du bras droit de Bankichi, alors lui …

« Laisse tomber. », fut les seuls mots qui te vinrent à l’esprit.

Comme si tu n’avais que ça à faire, de t’occuper de lui. Tu voulais juste être tranquille, rien qu’une fois. Surtout ici. Machinalement, comme pour l’éviter, tu arrangeais correctement la tombe de ta mère, le visage neutre, impassible. Tiens, t’avais presque oublié le cadre au coin. Il avait pris la poussière avec le temps. Pas très intéressant et plutôt désolant, même. Prenant un lycoris entre tes doigts, tu te redressais pour regarder Akira du coin de l’œil.

« Tu veux quoi ? C’est Bankichi qui t’envoie ? »

Si c’était le cas, t’allais pas apprécier. Pas maintenant. Tu ne voulais pas. Trop occupé, apparemment …
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : mitsuhide bankichi & haruhira shige
Messages : 67
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 20
Localisation : *aime coller aoki*
Couleur : slategray
Fiche de Personnage
Cause de mort: hémorragie interne (coup de batte dans le crâne)
Relations:
Capacité: retenaing eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hidefusa Akira

Machine à feels

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Jeu 18 Sep - 22:23

Tu lèves discrètement les yeux pour voir un sourire dessiné sur le visage de l'albinos. ...? Tu n'oses pas t'approcher pour lire ce qui est gravé sur la pierre tombale faisant face à Aoki. Pas besoin d'être malin pour deviner qu'il est d'humeur massacrante, un seul faux pas et c'est quelque chose qui équivaut à une séance de torture — encore. Tu n'oses même pas lever les yeux, à vrai dire. Quel courage, félicitation. Du coup, tu te retrouvais là, seul face à quelqu'un qui t'effraye, et pas qu'un peu. Comme tous les types du groupe, il est violent, impulsif et probablement pas très sain d'esprit. Enfin, pas « probablement » d'ailleurs, t'en es persuadé. Et ça risque d'être très dur de te convaincre du contraire, surtout si Motoharu lui-même ne fait aucun effort. « Laisse tomber. » Oui, comme d'habitude, pas comme si c'était quelque chose que tu n'avais jamais fait. Tu hausses légèrement les épaules, ne voulant de toute façon pas t'incruster dans sa vie privée, tu n'aurais pas voulu qu'on te fasse de même. Oui, tu vis avec des tarés autour de toi mais tu appliques quand même ce fameux proverbe « Ne fait pas aux autres ce qu'on ne voudrait pas qu'on te fasse ». Quelque chose qui te semble quelque peu oublié dans l'Akame Dan — quoique Bankichi est tellement taré que même s'il se ferait battre à mort ça lui plairait. Pourquoi t'es tombé sur une bande de taré, sérieux...

Tu remarques à peine qu'il réarrange la tombe devant lui, la personne en dessous devait vraiment lui être important, un acte d'humanité de la part d'un pseudo-monstre comme lui était quelque peu adoucissant, tu te disais que certains n'étaient pas aussi horrible qu'ils pouvaient y paraître. Peut-être que le seul taré, c'est Bankichi, après tout. Mais qu'en sais-tu — même si tu n'es pas non plus un « nouveau », c'est pas comme si t'étais proche d'un des membres ici. Nan, on ne confie pas à son playmobil sa vie, à moins qu'on soit vraiment désespéré. On ne te dit jamais rien, toi. Dans un coin où t'es invisible, t'es obligé de porter une oreille attentive lorsque tu es avec Bankichi. Et encore, c'est rare que tu comprennes quelque chose, la plupart du temps les coups de plus tôt t'avais rendu sourd pour la demi-heure à suivre, trop concentré à reprendre ton souffle et à te calmer. Et si seulement il te laissait une demi-heure de pause. « Tu veux quoi ? C’est Bankichi qui t’envoie ? » Le simple fait d'entendre « Bankichi » te donne des frissons peureux, et tu te mets à trembler parce que tu repenses à ce qu'il t'avait forcé à endurer depuis tout ce temps. Et tu repenses à Chiaki aussi. Tu sens une boule se former au niveau de ta gorge, cette chose que t'as quand t'as envie de pleurer. Tu te retiens les bras à nouveaux, te forcent à te réchauffer, comme si avoir chaud t'empêcherait de pleurer.

« N-Non... J-Je suis juste venu ici parce que je—voulais pas aller au Q.G... » Oui t'as pas du tout l'air effrayé. C'est ridicule de voir comment une simple personne pouvait te faire frôler la crise de panique. Faut dire que ce type a tué ton meilleur ami, et pas de la manière la plus douce qui soit. Tu le sais, tu t'en souviens. De tous les détails, chaque recoin de la photographie. T'avais envie de te lamenter sur lui pour le coup mais tu te retiens, ravalant ta salive et poussant un profond soupir pour te calmer comme tu pouvais. T'as tellement envie de lui demander ce qu'il fait penser mais le nombre de tombe ici est plutôt nombreux, connaissant les tendances violentes de l'albinos, il pourrait très bien te les faire manger une par une en te laissant à moitié mort accroché à un poteau ou un pique du portail du cimetière. Ouais, il te tuerait pas, ça serait trop beau, si? Quoique vu la preuve d'humanité qu'il venait de faire, peut-être acceptera-t-il d'abréger tes souffrances? Nan mais faut pas abuser des conneries, ce mec ne t'aime pas, ça se voir à deux cents kilomètres à la ronde. « Je voulais juste passer le bonjour à quelqu'un et rentrer chez moi... » Ça semble murmuré mais au fond, tu demandais qu'il ne te fasse pas de mal — juste qu'il comprenne un peu la merde dans laquelle t'es si Bankichi apprend que t'es là. La pitié, la pitié.

__________

LOVE SUR TOI FUMI:
 
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Kitamura Rui
Messages : 112
Date d'inscription : 29/08/2014
Couleur : #C5C6DC
Fiche de Personnage
Cause de mort: Suicide intra-familial
Relations:
Capacité: Vivacity Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Jeu 18 Sep - 22:59


Tu as cru. Tu as vraiment cru qu’il allait se mettre à pleurer. A se recroqueviller et à se cacher, t’en avais presque la certitude. Ca t’aurais même fait sourire comme un taré, toute ta démence se serait extériorisé, comme d’habitude. Mais pas cette fois. Tu te sentais même pas de lui lancer ce sourire inquiétant qui voulait dire ‘tiens, j’ai envie que tu sois mon punching-ball aujourd’hui’. Rien. Tu le fixais, tout simplement. C’était horrible comme tu avais envie de le secouer en lui demandant pourquoi, pourquoi il s’acharnait à te rappeler sans cesse ton passé. Mais il n’aurait sûrement pas compris. Et tant mieux, d’un côté.

« N-Non... J-Je suis juste venu ici parce que je—voulais pas aller au Q.G... »

… Dommage. Game Over. Il venait de briser une de ses obligations, là. Ah, tu aurais fait n’importe quoi pour le dire à Bankichi, qu’il était juste en face de toi pour le fuir, pour l’éviter. Et à son retour, il allait être passé à tabac. C’aurait été tellement bien ! Tu aurais sûrement pensé comme ça si ta tête n’était pas préoccuper par autre chose. Aucune expression ne voulait traverser ton visage. Ça te faisait bizarre, tu avais l’impression d’être mort à l’intérieur. Décidément, saluer ta mère ne t’arrangeait sérieusement pas. Mais ça te soulageait, d’une certaine manière. C’était peut-être ça qui t’empêchait de lui éclater la figure contre la pierre qui était derrière lui. Oui, sûrement.

« Je voulais juste passer le bonjour à quelqu'un et rentrer chez moi... »

Sans même passer au QG ? Le pauvre. Il ne savait pas ce qu’il manquait. Littéralement, il ne savait pas que c’était plus sain pour son corps d’y aller que de l’éviter. Il aurait moins de contusions que maintenant. Ou de blessures. Mais tout ce que tu fis, c’est hocher la tête. Décidément, un calme olympien avait pris la place de ta folie meurtrière. C’était sûrement plus effrayant, non ? Mais plus tu le regardais, plus tu te sentais mal. T’arrivais presque à avoir pitié de lui. Il te rappelait ton toi d’antan, mais toi, tu avais un ami à ce moment-là. Lui, tu ne savais pas. S’il en avait un, ça aurait été une faiblesse. Pas de chance. Faisant tournoyer le lycoris entre tes doigts, tu le fixais toujours de cet air neutre.

« Hm. Tu sais que si Bankichi l’apprend, t’es mal barré ? Tu te feras encore latter la tronche. Ou pire. »

Fourrant la main dans ta poche, tu effleuras ton portable. Le faire, ne pas le faire ? Tu ne savais pas. La seule chose que tu savais, c’est que ta mère devait être pas mal dégoûtée de ce que tu étais devenu. Tu martyrisais un gosse et c’était de la méchanceté gratuite en plus, il n’avait rien cherché. Tu le plaignais. Peut-être même que tu avais un peu pitié de lui. Le voir se faire massacrer et laissé à moitié mort dans un coin du Q.G t’attendrissait presque. Si toi aussi tu ne le faisais pas. Sauf que si, tu le faisais, et de plus en plus souvent. Tu avais envie de déformer son visage pour oublier. Pour te dire que tout ce qui s’était passé avant n’était qu’un mauvais rêve et qu’il n’existait pas. Akira, c’était ton échappatoire. Mais il en payait le prix. Et toi aussi, parce qu’au lieu d’oublier, tes souvenirs se faisaient plus vivaces.

« Ou peut-être que tu préfères que ce soit moi qui le fasse ? … Ouais non, fais comme si j’avais rien dit. Je lui dirais rien. Pas tant que l’autre aura des mitraillettes à la place des yeux. »

Oui, tu parlais de ta mère. Tu passais sûrement pour un fou, Aoki, le psychopathe qui voyait les morts. Non. C’est juste que tu t’en doutais. Ca ne la ravivait sûrement pas alors autant jeté l’éponge, surtout dans un cimetière. Ce serait bête de déranger le sommeil éternel de ces gens. … Non, pour de vrai, t’en avais rien à foutre.
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : mitsuhide bankichi & haruhira shige
Messages : 67
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 20
Localisation : *aime coller aoki*
Couleur : slategray
Fiche de Personnage
Cause de mort: hémorragie interne (coup de batte dans le crâne)
Relations:
Capacité: retenaing eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hidefusa Akira

Machine à feels

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Sam 20 Sep - 7:42

Tu le vois juste hocher la tête. Bizarrement, l'agressivité dont il avait fait preuve au début semblait quelque peu tassée, même si tu sais très bien qu'il ne t'aime pas vraiment. Quant à pourquoi, tu ne sais pas vraiment, peut-être que t'as juste une tête-à-claque. Ça serait pas une nouveauté de toute façon. Honnêtement, tu savais pas si tu préfères son calme à sa violence. Un peu chelou dit comme ça mais faut dire de voir quelqu'un qui te tabasse dans un état aussi neutre était un peu effrayant pour toi. De toute façon, qu'est-ce qui te fait pas peur toi? « Hm. Tu sais que si Bankichi l’apprend, t’es mal barré ? Tu te feras encore latter la tronche. Ou pire. » “Encore”. “Ou pire”. T'as du mal à trouver pire que se faire crever l'œil. Se faire amputer de la manière la plus barbaresque qui soit? M'ouais... À moins que ça te tue, tu pouvais t'en passer. C'est pas comme si tu pouvais prévoir ce que Bankichi allait te faire, trop malade pour ça. Tu vois Aoki fouiller sa poche — oh non, non, non. Il va lui dire, hein? Ah, prévisible, en fait. T'aurais voulu lui demander de pas le balancer, justement, mais quel pouvoir tu avais sur lui? Autant qu'une marionnette a sur le marionnettiste. Tu te contentes de soupirer. « J'ai l'habitude. » tu te contentes de répondre. Quoique, tu dis ça mais si tu pouvais éviter de te faire tabasser ça t'arrangerait, et pas qu'un peu. T'en as un peu marre d'être obligé de cacher tout ça a tes parents, comme si t'es bandages sur les bras ne suffisent pas.

Aoki fourre ses mains dans ses poches — oh non. Non non non non.  Bah, c'était trop beau pour être vrai, c'est pas comme si t'avais espéré que l'albinos fasse preuve de pitié envers l'être aussi pathétique que tu es. La journée était probablement aussi nulle que tu l'avais prévu, mais pour le coup, tu voulais vraiment te faire tabasser deux fois dans la même journée — enfin deux fois plus. Bon sang, t'aurais pas du sortir, t'aurais du faire genre que t'étais en cours... Tu soupires, comme si tu acceptais la seule et unique voie qui se présentait à toi. « Ou peut-être que tu préfères que ce soit moi qui le fasse ? » Tu sursautes. « … Ouais non, fais comme si j’avais rien dit. Je lui dirais rien. Pas tant que l’autre aura des mitraillettes à la place des yeux. » Les larmes te montent presque aux yeux - à l'œil, tellement t'es heureux qu'il te fasse quelque chose d'aussi... gentil? Ça lui ressemblait tellement pas. Et toi, t'as presque l'air heureux tellement tu te sentais moins en danger. En fait, tu ne sais pas si tu préfères qu'Aoki soit ton bourreau ou pas. Les deux faisaient mal, trop mal pour ton pauvre corps de (faux) intello. Quoique les coups de l'albinos étaient plus haineux et beaucoup plus rapide — considèrent sa capacité, meh. Tu te demandes un peu ce qui le pousse à agir aussi neutre ment envers toi, mais qu'importe, pour l'instant t'es vivant.

« M-Merci...! » Wah, t'es pas encore complètement brisé, t'arrives encore à exprimer un semblant de joie. T'es bien trop content que le plus petit ne te balance pas, tu sais que de toute façon tu gagnes juste du temps — si ça se trouve, Bankichi est déjà au courant que tu sèches en réalité... Oh ça ne t'étonnerait même pas. En attendant, tu étais quelque peu intrigué par 「 l'autre 」dont Aoki avait parlé. T'as pas envie de lui poser une seule question cependant, aussi étrange que cela puisse paraître, malgré l'acte de gentillesse dont il venait de faire preuve, t'es encore peureux et de toute façon, c'est probable que c'est juste pour profiter de ton état après. Genre, de la trahison, il fait genre d'être sympa pour mieux te blesser après. Un peu inutile, vu le nombre de fois où il t'avait blessé, t'as arrêté de compter y'a très longtemps de cela. Urgh — tu ne sais plus, t'arrivais tellement pas à croire que ton bourreau avait « retardé » ce qui était devenu ton quotidien. Oui parce que si c'est pas pendant les horaires scolaires, ce sera forcément ce soir — cette nuit, qui sait. Tu fais un, deux, trois pas timides pour t'approcher de ton sosie. Ah, ah, t'as pas demandé la permission, il va probablement te tuer. Faut dire que pour le coup, t'as l'impression de faire face à une autre personne, peut-être que l'effet d'avoir visiter — et de toujours y être — le cimetière l'avait... apaisé? Tu laisses tout de même un bon demi-mètre d'écart entre vous deux, juste au cas où.

__________

LOVE SUR TOI FUMI:
 
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Kitamura Rui
Messages : 112
Date d'inscription : 29/08/2014
Couleur : #C5C6DC
Fiche de Personnage
Cause de mort: Suicide intra-familial
Relations:
Capacité: Vivacity Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Sam 20 Sep - 16:45


Même ton élan de gentillesse te donnait presque la nausée. C’était tellement pas commun venant de toi, de laisser ton souffre-douleur en un seul morceau alors qu’il était juste en face, à ta merci. Mais non. Pourtant tu adorais. C’était grisant d’entendre ses plaintes sous tes coups, de le voir pleurer en te suppliant, d’entendre ses os craquer et se déplacer alors que tu le frappais encore plus fort pour les lui remettre en place. Tu aimais lui faire mal, t’avais l’impression de briser ton ancien toi, de le faire disparaître. Mais il revenait toujours. Toujours.

« M-Merci...! »

Il fit deux pas en avant, tu fis trois pas à reculons. Non. Aucune envie qu’il ne t’approche. Tu voulais le pousser, qu’il aille se fracasser le dos sur une des nombreuses pierres, ou encore lui casser une jambe pour qu’il arrête de bouger. Mais tu ne voulais surtout pas qu’il t’approche, c’était trop dangereux. Il allait t’empoisonner à cause de ton passé, rien que de le voir, tu ne supportais pas. En fait, t’étais faible psychologiquement. T’étais incapable d’installer une barrière pour séparer Akira de ton passé. C’était pitoyable. Et pourtant, ce sourire t’avait laissé un blanc. Enfin sourire, cet élan de joie un peu incontrôlé de sa part. Un vide. Ton cerveau avait arrêté de fonctionner pendant un moment. Tu ne savais ni comment, ni pourquoi. Mais il t’avait ébranlé. Trop de sentiments d’un coup, trop de mélancolie. C’était fou comme, au fond, t’étais resté plutôt humain, malgré toutes les atrocités que t’avais fait subir à tous ces gens. C’était triste. Toi qui voulais oublié, tu ne faisais que creuser dans ton passé pour essayer de te pardonner, d’un côté. Tu voulais te racheter pour ce que t’avais fait subir à toi-même quelques années avant. Du coup, t’avais essayé de le briser pour qu’il arrête de souffrir. Pour que tu arrêtes de souffrir, finalement.

T’aurais voulu lui balancer quelque chose d’horrible, un truc qui l’aurait fait s’effondrer direct. Mais c’était pas crédible, tu te sentais tremblé un peu. De quoi t’avais l’air, là, maintenant ? Tu savais pas, et tu t’en fichais. T’avais peut-être même l’air faible, mais devant lui, c’était pas important. Quoique voir un de ses bourreaux avoir un instant de faiblesse devait être une belle opportunité… Après réflexion, tu décidas toi aussi de t’approcher de lui, juste pour soulever son cache-œil. T’avais oublié pourquoi il en avait un. Ou tu ne l’avais sûrement jamais su, et t’avais pas vraiment cherché à savoir, mais là, ça t’intriguait. Peut-être parce que ta tête n’était pas abruti par des idées complètement folles, donc tu t’étais mis à réfléchir un peu.

« C’est quoi ça ? »

Wow. C’était juste pour le style ou il avait plus d’œil ? Tu sentais une boule se créer dans ta gorge. C’était trop bizarre. Tu comprenais pas. Pour une fois que tu réfléchissais un peu, t’allais sûrement le regretter. Nouveau soupir de ta part. T’en avais un peu marre de rester devant lui sans le frapper. Marre ? Non, disons que t’avais l’impression de pas faire un truc que tu devrais actuellement faire. Ca n’allait pas vraiment t’aider, ceci-dit.

« Tes parents sont au courant de c’qu’on te fait ? »

C’est que tu devenais curieux en plus. Mais en même temps, il connaissait vos noms, votre Q.G, s’il le disait à ses parents, ça allait être problématique … Et tu serais obligé de le faire taire. Même si là, t’en avais aucune envie. Aucune volonté.

__________


it's a beautiful day outside. birds are singing, flowers are blooming... on days like these, kids like you... should be burning in hell

ava (c) mikumiku/setsu thx ;w;

Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : mitsuhide bankichi & haruhira shige
Messages : 67
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 20
Localisation : *aime coller aoki*
Couleur : slategray
Fiche de Personnage
Cause de mort: hémorragie interne (coup de batte dans le crâne)
Relations:
Capacité: retenaing eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hidefusa Akira

Machine à feels

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Sam 20 Sep - 19:27


Il s'éloigne encore plus que tu t'es approché. Prévisible mais quelque peu blessant - quoique toi même tu te serais éloigné de la chose que tu es. Tu soupires quand même, tu sais très bien que la plupart des gens de l'Akame Dan sont pas vraiment tactiles (pas plus que toi, sauf quant il en vient aux coups). Tu ne bouges plus, rebaissant les yeux pour regarder tes pieds. Tu ne vois qu'à peine que l'albinos tremble un peu, pour une raison qui t'échappe. Normalement, c'est toi qui devrait trembler, t'es quand même en face de ton bourreau. T'étais limite choqué qu'il ne t'ait pas brisé des os ou même juste sonné par ton rapprochement. Finalement, il n'est peut-être pas d'humeur aussi mauvaise que tu pensais, et tu pourrais même avoir une conversation plus ou moins normale (euphémisme, impossible d'avoir une conversation normale avec un type de l'Akame Dan, encore moins quand on a le rang de « Jouet ») avec lui. Mais là, c'est une chance innée qu'il te faut, et te connaissant, c'est pratiquement impossible. Pour le coup, t'avais envie de t'inquiéter pour lui, mais ça faisait juste trop con, de s'inquiéter pour le type qui te laisse à moitié mort chaque jour. C'est triste d'être aussi gentil que toi, hein? Mais tu pouvais pas te laisser devenir méchant comme ça, tu voulais pas tomber aussi bas que ce genre de gens. Et c'est bien ça qui te fait souffrir. Ta naïveté.

Sans que tu comprennes, le plus petit s'approche de toi et enlève l'eye-patch couvrant ton oeil gauche, ce qui te fait un peu sursauter. Le simple contact avec ta peau maltraitée te rend un peu nerveux en fait, t'as tellement peur qu'il te frappe... Nul, hein? Derrière le bout de tissu se cache un bout de résine fait pour ressembler à un oeil. C'est pas joli, vraiment. Ça bouge même pas comme ton oeil restant - normal, c'est de la résine. C'est pour ça que tu le caches, parce que sinon tu sais que tu fais peur aux gens avec, comme si on te détestait pas assez avec. ❝ C’est quoi ça ? ❞ ... ? Il ne savait pas? Plus, plutôt, non? Ha, c'est pas comme s'il en avait quelque chose à foutre de toi de toute façon, tant qu'il peut te frapper... A vrai dire, c'est même un peu étonnant qui te pose la question. Mais toi, ça te remémore de très mauvais souvenir; la photographie de Chiaki, par exemple. Ou même l'atroce douleur que ça t'avait procuré. Les larmes te montent aux yeux - enfin non, à l'oeil du coup, et tu peux même pas t'empêcher de faire tomber une gouttelette sur le sol quand tu clignes des yeux. Même pas en repensant à la douleur, juste en pensant à Chiaki, en fait. Cet abruti qui n'en fait qu'à sa tête. ❝ C-C'est Bankichi — M-Mitsuhide-sama...  ❞ Tu réponds, la voix craquante et encore moins sûre qu'à son habitude.

Les doigts tremblants - non, ton corps entier tremblant, tu remets le cache-oeil sur l'oeil artificiel, prenant une respiration profonde et essuyant ton oeil humide. Dur dur de pas pleurer. De toute façon ça changeait rien, il te voyait tous les jours pleurer. Il n'empêche que tu voudrais éviter de passer encore plus pour une merde, montrer ses faiblesses devant son bourreau n'est jamais bon, mais tu préférais jouer la carte de l'honnêteté: si ce n'est pas par toi, ce sera par le biais de quelqu'un d'autre et lorsqu'il apprendra que tu lui aurais menti, la punition ne sera pas des plus agréable - l'a-t-elle déjà été? ❝ Tes parents sont au courant de c’qu’on te fait ? ❞ T'es un peu surpris par l'intérêt que te porte Aoki — on ne demande pas à son punching-ball ce qu'il fait de sa vie, non? Bah, les vrais punching-ball ne peuvent pas parler, c'est un avantage qu'ils ont. Le désavantage, c'est qu'ils ne peuvent pas ressentir de douleur, et par définition, c'est moins amusant. ... Comment tu le sais? Merci, Bankichi. Tes yeux se posent sur tes bras cachés par la tonne de gilet. En dessous, ce qu'on voit, c'est ce truc cliché et pas très joli à voir que tous les gamins dépressifs font; la scarification. Tu te fais souffrir juste pour te venger de toi même, de marquer combien tu te détestes. Et ça — même pas tes parents ne sont au courant. Personne ne sait vraiment à quoi tes bras ressemblent de toute façon. Des bras maigres, sans muscles et remplis de cicatrices, en somme. ❝ Non... Je me ferais tuer si je le disais... ❞  tu réponds. Un sourire triste se dessine sur ton visage; mourir, t'aurais bien voulu que ça t'arrive, tiens. Non en vérité, ce n'était qu'une hyperbole. T'allais pas te faire tuer. Bankichi te couperait un doigt peut-être, un orteil, mais en aucun cas il ne te tuerait, ça serait trop facile et il se retrouverait sans jouet — quoiqu'il aurait toujours Koyen. C'est pas comme si c'était compliqué de s'en trouver un, aussi.  

__________

LOVE SUR TOI FUMI:
 
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Kitamura Rui
Messages : 112
Date d'inscription : 29/08/2014
Couleur : #C5C6DC
Fiche de Personnage
Cause de mort: Suicide intra-familial
Relations:
Capacité: Vivacity Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Sam 20 Sep - 20:36

C’était Bankichi alors … Pourquoi ça ne t’étonnait pas ? T’étais même assez surpris qu’il le laisse dans un si bon état. Enfin, tu savais pas vraiment ce qu’il cachait sous ses vêtements. Contusions, lésions, bleus, hématomes ? Peut-être même qu’il avait la marque des mains de votre chef sur son cou, et des coupures un peu partout. Si tu le voyais, tu serais incapable de savoir si tu devrais rire ou simplement le regarder. D’un côté, il te faisait plus de peine que tu ne le pensais. Et il utilisait une marque de politesse tellement ridicule … Bankichi avait de ses idées. … Hey. Tu critiquais ton chef, là. Ca faisait bizarre. Mais étrangement, ça ne te mit plus mal à l’aise que ça. S’il le savait… Non, valait mieux pas, non. Tu regardais la seule larme qui avait accepté de faire son chemin pour finir par terre. Normalement, tu l’aurais sûrement frappé en lui disant que c’est déshonorant de pleurer comme ça, juste pour le voir pleurnicher encore plus. Sauf que tu n’y fis rien. T’avais pas la volonté de lever la main sur lui et ça t’arrachais un soupir ennuyé.

« Non... Je me ferais tuer si je le disais... »

Un sourire amusé prit place sur ton visage. Evidemment. Au moins, il était assez intelligent pour savoir que, s’il laissait filtrer la moindre information à votre propos envers les forces de l’ordre, il allait mourir. De la main de Bankichi, à coup sûr. Ce n’est qu’après que tu vis le léger sourire qu’il arborait. C’était immonde. Tu voulais déformer son visage, là, maintenant. Le défigurer. T’aimais pas ce sourire. Ca faisait trop humain, et ça faisait mal. Tu t’approchais un peu plus de lui pour les fixer dans les yeux – ou dans l’œil pour votre situation. T’arrivais pas à décrire son regard. Peur ? Non ? Tristesse ? Vide peut-être. C’était intriguant. Mais ton sourire ne te quittait pas, au contraire. C’était plutôt inquiétait, même.

« Quoi, tu veux mourir ? Je pourrais m’en occuper si tu veux. Quoique Bankichi n’en serait pas fier mais bon … »

C’est sûr. Si tu faisais ça, c’était sûrement toi qui allait prendre sa place. Quoique tu savais mieux te défendre. Même si la capacité de votre chef était plus redoutable qu’elle ne le paraissait … Calant le lycoris dans le gilet d’Akira de sorte qu’elle tienne, tu t’en allais t’asseoir sur la tombe de ta mère. Enfin, plutôt te caler dessus, t’étais assez petit comme ça. Peut-être que c’était considérer comme profanation de pierres tombales ? Elle en rirait sûrement, de toute façon. Prenant de nouveau une fleur, un papillon vint doucement se poser dessus. Ah, ça te fit sourire au début. Avant que tu le prennes par les ailes pour le regarder de plus près. Si Akira était ce papillon, qu’est-ce que tu ferais ? Lui n’avait rien demandé non plus, pourtant, tu te mis à déchirer une de ses ailes. Sans raison. Comme ça. Relevant la tête vers ton précédent interlocuteur, tu vins lui tendre le papillon en disant :

« Tu veux essayer ? »

Toi, ça te faisait rire. Lui, tu n’en avais pas l’impression. Décidément, vous ne vous compreniez pas. Vraiment pas. C’était qu’un papillon, il y en avait des milliers d’autres. Le fait qu’il avait peut-être une famille tout ça, tu t’en foutais. Il t’était inférieur alors t’en avais profité, voilà tout.

« T’as peur ? T’as pitié ? Bah tu vois, en ce moment, t’es comme lui. Il suffit de rien pour t’arracher les ailes. C’est horrible hein ? »

__________


it's a beautiful day outside. birds are singing, flowers are blooming... on days like these, kids like you... should be burning in hell

ava (c) mikumiku/setsu thx ;w;

Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : mitsuhide bankichi & haruhira shige
Messages : 67
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 20
Localisation : *aime coller aoki*
Couleur : slategray
Fiche de Personnage
Cause de mort: hémorragie interne (coup de batte dans le crâne)
Relations:
Capacité: retenaing eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hidefusa Akira

Machine à feels

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Sam 20 Sep - 21:57

T'es en mode confusion là, tu comprends pas pourquoi est-ce qu'Aoki n'a toujours pas levé la main.  Même pas de rabaissement ni quoique soit — juste un calme, probablement provisoire. Ça en devenait risible, que vous parliez, simplement. Tu ne sais pas en quoi ç'allait lui être utile, en quoi ça te sera utile non plus — de toute façon il est très probable qu'il ne fasse pas ça pour toi. Pourquoi il le ferait? Probablement qu'il avait juste besoin de rassasier sa curiosité, ou alors il fait du social... Avec sa victime? Ç'a tellement pas de sens quand on y réfléchi. Tu mets cette pensée de côté, pensant que de toute façon, c'est peut-être pour mieux te briser après — ça serait nul si le plaisir de tout savoir serait réservé à Bankichi, hein? Du coup, le visage de l'albinos montre un sourire — le premier depuis le début, non? Pas que t'en avais quelque chose à faire de toute façon, c'était juste flippant et t'avais l'habitude. Il s'approche un peu plus de toi pour te fixer dans le blanc de l'œil, ton œil se levant timidement, quelque peu confus. Son sourire ne disparaît pas cependant, peut-être allait-il enfin lever la main? Urgh — les gens tarés c'était tellement imprévisible, tu recommences à flipper, alors que tu t'étais plus ou moins calmé. ❝ Quoi, tu veux mourir ? Je pourrais m’en occuper si tu veux. Quoique Bankichi n’en serait pas fier mais bon … ❞  

Tu hausses les épaules. Ouais, t'as envie de crever, je pense que ça se voit un minimum. C'est ton sourire qui t'as trahis? Tu ne sais même pas s'il allait vraiment te tuer après cet aveu. Crever à côté de la tombe de ta sœur, quelle ironie. À la place, l'albinos installe le lycoris qu'il tenait dans ton gilet et en cueille un nouveau avant de s'installer sur la tombe de... quelqu'un ayant le même nom de famille que lui. Sa sœur ou sa mère, considérant le prénom qu'elle portait. Tu ne cherches pas à en savoir plus et pose ton œil sur la fleur dans ton vêtement, avant de regarder plus ou moins discrètement le plus petit. Puis sur le papillon qui s'était installé sur la fleur de ton « sosie ». Tu soupires et regarde ton interlocuteur saisir l'insecte par les ailes, qui se débattait comme il pouvait. Pas comme s'il pouvait y faire quelque chose, il est condamné, non? Quand Aoki arrache un de ses ailes, ça fait un bruit plutôt familier, comme si c'était du tissu, un vêtement qu'on arrachait. Tu baisses les yeux pour ignorer l'acte de l'albinos, te persuadant que c'était une chemise qui était arrachée. Ah, maman ne va pas être contente. Encore un acte qui prouve ta lente descente en enfer. ❝ Tu veux essayer ? ❞  ... Tu peux refuser, hein? Tu ne t'en sentais pas capable, d'arracher un vêtement. Ça vaut de l'argent, tout de même!  ... Comment ça, c'est pas sain d'esprit ce que t'es en train de penser? Tu peux pas être pire qu'eux, non? Tu te contentes de secoue négativement la tête. Ça commence un peu à craindre, si tu commences à ignorer le fait qu'un insecte est en train de crever.

❝ T’as peur ? T’as pitié ? Bah tu vois, en ce moment, t’es comme lui. Il suffit de rien pour t’arracher les ailes. C’est horrible hein ? ❞ Les dures paroles de l'albinos te ramène à la réalité. Et Dieu merci, tu réalises à quel point t'es en train de péter les plombs. À cause de lui, de Bankichi, d'Akina, de Chiaki, de tout le monde? En réalisant combien t'es faible, tu te remets à trembler. La trêve du plus petit n'avait pas duré bien longtemps, et pourtant t'avais cru, et c'est peut-être ça qui te blesse le plus dans l'histoire. T'y avais vraiment cru, à quelque chose de pacifique, de calme. Avec un type de l'Akame Dan? Mais t'es vraiment trop naïf comme type toi. C'est pour ça que t'es une cible facile: t'es persuadé qu'un jour ils arrêteront. « Il vaut mieux être blessé que blessant... » Oui parce que toi, tu ferais pas de mal à une mouche, mais tu t'en ficherais si la mouche te faisait mal. Au bout d'un moment, le papillon arrête de se de battre. Il vit toujours hein, mais il se laisse faire. Il sait que de toute façon il est condamné. Comme toi. Tu tombes sur tes genoux, limite anéanti par ce qu'il venait de te dire. Putain de tapette. Tu fonds lentement en larmes, cachant ton visage avec tes mains cicatrisées. ❝ Je sais... ❞ Cette fois-ci, ta voix ne tremble pas, c'est limite un miracle. Par contre tu pleures, on peut pas dire le contraire. Un peu hystérique comme réaction quand même, surtout que ça te servait à rien, il allait probablement te traiter de merde et te frapper. Comme d'habitude. ❝ Désolé... ❞

__________

LOVE SUR TOI FUMI:
 
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Kitamura Rui
Messages : 112
Date d'inscription : 29/08/2014
Couleur : #C5C6DC
Fiche de Personnage
Cause de mort: Suicide intra-familial
Relations:
Capacité: Vivacity Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Sam 20 Sep - 22:50


Plus un mouvement, ni un battement d’aile. Il s’était immobilisé dans ta main. Il avait peur ? Ca pouvait avoir peur, ce genre de choses ? Après tout, c’était un être vivant, comme vous. Ca se trouve, il ressentait la douleur, la tristesse, la joie … Non. Tu lui arrachais violemment l’autre aile. Pourquoi ce genre de choses paraissait plus humain que toi ? C’était injuste. Trop injuste. C’était ton choix mais tu le trouvais injuste. Tu n’arrivais même plus à te comprendre et c’était frustrant. T’avais perdu une bonne partie de ton humanité, certes, mais il en restait encore un peu et c’était horriblement douloureux. Cette partie te suffisait à ressentir la douleur et le remord. Si tu ne l’avais pas, tu serais bien content. Quoique tu ne saurais même plus ce que serait être heureux. Ni même la tristesse. Rien. … Ce serait vide.

Et il s’était effondré. Tu ne t’y attendais pas vraiment alors tu reculas légèrement. Il avait l’air si … Désespéré. Avec les larmes qui s’échouaient lourdement sur le sol en terre. Tu aperçus brièvement ses mains. Des cicatrices partout. Vraiment partout. Elles étaient en si mauvais état, même les tiennes, qui avaient pris des vies semblaient en meilleure posture. Comme quoi, il était plus facile de faire subir que de souffrir, apparemment. Le pauvre, t’avais l’impression de le revoir pendant qu’il se faisait battre par Bankichi. En réalité, tu évitais de vraiment regarder à ce moment-là. T’avais du mal. Mais tu en avais moins quand c’est toi qui donnais les coups.

« Je sais... »

Tant mieux. … Non, pas tant mieux. T’avais l’impression de te revoir. T’étais complètement projeté dans le passé. T’étais exactement pareil, dans la même position que lui, au pied de ton lit. Tu venais de te faire encore insulter par tes camarades de classe à cause de ton père. Mais t’avais pas encore eu la force de leur rendre leurs coups. T’étais trop faible, trop naïf pour ça. Tu préférais que les gens s’acharnent sur toi plutôt que sur ta famille. C’était stupide, si stupide. Ca te dégoûtait, vraiment. Mais tu t’en sortais toujours. Parce que tu avais Izaki. Il était toujours là pour toi. Et lui, Akira, est-ce qu’il avait quelqu’un pour lui ? T’en avais pas l’impression. Son haussement d’épaules quand tu lui avais demandé s’il voulait mourir voulait tout dire. Rien ni personne à qui se raccrocher, si ? Tu vins donc t’accroupir à sa hauteur puis penchait la tête sur le côté pour la caler sur tes bras croisés sur tes genoux. Peut-être que tu allais faire comme ton ancien ami, peut-être pas. Qui sait.

« Pourquoi tu pleures, tu craques ? T’en as marre ? Alors pourquoi tu t’enfuis pas ? Suffirait que t’ailles assez loin pour que personne ne te rattrape, tu sais ? »

On aurait dit un gosse qui essayait de rassurer son aîné. C’était risible au vue de la situation, mais tu ne souris même pas. Jetant un coup d’œil au papillon à terre, tu l’oubliais de suite après. Ca te faisait bizarre. Tu ne t’étais jamais senti si concerné par l’état de ton souffre-douleur. Peut-être qu’au fond, avec le peu d’humanité qu’il te restait, tu comprenais ce qu’il ressentait. Tu l’avais martyrisé pour essayer de te libérer, mais au final, tu devais peut-être le protéger pour te faire pardonner. Pour t’excuser auprès de ton ancien toi qui avait tout supporté. Le regard vague, tu commençais à jouer avec une mèche d’Akira.

« Ca te ferait quoi d’être protégé de Bankichi, des autres, de ne plus être tout seul ? Tu crois que ça irait mieux ? »

Que de questions depuis tout à l’heure, mais tu ne pouvais t’en empêcher. Ta mère devait sûrement se demander pourquoi tu n’avais pas pris en compte la possibilité de l’air un peu plus tôt.

__________


it's a beautiful day outside. birds are singing, flowers are blooming... on days like these, kids like you... should be burning in hell

ava (c) mikumiku/setsu thx ;w;

Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : mitsuhide bankichi & haruhira shige
Messages : 67
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 20
Localisation : *aime coller aoki*
Couleur : slategray
Fiche de Personnage
Cause de mort: hémorragie interne (coup de batte dans le crâne)
Relations:
Capacité: retenaing eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hidefusa Akira

Machine à feels

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Dim 21 Sep - 0:41

Regarde comment tu fais pitié. T'entends une autre partie du vêtement se faire arracher mais tes pleurs rendent le bruit plus sourd et moins audible. Tss, t'étais même pas capable de rendre ton pleur silencieux. Tu vas te faire taper, hein? Il se retient, l'autre, mais t'es complètement persuadé qu'il attend que ça depuis tout à l'heure, tu sais même pas pourquoi il se retient. Pour faire durer le plaisir? Mais toi t'attends que ça — t'étais venu pour justement rester à l'écart de tout ça. Secrètement, t'étais venu creuser ta tombe. Et regarde dans l'état que t'es maintenant. Tu pleures parce que t'es une merde, et pourtant, ça fait dix sept ans que tu l'es, pourquoi tu t'en rends compte que maintenant? Risible, vraiment, même toi tu le sais. T'essayes de te contrôler un peu, t'essuies encore et encore les larmes qui veulent vraiment pas arrêter de couler, tu dois l'insupporter, l'albinos, non? À pleurer comme ça, pour rien. Et pourtant.  Plutôt que de te frapper plutôt violemment, il s'abaisse pour te faire face. Qu'est-ce qu'il va te faire? Te trancher les cordes vocales pour que t'arrêtes de pleurer? ❝ Pourquoi tu pleures, tu craques ? T’en as marre ? Alors pourquoi tu t’enfuis pas ? Suffirait que t’ailles assez loin pour que personne ne te rattrape, tu sais ?  ❞ Craquer? Toi? Haha, pas vraiment, c'était commun. Si tu craquais vraiment, tu deviendrais comme ces fous, un type méchant et sans réels scrupules. Tu commençais à craquer, voilà tout. Le délire du vêtement, ça c'est que t'appelles craquer. Pleurer c'est une banalité. Quelque chose que tu fais tous les soirs après qu'on ait joué avec toi.

❝ Pour aller où? J'ai nul part où aller moi, tout le monde me déteste, même si j'agonisais on me laisserait dans mon coin...    ❞ On sentait une pointe de colère dans ta voix, enfin, de rage plutôt. Ouais, t'en as un peu marre qu'on s'en batte les couilles de toi, t'es un gamin, t'as besoin qu'on te remarque, qu'on prenne soin de toi et qu'on te chérisse, même si t'as dix-sept ans. Tu pousses un très long soupir tremblant du début jusqu'à la fin pour essayer de calmer tes pleurs. Arrête arrête arrête, à quoi ça te sert de pleurer? Ça va rien arranger, tu vas justement t'attirer des ennuis, comme d'habitude. Limite t'es en train d'hyperventiler, bien joué, on sent le professionnalisme. Comment tu fais déjà pour te calmer quand t'es chez toi? Ah ouais, soit tu t'endors, soit tu te plantes. Pas vraiment possible ici, encore moins devant Aoki. ❝ D-Désolé...  ❞ Voilà que tu t'excuses. Encore. T'as tous les défauts du monde toi en fait. Tu sais même pas tu t'excuses en fait, t'as juste l'impression qu'il faut que tu le fasses. « désolé de vivre », en fait. Tu continues de pleurer un peu mais cette fois-ci c'est un peu plus discret, moins chiant à supporter en tout cas. Aoki se met à jouer avec une de tes mèches de cheveux, sans que tu ne comprennes vraiment pourquoi. T'es un peu sonné là en fait, c'est dur de réfléchir de par la fatigue et tes propres pleurs qui t'ont donné mal à la tête. On fait difficilement pire en terme de merde.

❝ Ca te ferait quoi d’être protégé de Bankichi, des autres, de ne plus être tout seul ? Tu crois que ça irait mieux ?   ❞ Protégé de Bankichi? Cette pensée naïve et idiote te fait doucement rire. T'avais personne, tu l'as déjà dit, personne ne t'aime, cette idée là n'est qu'une utopie dans ta tête. Mais t'aimerais tellement, redevenir totalement dépendant de quelqu'un, c'est tellement plus facile de vivre de cette manière. C'est une moquerie? Quelque chose pour te rendre compte combien t'as une vie de merde? Ça peut pas être autre chose de toute façon, si? ❝ Je sais pas... De toute façon y'a aucune chance que ça arrive, hein...? ❞ tu demandes, ta voix partant dans les aigus à cause de tes larmes. Tellement aiguë et craquante que à en était presque inaudible, et tant mieux, non? Tu voulais même pas imaginer à quoi une vie de protégé ressemblait, ça te rappelait Chiaki et quand tu pensais à Chiaki, tu pensais à son corps criblé de balles. ❝ J'en ai marre... Je veux juste crever, me reposer dans une caisse en bois... ❞ tu te murmures presque à toi même. Posant tes mains salées par tes larmes sur la terre, tu lèves un peu la tête pour essayer de faire face à l'albinos. ❝ Tu veux pas me tuer? Je sais que t'en meurs d'envie de toute façon, ça nous arrangera tous les deux...  ❞ Ouh là, calme toi Akira, tu te souviens plus de ce que tu t'étais dit la dernière fois? « La mort est une solution permanente à un problème temporaire ». Mais là, t'as plus la force.

__________

LOVE SUR TOI FUMI:
 
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Kitamura Rui
Messages : 112
Date d'inscription : 29/08/2014
Couleur : #C5C6DC
Fiche de Personnage
Cause de mort: Suicide intra-familial
Relations:
Capacité: Vivacity Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Dim 21 Sep - 1:28


Il n’avait pas l’air de vouloir te croire. Toi non plus. T’avais du mal à croire ce que tu disais. Après tout, tu étais un de ses bourreaux, celui qui l’avait en parti brisé et détruit pour l’amener à l’état dans lequel il était aujourd’hui. Mais c’était pour toi. Tu faisais ça égoïstement, pour essayer de soulager le poids de ton passé que tu portais sur les épaules. T’avais pas vraiment de réelle haine envers lui si ce n’était qu’il ravivait des souvenirs douloureux. C’est pour ça que tu avais réfléchit, là, maintenant. Peut-être même grâce à la présence fictive et non-existante de ta mère. Tu savais qu’elle voulait que tu l’aides. Mais au début, tu ne voulais pas. Pourquoi aider quelqu’un qui vous torturait l’esprit comme il le faisait pour toi ? Oui, mais il n’y était pour rien, il ne t’avait rien demandé…

« Je sais pas... De toute façon y'a aucune chance que ça arrive, hein...? »

Tu te contentais de le fixer dans le blanc des yeux. Il y avait peu de chance, en effet. Très peu. Sûrement proche des 0,01% de chance possible. Mais tu étais ce minuscule pourcent. Ta mère t’aurais sûrement dit ça. Qu’il était sûrement perdu, qu’il n’avait aucun moyen de s’en sortir si ce n’était qu’être aidé par toi. Mais tu doutais. Tu l’avais violenté, martyrisé, il n’y avait aucune raison qu’il te fasse confiance. Puis tu avais du mal à croire que tu accepterais une chose pareille. Pourtant …

« J'en ai marre... Je veux juste crever, me reposer dans une caisse en bois... »

Si ce n’était que ça, il suffisait de demander, pensais-tu. Mais Bankichi avait l’horrible manie de garder des gens inutiles rien que pour son bon plaisir dans l’Akame Dan. C’était assez insupportable parce que bon, en plus de prendre de la place, il se plaignait tout le temps. T’avais déboîté la mâchoire de plusieurs pour qu’ils se taisent mais … Tu n’avais jamais fait taire Akira. Jamais. Tu cherchais même pas à comprendre pourquoi. Pas tout de suite. Même si tu le savais déjà, sûrement. C’est quand il leva son œil vers toi que tu sentis quelque chose se nouer en toi. T’avais le cœur serré.

« Tu veux pas me tuer? Je sais que t'en meurs d'envie de toute façon, ça nous arrangera tous les deux... »

Le regardant fixement, tu ne dis rien, au début. Après tout, il avait sûrement raison, ça allait vous arranger. Tu n’aurais plus à supporter ça et lui non plus. Mais … Tu n’arriverais jamais à t’excuser auprès de ton ancien toi, et ça, ça t’étais inconcevable. C’était lâche, très égoïste, mais tu t’en fichais, tu voulais le faire. C’était injuste. Pourquoi il te ressemblait autant ? Une pointe de mélancolie apparut dans tes yeux. Tu ne voulais pas laisser ton ancien reflet périr à cause de tout ce qu’il avait subi. Alors … Tu ne voulais pas laisser Akira ? Il était une manière de te racheter, même si c’était assez cruel dis comme ça. Si tout ça n’était pas arrivé, tu te ficherais bien de lui. Mais pas maintenant. Plus maintenant. Alors ta main vint se poser sur sa joue pour recueillir une de ses larmes, doucement. Il n’allait sûrement pas te croire, mais tant pis. Une manière de te racheter, t’en avais trouvé une et tu allais la garder, désormais.

« T’as sûrement raison … Mais non. Je te protégerai, alors. »

Il allait sûrement te rire au nez, mais t’étais sérieux, ton regard restait fixé au sien alors que tu glissais une des fleurs dans ses cheveux. Ca te fit presque sourire tellement ça faisait longtemps que tu n’avais pas fait quelque chose d’aussi humain.

« C’est bizarre hein ? Mais si tu veux savoir pourquoi … Je dois me racheter envers moi-même. Et disons que, tu ressembles pas mal à ce que j’étais avant alors … Ok, c’est très égoïste de ma part mais je suis un salaud après tout. »

Tu savais que ta mère riait, que t'arrivais toujours à garder une certaine fierté et qu'elle te riait sans arrêt au nez pour ça. Mais bon.

__________


it's a beautiful day outside. birds are singing, flowers are blooming... on days like these, kids like you... should be burning in hell

ava (c) mikumiku/setsu thx ;w;

Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : mitsuhide bankichi & haruhira shige
Messages : 67
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 20
Localisation : *aime coller aoki*
Couleur : slategray
Fiche de Personnage
Cause de mort: hémorragie interne (coup de batte dans le crâne)
Relations:
Capacité: retenaing eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hidefusa Akira

Machine à feels

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Dim 21 Sep - 8:30


Il ne te répond même pas, au début. Bah alors? T'as du mal à trouver une raison. Après toute la fois où il t'avait martyrisé, toute les fois où il avait rien, il se sentait même pas capable de te tuer? En fait. T'as un truc. T'es le mec le plus malchanceux de la Terre. Personne veut de toi mais personne veut te tuer. Du coup, t'es là. On sait pas trop pourquoi, tu erres comme ça. C'est horrible, t'arrives pas à t'ôter la vie toi-même et personne des sales types que tu fréquentes veut le faire. Tu sais plus quoi faire, au bout d'un moment. Tu rabaisses tes yeux, un souffle rendu irrégulier par les larmes et la pointe de rage dont tu faisais preuve. Oui parce que du coup, ça t'énerve. Tu t'attends à une douleur, qu'elle soit dans le crâne, dans l'estomac, le torse, la nuque. N'importe où t'irait du moment qu'au final, le résultat restait celui que tu souhaitais; la mort. Aoki pose sa main sur ton visage, main qui refroidissait ta peau limite brûlante à cause des larmes irritante, quelque chose de mélancolique dans ses yeux. Il va te tuer? Ça y'est, c'est la fin, hein? ❝  T’as sûrement raison … Mais non. Je te protégerai, alors.  ❞ ... Même pas. T'étais tellement déçu que tu recommences à pleurer. C'est du sadisme hein, il le fait exprès? Pourquoi est-ce qu'il te force à rester en vie? Pourquoi tout le monde te force à rester en vie? Tu voulais pas, tu voulais plus, t'avais personne pour qui vivre... ❝  Pourquoi...  ❞

C'est inaudible, on attend qu'une vague syllabe déformée par les larmes. Tu comprends plus rien à ce type. Il voulait te sauver la vie? Après tout ce qu'il t'a fait? C'est quoi cette bipolarité de merde? C'est juste pour te faire chier en fait, c'est ça? Il ne décolle pas ses yeux du tien et glisse un lycoris dans tes cheveux. ❝  C’est bizarre hein ? Mais si tu veux savoir pourquoi … Je dois me racheter envers moi-même. Et disons que, tu ressembles pas mal à ce que j’étais avant alors … Ok, c’est très égoïste de ma part mais je suis un salaud après tout. ❞ Tu n'écoutes qu'à moitié ce qu'il te dit. T'essayes de l'ignorer, tu veux plus entendre ce qu'il te dit. Et pourtant, t'es même pas sourd. Peut-être que Bankichi te coupera une oreille un jour, tiens. Sans te tuer, évidemment, sinon c'est pas drôle. Mais de ce que t'entends, du peu que tu t'étais forcé à écouter, ça t'avait... déprimé? Enfin, non. Ouais non, t'es déjà déprimé. Nan en fait, ce type est risible. Il te frappe, il te frappe, puis après il te dit qu'il va te protéger juste parce que tu lui fais penser à chibi Aoki. C'est cruel, trop cruel. En plus, cet abruti se fera frapper aussi s'il te protège. ❝  Je veux pas... ❞ Tu murmures faiblement, limite pas capable de continuer ce que t'entreprenais. Tes larmes recommencent à tomber dans un rhythmique effréné, t'enlèves la main du plus petit d'un geste plus ou moins violent et pour une fois, juste une fois, tu te permets de lever la voix.

❝  Je veux pas! Je veux pas continuer à vivre juste à cause de tes caprices de gosses! ❞ T'es tellement énervé, énervé d'Aoki, énervé de ton manque de chance, énervé de la vie. ❝ Essaie de te mettre à ma place, bordel... ❞ Ta voix se radoucit un peu, en repensant dans la merde que t'es.  Enfin, elle baisse d'un ton, elle ne s'adoucit pas, elle part dans les aigus puis retombe, c'est pas très doux comme voix. Vie de chien, au sens propre comme au figuré. ❝ Si tu veux me protéger; tue moi je te dis... Moi je peux plus... J'ai plus personne... ❞ Voilà que tu recommences à te lamenter. Pas très malin. ❝  Je te donne l'occasion d'enterrer ton ancien toi, et tout ce que tu fais, c'est que tu le protèges...?  ❞ T'y comprends plus rien, ça semblait pas logique. T'arrivais même plus à faire quelque chose de logique dans ta tête non plus, alors comme ça. Tu donnes des coups dans le torse de l'albinos, des coups léger, de toute façon tu n'as pas la force de le blesser ni même de lui faire sentir une quelconque douleur. Tu te venges, voilà tout. ❝ Tu peux faire ce que tu veux, tu peux m'envoyer à M-Mitsuhide-sama, tu peux payer un tueur à gage, tu peux m'enterrer vivant... Mais me laisse pas en vie à cause de ton égoïsme... ❞ T'arrives même plus à contrôler tes larmes là — bon okay tu les as jamais vraiment contrôlées mais là c'est encore pire, c'est limite une averse alors que tu peux pleurer que d'un seul œil.

__________

LOVE SUR TOI FUMI:
 
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Kitamura Rui
Messages : 112
Date d'inscription : 29/08/2014
Couleur : #C5C6DC
Fiche de Personnage
Cause de mort: Suicide intra-familial
Relations:
Capacité: Vivacity Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Dim 21 Sep - 13:20


Sans vraiment faire attention, tu sentis ta main se faire dégager avec plus de force que tu ne l'imaginais. Evidemment. Il n'allait pas accepter. Du jour au lendemain, un de ses bourreaux lui annonce qu'il va le protéger juste pour se sentir mieux moralement. Si ça avait été toi a sa place, t'en aurais sûrement rit. Ça t'aurais semblé tellement pathétique. Mais t'y pouvais rien. T'arrivais pas a trouver d'autres solutions. C'était déjà compliqué alors là ... 

« Je veux pas! Je veux pas continuer à vivre juste à cause de tes caprices de gosses! »

Voilà c'est ça. Un caprice. Ça se trouve il avait raison. Ce n'était qu'un moment à passer et demain, tu reviendrais le voir pour lui faire subir le même sort que d'habitude. Sans même penser à tout ce qui c'était passé aujourd'hui. Sans même réfléchir à une autre solution. Détruire était tellement plus simple que protéger. Tu n'avais pas a te blesser pour te pardonner, c'est lui qui le faisait à ta place. Il prenait tous les coups, que tu sois d'humeur à l'épargner et à le tuer. Aucune exception. Maintenant que tu y pensais, ça te fit sourire qu'il n'accepte pas. Après tout, il était beaucoup plus humain que toi. Toi, t'étais pas logique dans tes agissements, imprévisible même. 

« Si tu veux me protéger; tue moi je te dis... Moi je peux plus... J'ai plus personne... Je te donne l'occasion d'enterrer ton ancien toi, et tout ce que tu fais, c'est que tu le protèges...? »

Tu hochais simplement la tête. T'étais égoïste et imprévisible, horriblement frustrant aussi. Mais tu ne voulais pas laissé mourir ton ancien toi. En fait, tu ne savais même plus faire la différence entre Akira et le passé, là, maintenant. T'avais l'impression qu'ils te demandaient tous deux à mourir et ça te rendait fou. Toi, tu voulais pas. Ton moyen de pardon voulait mourir ? Non. Tu pouvais pas accepter. D'un côté, s'il était libéré parce que tu le tuais... Et ses parents alors ? Est-ce qu'il n'avait vraiment personne ? Enfin, au point où il en était, ça ne t'étonnait plus vraiment. Mais il aurait pu se donner la mort s'il y tenait tant que ça. Qu'est-ce qu'il attendait, qu'on fasse le boulot a sa place ? Il avait peur de se tacher les mains peut-être. Être blessé est mieux que voir les autres être blessés. Principe a la con oui. Mais tu avais beau penser ça, Akira semblait soutenir ses propos, il frappait désespérément ton torse, en pleurs. Il avait vraiment craqué là. Il y a encore une heure, tu l'aurais sûrement envoyé valser quelques mètres plus loin, mais pas cette fois.

« Tu peux faire ce que tu veux, tu peux m'envoyer à M-Mitsuhide-sama, tu peux payer un tueur à gage, tu peux m'enterrer vivant... Mais me laisse pas en vie à cause de ton égoïsme... »

Sinon quoi ? Il allait faire quoi, de toute façon ? S'il n'avait pas les tripes de se donner la mort, il allait souffrir encore plus. C'était idiot. Ça se trouve, y avait un truc qui le retenait. Quelque chose qui le maintenait en vie et dont il ne connaissait même pas la nature. Quand on veut mourir et qu'on est décidé, généralement, on se lance. On franchit le pas. On oublie tout. Mais lui, lui il semblait ne jamais avoir eu le courage. Et t'allais pas lui donner. Donc tu le laissais faire, tu l'écoutais se lamenter, se plaindre, sans bouger. C'était sûrement cruel de ta part mais il avait connu pire que quelqu'un qui restait interdit à ses appels à l'aide, non ?

« Sinon quoi, hein ? Et tes parents alors ? Tu vas me dire qu'ils s'en foutent royalement de toi ? Alors pourquoi t'as jamais franchit le pas ? Pourquoi tu t'es pas suicidé avant si t'en as tellement marre ? Qu'est-ce qui te retient ? Rien, d'après toi. Alors qu'est-ce que t'attends ? »

Tu disais ça mais tu voulais pas le voir. Tu ne voulais pas le voir se donner la mort comme ça. De toute façon, tu ne le pensais pas capable d'une chose pareille. Même si, dans le désespoir, les gens étaient ouverts a trop de possibilité pour mettre fin a leurs jours. Comme ce mec que t'avais suivit sur un toit pour lui extorquer de l'argent et qui a sauté. Alors que tu l'avais même pas menacé. Tu comprenais pas très bien ces comportements. T'avais perdu trop d'humanité pour savoir ce qu'était vraiment, réellement, la peur des autres. 

« Je t'enverrai pas voir Bankichi. Et je t'enterrerai pas non plus. Tu sais quoi ? Je vais être horriblement égoïste. Et te garder avec moi. Alors vas-y, déteste moi, je m'en fous, ça changera pas de d'habitude. Mais je pense pas que tes parents apprécieraient de perdre leur fils. Si ? »

Ouh la, visiter la tombe de ta mère avait sûrement ébranler une grande partie de tes sentiments. Ou alors t'essayais inconsciemment de le convaincre de rester en vie. Tu savais pas, tu savais plus. Il avait rejeté ta main mais tu le serrais doucement dans tes bras. C'est comme ça qu'Izaki faisait pour essayer de te calmer quand tu n'en pouvais plus. S'il te rejetait encore, eh bien tant pis, tu le protégerai sans son accord. Pas comme si t'en avais réellement besoin.

__________


it's a beautiful day outside. birds are singing, flowers are blooming... on days like these, kids like you... should be burning in hell

ava (c) mikumiku/setsu thx ;w;

Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : mitsuhide bankichi & haruhira shige
Messages : 67
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 20
Localisation : *aime coller aoki*
Couleur : slategray
Fiche de Personnage
Cause de mort: hémorragie interne (coup de batte dans le crâne)
Relations:
Capacité: retenaing eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hidefusa Akira

Machine à feels

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Dim 21 Sep - 19:00




doppelgänger

rather than a person who hurts others, become the person getting hurt.


Ta tirade passe sans qu'Aoki dise quoique soit. Non pas que ça te dérangeait, mais t'avais juste l'impression qu'il se fichait de ton avis. C'est probablement vrai, t'avais de toute façon aucune emprise sur  lui et ce que tu disais est probablement encore plus égoïste que ce que lui avait en tête. Mais est-ce que c'est vraiment ta faute? Nah, on ne pense jamais raisonnablement quand on est dans un état aussi déplorable que le tien. N'ayant même plus le courage de « frapper » ton gardien, tu laisses tes bras tomber parallèlement à ton corps, essuyant parfois les larmes seulement quand tu n'arrivais plus à voir grand chose. ❝ Sinon quoi, hein ? Et tes parents alors ? Tu vas me dire qu'ils s'en foutent royalement de toi ? Alors pourquoi t'as jamais franchit le pas ? Pourquoi tu t'es pas suicidé avant si t'en as tellement marre ? Qu'est-ce qui te retient ? Rien, d'après toi. Alors qu'est-ce que t'attends ? ❞ Tes parents...? Ah, c'est vrai... C'est pas comme si t'avais le courage de leur confier quoique soit, t'avais trop peur de les inquiéter ou quelque chose comme ça. C'est con mais c'est comme ça que la plupart des gosses battu résonnent. Mais il est vrai que pour le coup, il a raison. Qu'est-ce qui te retient de passer à l'acte? Ces trucs débiles qui disent que le suicide, c'est mal. T'as déjà vu ces vidéos, avec tout le monde qui pleurent la mort du gamin et se lamentent sur le fait qu'ils n'ont rien pu faire. C'est ça, qui te terrorise. Tu veux pas voir tes parents, tes professeurs ou qui que soit déprimés par ta faute. Pourtant, ils le savent tous, que t'es dépressif. Ça devrait choquer personne, de te voir te donner la mort.

Mais ce qui te choque un peu, c'est le fait que l'albinos ne semble pas vraiment contre ton suicide. Un peu contradictoire, pour quelqu'un qui se proclame gardien de ta personne. ❝ Ça fait peur... ❞ tu murmures, te recroquevillant un peu sur toi, te tenant les bras pour essayer de calmer tes tremblements. ❝ Tu peux pas comprendre, de toute façon... ❞ Oui, comment est-ce qu'un bourreau pourrait comprendre la peur que ça fait, ce genre de choses? T'as envie de crever mais en même temps, ça te fait flipper. C'est pas logique, mais est-ce que t'as déjà eu une pensée pas contradictoire, toi? Probablement que non. ❝ Je t'enverrai pas voir Bankichi. Et je t'enterrerai pas non plus. Tu sais quoi ? Je vais être horriblement égoïste. Et te garder avec moi. Alors vas-y, déteste moi, je m'en fous, ça changera pas de d'habitude. Mais je pense pas que tes parents apprécieraient de perdre leur fils. Si ? ❞ Doucement, tu sens les bras de l'albinos t'entourer et te réchauffer grâce à leur température. Et la première chose auquel tu penses, c'est Chiaki. Il t'avait fait ça tous les soirs, après la mort de ta soeur. C'était tellement réconfortant, et rien que de repenser à ça, ça t'avait calmé. Mais genre, tu pleurais plus. Après une trentaine de secondes, en fait. T'avais encore quelque larmes qui s'échappaient par ci par là mais ça, c'est juste parce que tu pensais à ton meilleur ami. Ça faisait tellement de bien, cette sensation de chaleur autour de toi.

Tu resserres un peu l'emprise pour l'empêcher de s'échapper, restant silencieux un petit moment. ❝ Pars pas... ❞  Parce que pour le coup, t'avais l'impression que Chiaki était toujours vivant, quelque part, et du coup, t'avais plus du tout envie de crever: s'il l'apprenait, comment est-ce qu'il réagirait? Tu voulais même pas l'imaginer. C'est bizarre, c'est la première fois depuis sa mort que tu repensais à Chiaki sans que son cadavre te revienne à l'esprit. T'as du mal à croire que c'est juste à cause de ce mouvement, à cause de la chaleur du type qui, n'oublions pas, te tabassait tous les jours. Tu sais pas si tout ça est sincère en plus, si ça se trouve c'est qu'un gros mensonge pour t'attirer tu sais pas où, mais pour l'instant, ce moment de calme était probablement le meilleur que tu avais vécu depuis que t'étais dans ce groupe. ❝ Merci. ❞ Tu sais pas trop pourquoi tu le remercies, peut-être  juste parce que maintenant t'étais beaucoup moins instable qu'avant? Les quelques peu d'idées plus ou moins malsaines que t'avais dans la tête avaient complètement disparu - c'est que temporaire mais s'il allait vraiment faire ce qu'il t'avait prévu... Haha, t'avais même eu l'espoir de voir ton état s'améliorer. Même si c'était juste un peu, on sait jamais.






codage par greenmay. sur Apple-Spring

__________

LOVE SUR TOI FUMI:
 
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Kitamura Rui
Messages : 112
Date d'inscription : 29/08/2014
Couleur : #C5C6DC
Fiche de Personnage
Cause de mort: Suicide intra-familial
Relations:
Capacité: Vivacity Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Dim 21 Sep - 19:41



YOU WALK IN THAT CRUAL WORLD
WHERE NOBODY SAY A WORD

SO I'M GOING TO TAG FOR YOU
AKAME DAN WILL TARGET YOU
Finalement, il te rendit ton étreinte. Tu ne t’y attendais pas vraiment, et tes bras se firent plus lâches pendant quelques secondes. Alors il avait accepté ? Pour de vrai ? T’étais pas sûr mais il ne fuyait pas au moins, il restait. Et il ne tremblait plus autant ? Peut-être que ses pleurs s’étaient calmés ? Tu ne savais pas vraiment ce qui l’avait résonné. Tes paroles ? Sûrement pas, qui se sentirait mieux après les choses que tu avais dites ? Absolument personne. Il s’était peut-être calmé de lui-même. Tu soupirais de soulagement. D’un côté, tu avais redouté le moment où il t’aurait fait face en te disant qu’il était capable de franchir le pas. Tu t’en serais voulu. Et tu te serais sûrement fait frapper par la même occasion mais qu’importe, tu t’en fichais royalement actuellement.

« Pars pas... »

Tu le regardais d’un air légèrement mélancolique. Ca faisait bizarre de l’entendre dire ça. Est-ce que c’était vraiment à toi qu’il parlait, même ? S’il était venu au cimetière, c’était sûrement pour venir se recueillir, alors il parlait peut-être à cette personne … A quoi bon penser à ce genre de choses, t’en saurais jamais rien de toute façon. Le serrant un peu plus contre toi, tu posais doucement ta joue sur le haut de sa tête, sans rien dire. C’est bizarre, t’avais l’impression que ta situation était inversée à celle de ton passé. Avant, tu étais celui à protéger, maintenant tu étais celui qui protégeait. Tu te demandais même pourquoi tu n’avais pas pensé à tout ça avant. Ca lui aurait évité bien des coups … Et ça t’aurait évité de t’acharner sur lui pour quelque chose que tu n’atteindrais jamais en le frappant. Rien que l’idée de le blesser te répugnais, maintenant. C’était assez stupide vu comme tu l’avais traité jusque-là mais t’y pouvais rien. Un léger sourire se formait sur tes lèvres. T’avais pas vraiment changé de ce côté-là, t’étais toujours aussi pitoyable.

« Merci. »

Tu frottais doucement ta joue contre ses cheveux. C’était tout doux … Et ça te fit un peu plus sourire alors que tu fermais les yeux pour remettre ton esprit en ordre, si déjà tu pouvais remettre en ordre quelque chose d’aussi brisé que ton esprit, mais bon. Le mot qu’il venait de te dire, tu te sentais presque à deux doigts de culpabiliser et verses quelques larmes en riant nerveusement. Cette part d’humanité n’était vraiment pas pratique dans ces moment-là, pourtant … elle t’avait bien servi, à l’instant. Resserrant légèrement ta prise, tu te sentais un peu pardonné par ton passé et ça te calmait pas mal. Trop de sentiments d’un coup …

« … Repose-toi un peu. »

Tu savais tellement pas quoi lui dire. Le remercier aussi ? T’aurais pu. Mais t’y arrivais pas. Après tout, s’il n’avait pas accepté, tu n’aurais jamais pu te racheter. Jamais. Et ça t’effrayait un peu. Maintenant t’en étais capable et personne n’allait plus toucher un de ses cheveux. Quitte à t’opposer à Bankichi. Au pire, t’en paieras les frais mais tu te laisserais pas faire.

« …  Comment on est détestables tous les deux, ça me ferait presque rire … », murmuras-tu d’un air faussement rieur. « … Désolé. Pour … tout. »




CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

__________


it's a beautiful day outside. birds are singing, flowers are blooming... on days like these, kids like you... should be burning in hell

ava (c) mikumiku/setsu thx ;w;

Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : mitsuhide bankichi & haruhira shige
Messages : 67
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 20
Localisation : *aime coller aoki*
Couleur : slategray
Fiche de Personnage
Cause de mort: hémorragie interne (coup de batte dans le crâne)
Relations:
Capacité: retenaing eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hidefusa Akira

Machine à feels

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Dim 21 Sep - 22:18




doppelgänger

rather than a person who hurts others, become the person getting hurt.


Aoki frotte gentiment sa joue contre tes cheveux. C'était tellement agréable, pendant un moment t'en oublies un peu la situation et l'endroit macabre dans lequel tu te trouves. Tu poses ta tête sur le torse du plus petit, avec quelque chose qui ressemblait à un sourire sur ton visage. Ton cœur battait un peu vite, tu te sentais beaucoup plus en sécurité que tu l'étais à ton arrivée ici. Limite là tu pourrais t'endormir comme tu l'avais déjà fait avec Chiaki. T'allais pas le remplacer aussi facilement quand même, si? ... T'es tellement naïf, jusqu'à hier encore, ce type te tabassait sans aucune scrupule. Mais comme t'es con et un peu beaucoup désespéré, tu le pardonnes. Pas loin de la tombe du défunt, en plus. Il avait admiré toute la scène, tu te demandes ce qu'il en pense. Probablement que t'es toujours aussi innocent et  indulgent qu'avant. ❝  … Repose-toi un peu.  ❞ Tu le sens resserrer l'emprise. T'avais envie, ouais, de t'endormir mais tu t'étais réveillé y'a genre — trente minutes. Pas très malin, mais ta crise de larme t'avait épuisé, faible que tu es. Tu fermes les yeux sans pour autant t'endormir, te régénérant avec la chaleur que dégageait l'albinos. ❝  …  Comment on est détestables tous les deux, ça me ferait presque rire …  … Désolé. Pour … tout. ❞ Tu secoues négativement la tête en resserrant l'emprise que t'avais — tu voulais surtout pas qu'il te glisse des doigts comme ça. Tu ne réponds rien mais c'était comme si tu lui avais dit que tu t'en fichais.

T'étais heureux comme un chien (c'est le cas le dire), même si au fond, tu pouvais pas t'empêcher de t'inquiéter parce que — « protéger », c'est vague comme mot. Mais t'avais peur pour lui. Parce que à part de protéger de Bankichi, de quoi pouvait-il te protéger? Rien qu'en repensant à ton connard de leader, tu te mets à trembler un peu. ❝  ...Dis... ❞ tu commences un peu hésitant. Tu n'oses pas lever les yeux pour le regarder, un peu malpoli mais le contact visuel c'est pas quelque chose que t'apprécie, ça te stresse, et pas qu'un peu. ❝ Il te fait pas peur, Mitsuhide... sama? ❞  T'as envie de vomir quand tu dis ça. Mitsuhide-sama. Mais t'as tellement peur qu'il apprenne que — par le plus grand des hasards, il apprenne que son surnom mégalomane n'est pas appliqué en absence... T'as pas envie d'imaginer ce qu'il te ferait. Mais — ne compare pas Aoki au faible que t'es, lui sait se défendre. Tu ne le sais que trop bien. ❝ Il fait mal, tu sais... ❞ Tellement mal que t'en es traumatisé. Et tu veux pas qu'Aoki souffre par ta faute, tu t'en voudrais toute ta vie.  





codage par greenmay. sur Apple-Spring

__________

LOVE SUR TOI FUMI:
 
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Kitamura Rui
Messages : 112
Date d'inscription : 29/08/2014
Couleur : #C5C6DC
Fiche de Personnage
Cause de mort: Suicide intra-familial
Relations:
Capacité: Vivacity Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Dim 21 Sep - 22:50



YOU WALK IN THAT CRUAL WORLD
WHERE NOBODY SAY A WORD

SO I'M GOING TO TAG FOR YOU
AKAME DAN WILL TARGET YOU
Tu sentais qu’il s’accrochait à toi. Et ton cœur se serrait un peu plus. Ca faisait bizarre de protéger quelqu’un quand avant, c’est vous-même qu’il fallait protéger. Alors tu préférais te laisser aller, apprécier la chaleur que te procurait votre étreinte. Mais tu réfléchissais. Si tu t’opposais à ce que Bankichi lui fasse du mal, d’accord, mais les autres ? Tu ne les avais pas encore vus le maltraiter. Pas encore. Jamais. Tu ne les laisserais jamais le toucher. Plus maintenant. S’ils osaient, ils allaient souffrir. T’en faisais le serment. Après tout, tu te l’étais promis. Ca se trouve, t’allais en oublier ton but et simplement t’accrocher à lui. T’étais certain que c’était possible. Après tout, c’est toujours plus facile quand on a quelqu’un à ses côtés. Même pour un monstre comme toi.

« ...Dis... », et un ange eut sûrement le temps de passer. « Il te fait pas peur, Mitsuhide... sama? »

Tu rouvrais doucement les yeux, en commençant à caresser ses cheveux. Tiens, c’est vrai ça. Est-ce qu’il t’effrayait, Bankichi ? Le seul moment où tu avais peur de lui, c’est quand il te fixait avec un regard pas trop rassurant. Plus son eye ability qui te mettait mal à l’aise … Au fond, t’avais sûrement peur de lui, mais tu le cachais tout au fond de ton esprit. Si tu laissais voir que t’étais effrayé, tu te ferais marcher dessus, et t’avais pas envie. Déjà parce que tu ne supportais pas et que maintenant, tu avais Akira à protéger. Donc tu ne devais pas faiblir. Enfouissant ta tête dans ses cheveux, tu refermais de nouveau les yeux.

« Il fait mal, tu sais... »

Tu avais réellement envie de lui dire que tu savais. Mais non, t’en avais pas vraiment l’idée. Il t’avait déjà frappé, certes. Mais pas comme lui. Pas autant que lui. Tu savais ce qu’étais frapper, mais pas être frappé. Tu déglutis avant d’ouvrir la bouche mais de la refermer. Qu’est-ce qu’il attendait comme réponse ? Peut-être … Peut-être que c’était une mise en garde. Que si tu le protégeais trop, tu allais en payer les frais. Mais tant pis. T’avais fait ton choix et Bankichi pouvait se mettre entre vous deux, t’allais pas le laisser faire. Et dire qu’il  y a quelques temps, tu lui portais un respect assez … poussé. Là, tout semblait s’être écroulé. Les bases sur lesquelles tu tenais venaient de complètement se changer. Mais ce n’était pas plus mal, après tout.

« Peur hein … ? Peut-être. Oui, sûrement même. J’ai sûrement peur de lui, mais tant pis. Tu peux l'appeler Bankichi quand il est pas là, tu sais. Le respect tout ça, voilà ... Mais si je dois prendre des coups, j’en prendrais. Parce que j’ai dit que je te protègerais donc … Wow, on dirait que j’ai copié/collé le discours d’un héros de shônen. »

Tu riais bêtement mais doucement. Ta voix était étrangement douce par rapport à d’habitude, elle t’étonnait toi-même. Tu continuais donc à caresser ses cheveux, en marquant une pause. Tu ne savais pas rassurer les gens. Tu ne savais que les attirer vers le fond alors … Tu préférais te taire. … Non. Non non, tu voulais pas te taire, tu devais t’excuser, le remercier … Mais t’y arrivais pas très bien. Décidément …

« Tu devrais t’inquiéter pour toi, plutôt … Et soigner tes mains. Et le reste. A moins que tu ne veuilles de l’aide … ? »





CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

__________


it's a beautiful day outside. birds are singing, flowers are blooming... on days like these, kids like you... should be burning in hell

ava (c) mikumiku/setsu thx ;w;

Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : mitsuhide bankichi & haruhira shige
Messages : 67
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 20
Localisation : *aime coller aoki*
Couleur : slategray
Fiche de Personnage
Cause de mort: hémorragie interne (coup de batte dans le crâne)
Relations:
Capacité: retenaing eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hidefusa Akira

Machine à feels

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Lun 22 Sep - 8:30




doppelgänger

rather than a person who hurts others, become the person getting hurt.


Plus t'y réfléchissait, plus ta question te semblait rabaissante et inutile. Aoki n'est tout de même pas aussi peureux, et même si Bankichi relève plus du monstre que de l'humain, il a largement la force de pouvoir se défendre. Si t'étais fort comme lui, probablement que tu n'aurais plus peur de grand chose. Mais ne plus avoir peur — ça te fait un peu peur, justement, ça ferait comme le brun, qui n'avait plus aucune limites. Et s'il en avait une, personne ne la connaissait. Je veux dire, merde — il s'est même crevé son propre œil. Tu ne sais pas pourquoi et le mieux pour toi et de ne pas savoir, au risque d'avoir des nausées plutôt désagréable. Ouais ce type te donne envie de vomir. Son arrogance, son innocence, sa violence, tout en lui est détestable, c'est à s'en demander comment certains font pour éprouver de la sympathie ou quelque chose d'amical envers lui. Probablement des gens aussi inhumains que lui.   Et pendant un temps, t'avais cru que le plus petit en faisait partie, de ces gens inhumains. ❝ Peur hein … ? Peut-être. Oui, sûrement même. J’ai sûrement peur de lui, mais tant pis. Tu peux l'appeler Bankichi quand il est pas là, tu sais. Le respect tout ça, voilà ... Mais si je dois prendre des coups, j’en prendrais. Parce que j’ai dit que je te protègerais donc … Wow, on dirait que j’ai copié/collé le discours d’un héros de shônen. ❞ « Sûrement ». Putain, t'étais triste pour lui t'avais limite envie de pleurer. T'avais pitié, pitié de lui qui ne sait même plus de quoi il a peur.  Il rit mais toi, t'as pas vraiment envie.

Tout ce que tu trouves à faire, c'est limite l'étouffer dans tes bras tellement que tu le sers. Un héros de shonen, mais en quelques sortes, c'était ton héros. Toi, t'étais ce personnage qui avait été sauvé de la folie par le héros, alors? Ça te dit doucement sourire.  Il caresse tes cheveux, probablement pour essayer de te rassurer, même si ça ne semblait pas tellement efficace. ❝ C'est pas drôle... Je veux pas que tu fasses frapper à cause de moi... ❞ T'es trop stupide, de t'inquiéter pour lui, tu voulais pas qu'il se fasse frapper, même si c'était en repentance pour les coups qu'il t'avait affligé. « Être blessé plutôt que blessant »... Même avec ton (ancien?) bourreau, t'arrivais pas à pas appliquer ce proverbe. ❝ Tu devrais t’inquiéter pour toi, plutôt … Et soigner tes mains. Et le reste. A moins que tu ne veuilles de l’aide … ?  ❞ Tes mains? Qu'est-ce qu'elles ont, tes mains? Un peu confus, tu te décolles d'Aoki pour regarder tes mains. Ah, c'est vrai qu'elles sont entaillées de partout... Tu te contentes de hausser les épaules. Ça fait même plus mal, à force, et puis tout ça, c'est que des cicatrices. T'arrivais même plus à différencier celles qui avaient été infliger par Bankichi et celles infligées par ta propre personne.  ❝ On s'en fiche de ça... ❞ tu te contentes de dire. Même si ça fait moche, t'es pas particulièrement beau de base alors tu t'en fiche — surtout que la plupart du temps t'as des gants par dessus, alors ça cache tout ça.





codage par greenmay. sur Apple-Spring

__________

LOVE SUR TOI FUMI:
 
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Kitamura Rui
Messages : 112
Date d'inscription : 29/08/2014
Couleur : #C5C6DC
Fiche de Personnage
Cause de mort: Suicide intra-familial
Relations:
Capacité: Vivacity Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Lun 22 Sep - 19:14



YOU WALK IN THAT CRUAL WORLD
WHERE NOBODY SAY A WORD

SO I'M GOING TO TAG FOR YOU
AKAME DAN WILL TARGET YOU
Tu retenais une petite plainte quand ton aîné resserrait son étreinte. Bon, t’appréciais avoir chaud vu que le vent se levait mais tu étouffais un peu … T’aurais pu lui dire, mais en réalité, t’avais un peu peur qu’il le prenne comme un rejet de ta part. Si, tu te faisais un peu des films débiles dans lesquels t’imaginais les pires scénarios possibles pour être rassuré quand il réagira sans s’énerver. Baissant les yeux, tu fixais ses mains quand il s’éloigna un peu plus de toi. Coup de froid, tu te mis à frissonner direct. Elles étaient vraiment dans un sale état. T’en perdis le sourire qui avait naquit quelques minutes avant. C’était lui ou vous, qui lui aviez fait ça ? T’arrivais pas à t’en souvenir et c’était insupportable. Tu te souvenais même plus des coups que tu lui avais donnés. Ton regard se fit plus sombre alors que tu y repensais sans cesse.

« On s'en fiche de ça... »

… Ah. Il en avait pas grand-chose à faire donc. Tu soupirais doucement mais décidais de ne pas relever. Certes tu devais le protéger mais pas l’interdire de faire quoi que ce soit. S’il voulait se blesser lui-même … Ca faisait mal. T’avais la gorge nouée rien que d’y penser, parce que tu n’avais rien vu jusque-là. Après tout, quand tu le frappais, tu ne regardais pas particulièrement où. Tu trouvais ça futile, du moment qu’il était blessé. Mais là, ça avait beaucoup plus d’importance. Tu ne savais pas trop pourquoi mais tu te trouvais vraiment horrible. Il y avait de quoi, après tout. T’étais un monstre. Un coup tu souriais, un coup tu tuais. T’étais un peu comme le serviteur du mal. Tous les subordonnés de l’Akame Dan en était un, en quelque sorte. Sauf Koyen et Akira, sûrement … Ils n’avaient réellement pas eu de chance de se faire avoir comme ça … Mais bon.

« Comme tu voudras … »

Sans rien ajouter, tu regardais le papillon à tes côtés. Il ne bougeait vraiment plus. Est-ce qu’il était mort ? Tu le prenais doucement pour le poser sur une des fleurs du bouquet de ta mère. Si précédemment tu considérais ce papillon comme Akira, tu n’allais pas le laisser mourir écraser par des visiteurs un peu nonchalants. Ici, il ne risquait rien. Puis en le fixant, tu avais compris que tu commençais peu à peu à trahir le Akame Dan. Protéger une des cibles de Bankichi n’était sûrement pas bien vu. Mais si jamais le monde en voulait à Akira, qu’il devenait entièrement son ennemi, tu ne le laisserais pas. Plus maintenant. Plus jamais. Après tout, ta dette ne serait achevé jusqu’à ta mort. Et si tu pouvais te réincarner … Ce serait sûrement à ses côtés. Ca te fit presque sourire. T’avais tellement pas l’habitude de penser de cette façon, c’était trop humain pour toi.

« Au fait, tu diras quoi à Bankichi si on doit retourner au Q.G ? Après tout, tu le fuis là, non ? », marmonnas-tu avant de lui mettre une pichenette entre les deux yeux. « On aura qu’à dire que c’est moi qui t’ai traîné partout. Mieux vaut pas les mettre au courant tout de suite. Quoiqu’ils le verront par eux-mêmes. S’ils sont assez focalisés sur d’autres choses, ils verront rien. Mais dis-le-moi si tu te retrouves seul avec Bankichi. Crie, dis quelque chose. Je le laisserai pas te toucher encore une fois. »

Un sourire léger se dessina sur tes lèvres alors que tu riais bêtement intérieurement. T’avais jamais dit ça mais tu l’avais déjà entendu, quelque part. Izaki peut-être ? Bah, tant pis, c’était ce que tu pensais après tout.






CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

__________


it's a beautiful day outside. birds are singing, flowers are blooming... on days like these, kids like you... should be burning in hell

ava (c) mikumiku/setsu thx ;w;

Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : mitsuhide bankichi & haruhira shige
Messages : 67
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 20
Localisation : *aime coller aoki*
Couleur : slategray
Fiche de Personnage
Cause de mort: hémorragie interne (coup de batte dans le crâne)
Relations:
Capacité: retenaing eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hidefusa Akira

Machine à feels

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Lun 22 Sep - 22:36




doppelgänger

rather than a person who hurts others, become the person getting hurt.


❝ Comme tu voudras... ❞ T'es un peu confus pour le coup — normalement on te plaint, on essaie de te raisonner. Aoki regarde le papillon sans ailes. ...? Tu lèves les yeux, me regardant poser sur le bouquet de fleurs sans que tu dises quoi que soir. T'as beaucoup de mal à comprendre ce qu'il s'est passé dans la tête, entre ton arrivée au cimetière et les « funérailles »  du papillon (insecte qui te fait beaucoup penser à ta personne d'ailleurs, mais cette comparaison a déjà été faite plus tôt), comme quoi, l'esprit humain est bien complexe. Tu sais pas trop ce que t'as fait, mais en tout cas, d'une façon ou d'une autre, le monstre possédant l'albinos avait disparu. Peut-être que ce n'était que temporaire — tiens, ça serait drôle et horriblement cliché, un dédoublement de la personnalité. Pourtant, ça semblait presque banal, dans le milieu violent et instable qu'était ce... gang. ❝ Au fait, tu diras quoi à Bankichi si on doit retourner au Q.G ? Après tout, tu le fuis là, non ?  ❞ Ah, c'est vrai. Pour le coup, t'avais oublié que t'allais tout de même te faire tabasser ce soir. Probablement. Tu ne sais plus trop quoi penser, tu n'es même pas sûr de pouvoir faire confiance à Aoki, en vérité. Il semblait sincère, vraiment. Mais t'es tellement naïf, on te ment tellement facilement, t'es encore plus vulnérable dans ton état déplorable.  Aoki te mets une pichenette sur le nez, et un peu surpris, tu poses ta main sur l'endroit touché. Tu l'imaginais tellement pas aussi tactile. Comme quoi, les bourreaux ne sont pas aussi inhumains qu'ils n'en ont l'air. ❝  On aura qu’à dire que c’est moi qui t’ai traîné partout. Mieux vaut pas les mettre au courant tout de suite. Quoiqu’ils le verront par eux-mêmes. S’ils sont assez focalisés sur d’autres choses, ils verront rien. Mais dis-le-moi si tu te retrouves seul avec Bankichi. Crie, dis quelque chose. Je le laisserai pas te toucher encore une fois. ❞

Tu peux pas t'empêcher de sourire, un tout petit sourire rassuré, pratiquement en même temps qu'Aoki, ce qui te fit rougir très légèrement. Ha, t'avais plus l'habitude de ça. Ton cœur s'était serré quand t'avais entendu la dernière phrase de l'albinos, c'était tellement... triste. Tu ne sentirais de toute façon pas le courage de l'appeler. Tu aimais être dépendant, tu supportes pas la solitude, la notion d'autonomie t'est complètement inconnue mais pourtant, t'as horreur de déranger les gens. Tu préfères prendre sur toi plutôt que d'embêter les autres — et cela n'allait sûrement pas changer avec Aoki. Tu préfères ne pas lui dire, ton sourire perdant en largeur rien qu'en pensant à ça. Il suffirait que tu restes tout le temps avec lui, alors. Ça serait simple mais avoir quelque chose d'inutile qui te colle au cul, c'est probablement pas bien agréable. ❝ Je suis censé être au lycée alors bon... Normalement, Mi—Bankichi sait pas que je suis là, c'est pour ça... ❞ tu te contentes de répondre, encore hésitant quant à l'utilisation de « Bankichi », t'étais pas trop pour mais tu dois bien cela a Aoki. ❝ T'es pas obligé de faire ça, tu sais... ❞ T'avais un peu peur que Bankichi use de sa capacité, tu voulais pas t'attacher à lui pour que l'autre salopard te le vole — tu pourrais pas supporter, ça serait probablement la goutte de trop.




codage par greenmay. sur Apple-Spring

__________

LOVE SUR TOI FUMI:
 
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Kitamura Rui
Messages : 112
Date d'inscription : 29/08/2014
Couleur : #C5C6DC
Fiche de Personnage
Cause de mort: Suicide intra-familial
Relations:
Capacité: Vivacity Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Mar 23 Sep - 19:56



YOU WALK IN THAT CRUAL WORLD
WHERE NOBODY SAY A WORD

SO I'M GOING TO TAG FOR YOU
AKAME DAN WILL TARGET YOU
A vrai dire, ça te faisait chaud au cœur – la preuve que tu en avais un désormais, de le voir sourire. Ne serait-ce qu’un peu, c’était agréable. En même temps, ça arrivait si peu souvent. Qui souriaient dans l’Akame Dan ? Enfin, qui souriaient pour de vrai, sans être corrompu par la folie ne quoi que ce soit ? Personne. Absolument personne. Tous vos sourires étaient complètement détraqués, comme votre esprit. Sauf Akira. Peut-être Koyen mais tu ne l’avais jamais vu sourire, vu comment Bankichi le traitait lui aussi… Secouant doucement la tête, tu voyais le sourire de ton protégé s’effacer peu à peu, et curiosité mal placée, tu te demandais vraiment à quoi il avait pensé pour qu’il se fane ainsi. Mais tu t’en empêchais. T’avais peut-être peur de savoir en fait, peur qu’il perde le sourire à cause de toi, maintenant. C’était stupide ? Non, tu ne le pensais pas. Tu ne le pensais plus. Levant les yeux, tu regardais la fleur qui décorait ses cheveux, sans un mot.

« Je suis censé être au lycée alors bon... Normalement, Mi—Bankichi sait pas que je suis là, c'est pour ça... »

… Oh. Evidemment. Il était au lycée, c’est vrai. T’avais plus trop l’habitude de penser que certains – enfin, lui et Koyen en l’occurrence, étaient encore en cursus scolaire ou universitaire. Après tout, vous étiez tous des glandeurs de ce groupe, sauf Yu. Il bossait, non ? Tu ne pris pas vraiment le temps de réfléchir. Vous foutiez le bordel partout où vous alliez donc bon, ça revenait légèrement au même, vous faisiez rien de bien … Constructif. Même si c’était plus sportif et énervant qu’on ne le pensait.

« T'es pas obligé de faire ça, tu sais... »

Tu baissas les yeux pour les planter dans les siens. Non, c’est vrai. Pas du tout même. T’aurais pu passer ton chemin, l’ignorer la première fois qu’il avait refusé, ou alors le frapper sans lui donner le choix. Mais t’avais fait un choix, alors certes tu n’étais pas obligé – et tu ne t’obligeais de rien de toute façon, mais c’est ce que tu avais décidé. Alors tu allais tenir parole. T’as pas réussi à tenir tes promesses quand tu étais plus jeune, donc tu allais y remédier. Il ne pouvait plus te faire changer d’avis. Ebouriffant doucement ses cheveux en faisant attention à ne pas faire tomber la fleur, tu te remis à sourire un peu. C’est qu’il était têtu en plus. C’était inutile, tu l’étais sûrement plus que lui. Il allait perdre à ce jeu-là. Puis des paroles te revinrent. T’avais lu ça dans un livre. Sortant de ta bouche, ça allait sûrement paraître bizarre mais t’aimais bien la tournure qu’elle prendrait, là, maintenant.

« Hum … Si un jour le monde entier t’en voulait et même s’il faisait de toi son ennemi … Quoiqu’il en soit, je te protégerai à jamais, alors reste en paix et continue de sourire. … Je crois que c’est ça, si je devais interpréter c’que je pense maintenant. »

Oui tu lisais, et alors ? C’est pas parce que t’étais un monstre que tu étais inculte aussi. Jetant un petit coup d’œil à la fleur qu’il avait dans ses cheveux, tu restais en pause un instant. Tu ne sais pas trop pourquoi, tu pensais que tu pouvais prendre sa place parfois, juste pour tromper Bankichi. Après tout, il avait pas une super bonne vue… Mais non. D’une, vous ne faisiez pas de la même taille, de deux, vous n’auriez absolument pas les mêmes réactions et de trois, tu ne te laisserais pas frapper. Pas la peine d’y penser. Tout votre avenir heureux ou non avait été divisé en deux, craquelé, peut-être que rien ne vous attendait en vous considérant ainsi, comme protégé et protecteur mais, tant pis. Ca te convenait.

« T’es sensé finir à quelle heure, histoire que, bon, il ne se doute pas que tu le fuis ? »

Mais plus tu réfléchissais, plus tu pensais que vous n'étiez pas seulement en train de trahir le Akame Dan, mais vous étiez comme des fugitives qui tentaient presque de le fuir. Presque.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

__________


it's a beautiful day outside. birds are singing, flowers are blooming... on days like these, kids like you... should be burning in hell

ava (c) mikumiku/setsu thx ;w;

Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : mitsuhide bankichi & haruhira shige
Messages : 67
Date d'inscription : 17/09/2014
Age : 20
Localisation : *aime coller aoki*
Couleur : slategray
Fiche de Personnage
Cause de mort: hémorragie interne (coup de batte dans le crâne)
Relations:
Capacité: retenaing eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hidefusa Akira

Machine à feels

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Mar 23 Sep - 22:07




doppelgänger

rather than a person who hurts others, become the person getting hurt.


Aoki t'ébouriffes gentiment les cheveux, alors que tu profites de l'occasion pour remettre la fleur en place — non pas qu'elle se soit vraiment déplacée, elle était juste un peu glissée entre temps, et c'est de toute façon un tic quelque peu nerveux que tu as — tu joues avec tes cheveux, tu te tournes les pouces, tu fais un peu ce que tout le monde fait d'ordinaire. Tu baisses les yeux pour aller avec ton mouvement, quelque peu intimidé par le regard du plus petit. ❝ Hum … Si un jour le monde entier t’en voulait et même s’il faisait de toi son ennemi … Quoiqu’il en soit, je te protégerai à jamais, alors reste en paix et continue de sourire. … Je crois que c’est ça, si je devais interpréter c’que je pense maintenant. ❞ Une lueur se fait visible dans ton œil. De joie? De respect? D'admiration? Tu ne sais pas trop, mais en tout cas, tu trouves ça vraiment... poétique? Joli? Ton cœur se met à battre un peu plus rapidement, même Chiaki ne t'avait jamais dit quoique soit d'aussi agréable à l'ouïe. Ton œil tourna discrètement au rouge — tu voulais te souvenir de ça, toute ta vie, même si ce n'était pas vraiment naturel. Tu voulais que même que ton lit de mort, tu te souviennes de ces paroles pleine de gentillesse. T'avais tellement peur qu'un jour ça s'efface que par réflexe, t'avais décidé d'user de ce truc que tu maudissais. Pour une fois que c'était pour quelque chose autre que l'école — et pas nuisible. Rien que d'y repenser, t'en avais des frissons. ❝ ... C'est gentil. ❞

T'avais failli dire « mignon » mais ton côté homo (quelques peu refoulé, soyons honnête) t'en empêcha tout de suite, en mode « lol nope ». Trop stupide, sérieux. Et comme t'es bête, c'est tout ce que tu trouves à dire. Tu ne sais pas si ton protecteur a vu ton œil tourner au rouge — t'es pas discret, et tu ne sais pas du tout si c'était vraiment visible. Du rouge par dessus du noir, pour sûr que ça se voyait. Tss. ❝ T’es sensé finir à quelle heure, histoire que, bon, il ne se doute pas que tu le fuis ? ❞ Ah, ah, très bonne question. T'aurais bien voulu jeter un coup d'œil a l'heure mais... tu n'as pas de montre. Et ton téléphone se repose bien sagement sur ta table de chevet, comme à son habitude. Tu n'aimes pas trop ça, à vrai dire tu te demandes même ce que tu fous avec ce truc. Parfois, tu écoutes de la musique avec, quand tu dois te changer les idées. Et... C'est tout. T'as deux ou trois contacts. Ton père, ta mère, Chiaki. Oui, c'est tout. Oui, t'as Chiaki. Et pour le coup, t'avais presque envie de demander le numéro d'Aoki. Mais genre très presque, tu te retiens de le demander parce que... Euh... Tu sais pas, c'est un peu gênant, de demander comme ça, au beau milieu d'une conversation un « T'as pas un numéro au fait? ». Puis tu sais pas le faire, t'as jamais demandé aucun numéro à qui que soit. Tu réfléchis un peu, essayant de te souvenir correctement de ton emploi du temps. Oui tu es en fin d'année mais — on sort encore de vacances et tu vas pas aussi souvent que ça au lycée, aujourd'hui est une preuve irréfutable. Tu vas pas au lycée parce que « t'as pas envie ». Parfois c'est à cause de tes insomnies ou au contraire de ton hypersomnie.

❝ Seize heures je crois... Quelque chose comme ça... ❞ tu murmures, pas vraiment confient quant à tes dires. Minimum seize heures, tu ne sais même pas si t'as des trous, du coup. Le problème c'est que Bankichi peut facilement deviner si t'es allé en cours. Facile ; si tu n'y es pas allé, t'es au cimetière. Parfois au supermarché — quand t'as décidé d'aider des parents. Mais quatre-vingt-quinze pour-cent du temps, c'est ici. Alors oui c'est pas très malin de toujours passer ici mais qui a dit que t'étais intelligent? Ha, tu te demandes ce qu'il penserait, en te voyant avec Aoki. En train d'avoir une conversation plus ou moins calme et avec une tension plus ou moins... comment dire... sexuelle? ou alors j'ai vraiment un esprit perverti. Je veux dire, vous êtes planté tous les deux là, à vous regarder dans les yeux, une timidité évidante au moins de ta part. Et vous sortez d'une étreinte plus ou moins longue. N'importe qui se ferait des idées, et t'es complètement persuadé que le Leader de l'Akame Dan est homophobe, comme pas mal des gens que tu connais en fait. Et rien qu'en pensant à ça, tu te mets à enfoncer ton visage dans l'écharpe couvrant déjà une bonne partie de ton visage, pour cacher tes joues rougissant sous l'effet de... euh... la gêne? Ouais voilà, on va dire que c'est la gêne hein.





codage par greenmay. sur Apple-Spring

__________

LOVE SUR TOI FUMI:
 
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Kitamura Rui
Messages : 112
Date d'inscription : 29/08/2014
Couleur : #C5C6DC
Fiche de Personnage
Cause de mort: Suicide intra-familial
Relations:
Capacité: Vivacity Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   Mar 23 Sep - 22:44



YOU WALK IN THAT CRUAL WORLD
WHERE NOBODY SAY A WORD

SO I'M GOING TO TAG FOR YOU
AKAME DAN WILL TARGET YOU
… Maintenant que tu lui avais dit ça, t’étais un peu gêné. Après tout, t’avais pas l’air du genre à te plonger dans un livre dans un coin du Q.G alors que, sans que personne ne le remarque, tu le faisais particulièrement souvent. Mais t’étais heureux de sa réaction. Sans trop savoir pourquoi, son regard avait changé de lueur l’espace de quelques instants. Et de couleur aussi. … Il avait enregistré ce que t’avais dit ? Tu pensais pas qu’il allait faire une chose pareille … Tu savais bien que c’était rare comme mots venant de toi mais … Valait mieux ne pas y penser ou tu allais rougir comme un enfant. Balayant la gêne de ton esprit, tu fixais son unique œil écarlate. Ca lui donnait un regard plus profond avec cette couleur, ou peut-être n’était-ce qu’une impression, il n’y a pas plus profonde couleur que le noir, après tout. Même si ce n'est pas réellement une couleur. C’est fou à quel point vous étiez physiquement similaire, tout de même.

« Seize heures je crois... Quelque chose comme ça... »

Bien. Si vous deviez rentrer, tu fixais l’heure vers dix-sept heures. Au pire, si Bankichi fait une remarque, tu diras que tu l’as croisé sur le chemin du lycée et que tu l’auras traîné partout. Il avait pas vraiment de quoi vérifier, si ? Personne ne vous espionnait de toute façon. Enfin, t’espérais pas surtout. Au pire, votre Leader serait au courant bien à l’avance de votre complicité et c’est tout. Vous alliez bien voir la suite, un jour. Mais en y repensant, il avait bien aimé la phrase que tu avais dites tout à l’heure … ? Si tu faisais marcher ta mémoire, t’étais sûr que tu pouvais en retrouver d’autres. Après, il fallait que la situation s’y prête mais ça, c’était un peu le jeu du hasard.  

Jetant un nouveau coup d’œil à la fleur, tu remarquais que ses joues en avaient pris légèrement la teinte. … Mince, est-ce qu’il avait attrapé froid ? Après tout, vous vous teniez chaud y a quelques minutes, et vu les nuages qui arrivaient depuis tout à l’heure. Manquerait plus que ça, qu’il tombe malade. Et il se cachait en plus. Tu ne pus retenir un léger rire amusé. Akira, il était presque mignon en fait. … Sois honnête, mignon tout court. Pas presque.

Soulevant distraitement la frange du plus grand, tu calais ton front contre le sien. Généralement, il fallait poser ses lèvres sur le front, mais c’était pas pratique vu que t’étais plus petit. Et encore, t’étais sur la pointe des pieds, là. Hm, non, il avait pas l’air d’avoir de fièvre. Haussant un sourcil, tu restais un moment comme ça pour capter un peu de chaleur, ça faisait du bien. Surtout que t’étais pas bien couvert. Tu restais humainement fragile au niveau du froid, bordel.

« Eeeh …Tu te sens pas bien ? T’as froid ?, les questions les plus banales du monde, ça faisait étrange, même si tu décidas de prendre tes distances, tu souriais toujours un peu. Et pour Bankichi, on aura qu’à dire que je t’ai récupéré à la sortie du lycée et que je t’ai traîné en ville parce que je m’ennuyais. »



CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

__________


it's a beautiful day outside. birds are singing, flowers are blooming... on days like these, kids like you... should be burning in hell

ava (c) mikumiku/setsu thx ;w;

Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: doppelgänger ∆ ft. akira   

Revenir en haut Aller en bas
 
doppelgänger ∆ ft. akira
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Akira no sura
» Akira no sura

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kagerou Project RPG :: MEKAKUCITY :: Cimetière-
Sauter vers: