Partagez | 
 

 Alcool et Fanservice ft. Mikumo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Autres Comptes : Konoha, Kurogumo Hikaru, Toki Eien, Nishimura Daichi
Messages : 139
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 23
Couleur : Je parle. J'utilise mon pouvoir.
Fiche de Personnage
Cause de mort: Intoxication dans un incendie
Relations:
Capacité: Believing Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Dim 12 Oct - 12:48

Ouuuh, quelle heure il est ? Tard, je crois ? Ou tôt ? Pff, j'en sais rien, et on s'en fout, en plus. C'est la nuit, c'est tout, et la nuit ça sert à… Euh, à rien ? Non, non. À faire n'importe quoi. C'est ça. Voilààààà. Hic. Uh, je dois puer l'alcool, mais qu'est-ce qu'on s'en fout, en fait. Je vais aller foutre la merde en ville, ouaaaaais. Je vais réveiller les gens qui dorment et les insulter, parce que c'est marrant. Et peut-être casser quelques fenêtres par-ci par-là, sait-on jamaaaais. Et puis après je m'enfuirai car je suis le mal et je ne sais pas me défendre. Sauf que je suis bourré alors ils me rattraperont et j'utiliserai mon pouvoir n'importe comment pour m'en sortir, que de machiavélisme en moi, hahaha.

Enfin pour ça il faudrait déjà que je marche droit. Ouh ouh, attention, Tsuki-kun, un mur ! Ouah, j'ai failli me le prendre. Je vais pas aller loin comme ça… Ah mais si, attends. J'ai qu'à m'appuyer dessus pour avancer. Oh, quel génie je suis. Faire de mon ennemi un allié, c'est pas tous les jours que l'on voit ça ! Je devrais entrer dans l'histoire avec ça ! Mais pour ça, il faut qu'on me remarque. Et là, y a genre, pas un chat. Pourquoiiiiii mon génie passe-t-il inaperçu. Suis-je incompris du monde ? Eh, probablement. Il faut que je fasse en sorte qu'il me comprenne, alors ! Et pour ça, je dois m'exprimer ! Mon art à moi, c'est le mensonge ! Je dois mentir plus, plus, toujours plus, ainsi le monde verra ce dont je suis capable ! Mais je dois aussi trouver du monde pour ça, non ? Alors en route ! J'avais pour idée de réveiller les gens bien qui dorment, en plus d'attirer leur attention ça les marquera ! Allez allez, on cherche des gens Tsuki-kun !

… Oh tieeens, en voilà un justement ! Ou deux ? Des jumeaux ? Genre jumeaux albinos ? Ça existe ou c'est parce que je suis trop bourré que je vois double ? Uwah, j'aurais pas dû boire autant. Mais c'est pas grave, on va vérifier. Titubant, je trouve la courage de lâcher le mur et je m'approche… Sauf que je trébuche comme une merde et je tombe en avant, arrrgh ! Waouh, c'était moins une, heureusement qu'il est là pour me rattraper ! Résultat je me retrouve à moitié dans ses bras, à m'accrocher à son épaule, je dois avoir l'air, euh… Ridicule ? Faible ? Ce n'est pas comme ça qu'il va reconnaître mon génie ! Oh, mais il est donc bien seul ? Faudrait que je lui dise un truc parce que sinon il va se barrer et adieeeeu mon soutien. «Oh euh- hic-… Merci de m'avoir rattrapé, tu ne sais pas à quel point tu aides l'humanité~» Wuuut qu'est-ce que je viens de dire ? Baah au pire j'ai un bras autour de ses épaules alors il va pas se barrer, hein ?
HRP:
 

__________

«Sometimes the truth is too bright that we can’t set our eyes upon it, so we tend to look away and stare at the lies instead.»

       

Merci merci mon petit kouhai Oxy, keurs keurs sur toi:
 


Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : ninomiya setsuna
Messages : 154
Date d'inscription : 30/05/2014
Localisation : who knows
Couleur : #c00000
Fiche de Personnage
Cause de mort: hypothermie
Relations:
Capacité: favoring eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kujikawa Mikumo

Mikupedia & Mikutionnaire

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Dim 12 Oct - 19:15



alcool et fanservice

feat. uso-tsuki


Une nuit étoilée, lumineuse. Une nuit illuminée, comme on n'en voit que dans les rêves les plus beaux. Une ombre qui surgit, déchire le ciel, avale la lune, dévore les étoiles. Ombre froide, onde sinistre. Omniprésente. Terrifiante. Tu la connais. Elle est partout. Elle t'étouffe. Ne te retourne pas.

Un cri. Une larme. Non, plusieurs. Silence. Elle vient. Elle serpente, elle glisse, elle se répand. Ecoute, regarde. C'est pour toi. Ne te retourne pas.

Tu cours. Plus loin. Plus vite. Tu traverses ce couloir. Couloir sombre, étroit. Une sortie, tu cherches une sortie. Tu n'en vois pas. Pas de fin. Trop loin. Ne te retourne pas. Elle est là. Tu vois son souffle sur ta nuque. Tu entends son sourire s'étirer. Et tu cours, encore. Tu sais que ça ne sert à rien. Tu cours. Plus loin. Plus vite. Elle est là. Silence autour de toi. Capharnaüm dans ta tête. Ne te retourne pas.

Peur. De quoi, de qui ? D'elle.
De toi.
Ne te retourne pas.

Les murs défilent. Défilent-ils vraiment ? Tu es sûr d’avoir vu cette fissure quelques instants plutôt. Mais ton esprit, ton esprit te joue des tours, il se brise aussi, il s’effondre, il s’éparpille. Après tout, quand la peur défonce la porte, la vérité s’envole par la fenêtre. Et la peur est là, elle l’a toujours été. Elle siffle, s’enroule autour de toi et tu n’arrives même pas à retenir le hoquet étranglé qu’elle t’arrache alors qu’elle plonge ses crocs dans ta chair, un monstrueux parasite qui te dévore – de l’intérieur. Alors tu cours, tu cours plus vite, comme si tu espérais la forcer à te quitter, comme si tu espérais que la vitesse  lui ferait lâcher prise. Ne te retourne pas.


Et ce fut un vrai cri qui déchira le pseudo-silence de cette nuit d'automne alors que tu te réveillais en sursaut, suivi par le son discordant de ta respiration irrégulière, saccadée. Ta lampe de chevet était allumée, comme toujours, t'avais peur du noir après tout, quel gamin, pensas-tu alors que tu te laissais retomber sur tes draps en repoussant une mèche trempée de sueur de ton front moite. Quel gamin, vraiment. T'avais passé l'âge d'aller te réfugier en chialant dans les bras de quelqu'un après un mauvais rêve, passé depuis longtemps. Mais pour être honnête, t'avais jamais eu qui que ce soit qui soit prêt à t'accueillir dans une étreinte après un cauchemar. Ton père s'étai évaporé dans la nature et ta mère, ha, ta mère n'avait pas le temps pour ce genre de fantaisies, te souvins-tu amèrement. Tu restas allongé un instant sur le dos, à fixer le plafond où se reflétaient les lumières de la rue. Il devait être tard, t'entendais que très peu de voitures. Tu voyais aussi ton ombre sur les murs, déformée, floutée et- non il ne fallait plus que tu penses à ce rêve, ce n'était qu'un rêve après tout.

Tu balanças tes jambes hors du lit et le reste de ta personne suivit peu de temps après. Inutile d'essayer de te rendormir, tu le savais. T'allais essayer d'oublier, probablement, mais plus t'essayerais, plus vif encore serait ce souvenir, t'en avais presque la nausée rien que d'y penser. T'attrapas machinalement les vêtements que t'avais balancé la veille sur une chaise et te changeas, t'avais besoin d'air, de te libérer de cette atmosphère et peut-être, peut-être que ça irait mieux. Tu pris ton écharpe aussi tiens, mieux valait prévenir que guérir, foutue phobie du froid.

Rien qu'en entendant tes pas résonner sur l'escalier métallique alors que tu le descendais, tu te sentais déjà partir wow mais pas dans le sens "mourir", t'avais aucune envie de mourir ou quoique, ça pourrait être une bonne idée, parfois ça te paraissait l'être en tout cas mais ces brefs instants étaient ce qu'ils étaient : ils ne duraient pas. Non, t'avais plutôt l'impression d'être ailleurs, d'être déconnecté. C'était fou comme la ville paraissait différente la nuit, avec un autre éclairage, une autre ambiance. Des détails familiers te paraissaient soudain oppressants et d'autres qui ne te faisaient aucun effet te rassuraient étrangement, sans raison. Un léger sourire fleurit sur tes lèvres. T'avais certes peur du noir, mais ça t'empêchait pas de considérer le cœur de la nuit comme ton moment préféré.

C'était le plus calme, le plus paisible, celui qui te rappelait le moins - celui qui te permettait de mieux oublier - ce qui te faisait le plus peur en fait. Et tu te sentais apaisé alors que tu marchais seul dans les rues, trouvant un enfantin plaisir à sauter à cloche-pied dans les flaques de lumière orangée des lampadaires. Tu pouvais bien faire une mauvaise rencontre, tu le savais. Mais pour le moment, ça t'importait peu. Tu voulais juste te perdre, te fondre dans quelque chose de plus grand. Quelque chose de si grand que t'en oublierais tes petits tracas.

Et bah pour faire une rencontre, t'en as fait une hein. Mauvaise ou pas, tu le savais pas. Toujours était-il que l'instant d'avant, tu jouais à marcher sur le rebord du trottoir sans tomber et que là, maintenant, tu te retrouvais avec un mec bourré accroché à toi. Dieu que tu détestais l'odeur de l'alcool, c'était merveilleux ça. Tu dévisageas l'inconnu, en oubliant complètement le fait que quelqu'un qui a bu peut tout prendre comme une agression - ou à la rigolade, ça dépend -. Il avait l'air d'être parti loin dis donc, combien de verres il avait bu ?

▬ Oh euh- hic-… Merci de m'avoir rattrapé, tu ne sais pas à quel point tu aides l'humanité~

... Apparemment beaucoup et tu ne pus retenir le petit rire qui t'échappa, amusé. Gamin, quel gamin. Mais maintenant, qu'est-ce que t'allais bien pouvoir faire de ce type ? Tu pouvais pas le laisser comme ça, si ? Ouais non, t'étais trop con pour ça hein. Tu tentas de modifier un peu ta position, histoire de pas le laisser s'écraser sur le trottoir quand t'aurais plus de forces, fallait dire qu'avec la différence de taille, c'était un peu compliqué tout ça.

▬ Euh, hum, je ... De rien ... ? hésitas-tu, pas très sûr de comment tu devais t'y prendre avec lui.

Et puis d'abord, pourquoi il avait bu autant, wow. Il devait probablement avoir des problèmes, non ? ... Oh et puis t'avais rien à perdre, à part peut-être du temps, mais du temps, t'en avais encore des masses avant que le soleil se lève.

▬ ... Je peux vous aider ? hasardas-tu donc, toujours un peu perdu.

__________




Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Konoha, Kurogumo Hikaru, Toki Eien, Nishimura Daichi
Messages : 139
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 23
Couleur : Je parle. J'utilise mon pouvoir.
Fiche de Personnage
Cause de mort: Intoxication dans un incendie
Relations:
Capacité: Believing Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Dim 19 Oct - 1:24

«Euh, hum, je ... De rien ... ?» Waouh j'avais cru mal entendre quand il a ri mais en fait non, sa voix toute tremblante est trop cuuute. Une telle rencontre à une telle heure dans un tel lieu, c'est, euh, un miracle ? Je me serais plus attendu à croiser des gens pas nets, en fait... Mais peut-être que c'est moi, le pas net, dans cette histoire ? Bah, vu comment il me regarde, certainem— ... Eh mais. Non. J'avais presque oublié mais je suis un génie, après tout ! Ooooooh et il faut que je lui montre aussi, c'est l'occasion de me faire reconnaître ! En voilà encore une, de bonne idée ! Ce soir je suis très en forme, c'est dingue. Peut-être parce que je suis bourré, l'alcool me stimule ? Oh mais attends, si l'alcool fait de moi un génie et qu'à chaque lendemain de soirée j'oublie tout, c'est carrément du troll, c'est pourri sérieux ! Qu'ai-je fait pour mériter ça ?! Mon génie est-il si incompris ou si brillant qu'il doit être bridé ?! Je me sens déshonore, là. «... Je peux vous aider ?» ... Ça se voit tant que ça sur mon visage, cette impression d'être arnaqué ? Probablement... Eeeep.

Alors oui, oui bien sûr que tu peux m'aider, mon petit ! Évidemment ! «Oh oui tu serais adorable ! Déjà, tu veux bien m'aider à marcher ? C'est que j'ai un peu du mal, et je voudrais pas pourrir ici...» Eh bien oui ! C'est que j'ai de grandes choses à accomplir ce soir, alors je ne vais pas rester planté là, non non non ! Je suis désolé de t'embarquer là-dedans mais il en va de ma réussite personnelle ! C'est une chance incroyable à ne pas laisser filer ! Et en plus s'il est là avec moi j'aurai un témoin pour tous mes actes, toutes mes répliques magnifiques, non ?! Mais qu'elle aubaine, Tsuki-kun ! Quelle aubaine ! Je dois tout faire pour le garder avec moi ! C'est en soi un bon début de lui demander de m'aider à marcher, non ? Il pourra pas partir bien loin, comme ça. Sauf s'il veut vraiment se barrer... Donc je dois trouver quelque chose pour qu'il ne veuille pas ?! C'est logique, en effet... Mais quoi ? Hum, j'imagine que je dois essayer de lui inspirer de la sympathie, ou quelque chose comme ça ? Eeeeeuh mais ça vient pas comme ça, si ? Peut-être bien que si, en fait. Dis ce qui te passe par la tête, Tsuki-kun, ce sera plus ou moins sincère et comme ça il pourra apprécier le vrai toi. Le génie. Ouais.

«T'as l'air vraiment gentil, pour aider un inconnu comme ça, kohai— Attends, c'est pas comme ça qu'on dit. Euuuuh, ton nom ?» J'ai vraiment dit «kohai»...? Mais pour qui il va me preeeeeendre. Et ça fait pas bizarre de vouloir faire connaissance comme ça, brusquement ? Haha, bien joué Tsuki-kun maintenant il va détaler à toutes jambes. Il est trop mignon pour être insouciant ou inconscient de sa situation. Que faire, que faire alors ? Improvise. «Moi tu peux m'appeler Uso. Ou euh Tsuki-kun si tu veux ? En gros on m'appelle Uso-Tsuki, haha ! C'est bizarre, je sais, mais moi j'aime bien...» Bon je vais peut-être arrêter de raconter ma vie, là. L'alcool déshinibe mais faut pas déconner non plus, hein ! Ou pas pour le moment. Ouais, c'est ça. Eeeh... Faudrait que je le laisse en placer une maintenant que j'y pense... Oh pauvre petit, il a vraiment pas de chance avec moi ce soir.

__________

«Sometimes the truth is too bright that we can’t set our eyes upon it, so we tend to look away and stare at the lies instead.»

       

Merci merci mon petit kouhai Oxy, keurs keurs sur toi:
 


Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : ninomiya setsuna
Messages : 154
Date d'inscription : 30/05/2014
Localisation : who knows
Couleur : #c00000
Fiche de Personnage
Cause de mort: hypothermie
Relations:
Capacité: favoring eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kujikawa Mikumo

Mikupedia & Mikutionnaire

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Mar 21 Oct - 0:01



alcool et fanservice

feat. uso-tsuki


▬ Oh oui tu serais adorable ! Déjà, tu veux bien m'aider à marcher ? C'est que j'ai un peu du mal, et je voudrais pas pourrir ici...

Euh oui mais t'avais pas l'intention de le laisser là de base, que t'avais envie de lui dire, ça te paraissait assez évident et normal comme attitude, fallait pas laisser seul quelqu'un dont la conscience était aussi temporairement détruite par l'alcool. Enfin, t'étais peut-être le seul à être suffisamment con pour raisonner comme ça. Les autres l'auraient probablement laissé moisir dans le caniveau à dessoûler dans l'eau. Hm. Non, ça te paraissait pas très correct comme comportement. Donc tu passas un bras sous celui de l'inconnu histoire de le stabiliser un peu, t'avais certes l'habitude de devoir trimbaler un peu de poids avec le parkour, mais c'était uniquement tes 50 petits kilos, pas un mec complètement ivre qui s'appuyait sur toi. Le bon côté de la chose au moins, c'était que t'avais de la compagnie.

▬ T'as l'air vraiment gentil, pour aider un inconnu comme ça, kohai— Tu clignas des yeux, vaguement médusé par l'appelation que l'inconnu venait d'utiliser, tu te souvenais pas de l'avoir déjà vu au lycée pourtant ou alors c'était juste un mec très louche. Attends, c'est pas comme ça qu'on dit. Euuuuh, ton nom ?

Tu décidas de mettre son délire sur le compte de l'alcool, parce que de toute façon, y avait pas vraiment d'autre explication plausible pour le moment. Et puis tu pouvais pas vraiment nier qu'avec tes cheveux ébouriffés - tu viens de tomber du lit après tout -, ton manteau un peu trop grand et ton visage de gosse perdu, c'était facile de te prendre pour ... bah pour un gamin justement. La pensée te tira un petit sourire, qu'il allait probablement pas comprendre - mais que tu comprenais pas toi-même d'ailleurs.

▬ Moi tu peux m'appeler Uso. Ou euh Tsuki-kun si tu veux ? En gros on m'appelle Uso-Tsuki, haha ! C'est bizarre, je sais, mais moi j'aime bien...

Tu clignas des yeux à nouveau, tu devais pas passer pour un con à le regarder d'un air aussi confus, tiens. Uso-Tsuki ... ? Oh, merveilleux. Peut-être qu'il avait pas envie de te dire son vrai nom ou peut-être que c'était juste l'alcool - encore - qui faisait ça. Enfin bref. Toujours était-il que "Menteur" était une appellation pour le moins étrange et qui, avoue-le, te mettait légèrement mal à l'aise. Et tu démontrais une nouvelle fois ta stupidité, vu que t'osais pas vraiment l'appeler de cette façon juste parce que t'avais la vague impression de le descendre. Oui. C'que tu pouvais être cruche quand même.

▬ Hm ... Si ça vous dérange pas, je pourrais pas plutôt vous ... appeler autrement ... ? Je sais pas, Tsuki-san ou même senpai si vous voulez mais- enfin bref, tu sentais tes joues se colorer légèrement sous l'effet de l'embarras, demander à changer le nom de quelqu'un quoi, merde, tu faisais que des conneries. Sinon ... euh- Tu réfléchis un instant, puis déterminas que tu risquais pas grand-chose de la part d'un mec tellement bourré qu'il t'avait appelé "kohai". -je m'appelle Mikumo.

Bon, ça c'était fait. Maintenant, fallait peut-être que vous bougiez un peu, parce que tu commençais un peu à fatiguer maintenant et que c'était pas une bonne idée de lâcher quelqu'un sur le béton. T'entrepris déjà de t'éloigner de la chaussée le plus possible, c'était plus prudent, puis d'avancer un peu dans la rue, cherchant un endroit où vous poser.

▬ Euh, sinon ... Trouve une idée de conversation, allez. Si c'est pas trop indiscret, qu'est-ce que vous faites dehors aussi bourré ... ? Il s'est passé quelque chose ?

Félicitations, succès débloqué : poser la question à ne pas poser.


__________




Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Konoha, Kurogumo Hikaru, Toki Eien, Nishimura Daichi
Messages : 139
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 23
Couleur : Je parle. J'utilise mon pouvoir.
Fiche de Personnage
Cause de mort: Intoxication dans un incendie
Relations:
Capacité: Believing Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Mer 22 Oct - 19:56

Hum, apparemment il a décidé de pas me laisser pourrir ici, malgré la plutôt mauvaise impression que je dois donner. Y a vraiment des types qui tournent pas rond. Ou alors il est trop… Trop… Gentil ? Oui, c'est ça le mot. C'est bizarre. Soit je fais vraiment trop pitié, soit je lui fais peur…? Nah, attends Tsuki-kun. Il serait pas gentil avec toi si tu lui faisais peur. Ou alors je suis dans un état si moche que c'est ça qui lui fait peur ? Ça revient à dire que je fais pitié, haha… «Hm ... Si ça vous dérange pas, je pourrais pas plutôt vous ...» Me…? Oh regarde comme il est gêné, je peux juste pas lui inspirer grand chose de positif. Pauvre petit. Mais qu'est-ce que tu me veux ? «...appeler autrement ... ? Je sais pas, Tsuki-san ou même senpai si vous voulez mais- enfin bref.» … Tsuki-san ? … Senpai ? … C'est des marques de respect, ça, non ? Wow, attends attends attends. Ça fait combien de temps qu'on m'a pas témoigné de respect ? C'est que, à l'Akame Dan, c'est pas vraiment la coutume. À moins d'être complètement soumis comme Akira ou l'autre Koyen là, tu craches même carrément sur le nom de tes chers «collègues», là-bas. Et puis, «Senpai» ? Il est sérieux ? On n'est pas dans un manga, mais après tout s'il a envie… À croire qu'il est bourré aussi. Mais non, il est peut-être juste perturbé, et avec moi sur le dos comme ça je comprends, en fait. Eeeh.

«Sinon ... euh- je m'appelle Mikumo.» … Mikumo ? Jamais entendu ça, moi. Mais tant mieux pour lui, je le confondrai avec personne d'autre. Quoique remarque, le confondre avec quelqu'un avec l'apparence qu'il a… Oh merde, j'en connais un, d'albinos. L'autre tsundere à deux balles, là. Non, non non non, ce Mikumo est carrément trop gentil pour que je le confonde avec l'autre emmerdeur de tagueur. Dégage de mes pensées, enfoiré. Pense à autre chose, Tsuki-kun… Eeep, ça me fait penser, comment je l'appelle, moi ? S'il veut m'appeler Senpai je vais devoir vraiment l'appeler Kohai ? J'imagine… «Hm, baaah… Appelle-moi comme tu veux, euh… Mikumo-kun ?» … Ouais, ça fait bizarre. Mais s'il m'appelle Tsuki-san ou je-ne-sais-quoi, je pense que c'est quand même bon ? Puis après réflexion, ça sonne bien, Mikumo-kun. Yep, je vais l'appeler comme ça, c'est mignon. Ça lui va bien, en fait.

Hm, on va où ? Ah oui, il est pas bête Mikumo-kun, faudrait peut-être pas rester en plein milieu de la route à cette heure, surtout dans notre état. Que ferais-je sans lui, sérieux. Mon sauveeeur ! Je marche à grandes enjambées joyeuses sur quelques mètres, mais finalement ça le déséquilibre donc non, haha. Je vais devoir lui témoigner ma reconnaissance autrement ! Mais comment faire…? Pas d'idée, c'est que ça aide pas vraiment, d'être bourré… Mais si j'étais pas bourré je n'aurais pas fait cette rencontre ! Donc au final c'est pas si mal, si ? De toute façon je le suis, alors autant trouver les bons côtés. Voilà. Freaking genius. Faut vraiment que je montre ce talent au monde, moi, j'ai failli oublier, eh. «Euh, sinon ...» Oh, tu veux parler Mikumo-kun ? Fais, fais, c'est bien aussi de mener une petite conversation quand on a de la compagnie. Même si c'est avec des inconnus. J'ai déjà fait plus que ça avec des inconnus, d'ailleurs. Enfin bref, avec lui je vais pas faire grand chose d'autre que parler et marcher, j'imagine. «Si c'est pas trop indiscret, qu'est-ce que vous faites dehors aussi bourré ... ? Il s'est passé quelque chose ?» … Eh ? … … … … Bonne question. Qu'est-ce que je faisais là, moi ? «Il s'est passé quelque chose, euh, bah, oui, j'ai bu et — … Je sais plus, rien je crois ? Attends, faut que je me rappelle.» Allez, go Tsuki-kun ! Pourquoi je suis allé boire ? Pour tuer le temps. Et pourquoi je voulais tuer le temps ? Parce que j'avais rien à faire et que j'étais tout seul… Y en a qui lisent, y en a qui regardent la télé, eh bah moi je bois. Ouais. «C'est pas très glorieux, mais j'avais pas grand chose d'autre à faire… Noyer son ennui dans l'alcool, c'est beau, la vie.» Mais dans quoi je l'embarque ? Le pauvre, lui il a rien demandé ! Rattrape-toi vite Tsuki-kun ! «Oh, hm, pardon, je raconte n'importe quoi, haha… Je vais pas te raconter ma vie, t'as mieux à faire je pense. Si tu veux tu peux me lâcher…?» C'est lui qui a proposé de m'aider, je sais, mais il s'attendait peut-être pas à ce que je réponde oui. Tout à l'heure il avait l'air carrément gêné, je devrais le laisser tranquille. Qui voudrait qu'un alcoolo lui tienne la grappe à je-sais-pas-quelle-heure de la nuit, en plus, hein ?

__________

«Sometimes the truth is too bright that we can’t set our eyes upon it, so we tend to look away and stare at the lies instead.»

       

Merci merci mon petit kouhai Oxy, keurs keurs sur toi:
 


Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : ninomiya setsuna
Messages : 154
Date d'inscription : 30/05/2014
Localisation : who knows
Couleur : #c00000
Fiche de Personnage
Cause de mort: hypothermie
Relations:
Capacité: favoring eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kujikawa Mikumo

Mikupedia & Mikutionnaire

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Jeu 23 Oct - 18:39



alcool et fanservice

feat. uso-tsuki


Bon, ça avait pas l'air de le déranger et tu laissas échapper un soupir de soulagement dont l'existence t'était complètement inconnue avant qu'il ne se manifeste. Fallait croire que tu t'en faisais un peu trop - comme toujours, pensas-tu, comme d'habitude. C'était une mauvaise - non, pas mauvaise, c'était plus compliqué que ça, t'avais pas le bon mot en tête à coller sur cette action - manie qui t'avait déjà coûté assez cher mais tu persévérais dans ta connerie, à toujours t'en faire plus pour les gens qu'ils ne s'en font pour toi. De toute façon, on pouvait pas vraiment dire que tu donnais envie qu'on se fasse du mouron pour toi. Y avait des gens qui avaient un don pour ça, qui dégageaient la bonne aura de tristesse sans fond qui poussaient les autres à leur tendre la main mais toi, t'étais loin de ça. La seule chose que tu pouvais bien leur inspirer, c'était probablement le mépris. Et grand bien leur fasse : c'était également la principale émotion qu'ils t'inspiraient.

Bref. Pendant que tu te faisais ce monologue mental, tu manquas de t'étaler plusieurs fois - ouhlà vous alliez pas aller loin comme ça, tu ferais mieux d'essayer d'ajuster ta vitesse de marche à la sienne. Bon. Tu galérais un peu, t'avais jamais vraiment eu à le faire, t'allais toujours à ta propre vitesse, tout seul, sans vraiment avoir à se soucier d'un autre ce faisant. Tu réalisais aussi qu'il y avait beaucoup de choses que tu ignorais, des choses qu'ils jugeaient triviales et ça te fit sourire un peu plus, le raisonnement étant tout à fait réversible. Ah, tu leur ressemblais bien plus que tu n'aimais l'admettre, c'était un fait maintenant.

▬ Il s'est passé quelque chose, euh, bah, oui, j'ai bu et — … Je sais plus, rien je crois ? Attends, faut que je me rappelle. Ça sentait un peu la sale histoire, hm. Ou alors c'était juste qu'il voulait rien te dire et restait vague volontairement, ce qui était parfaitement compréhensible - quoique, l'alcool n'était pas sensé délier la langue ? C'était ce que tu entendais dire en tout cas. C'est pas très glorieux, mais j'avais pas grand chose d'autre à faire… Noyer son ennui dans l'alcool, c'est beau, la vie.

Tu clignas des yeux, surpris. Et voilà. Tu retombais dans ta vieille habitude même si tu t'étais mis en garde tout seul il y a même pas quelques minutes. Il pouvait très bien mentir, Uso-Tsuki qu'on l'appelait, alors forcément ... Mais une part de toi pouvait pas s'empêcher de te sentir mal, la seule partie qu'il restait de ta personnalité d'antan, celle qui pouvait pas encore se dire "fuck it, ils se sont jamais souciés de moi, pas la peine que je le fasse pour eux". T'étais quand même vraiment facile à manipuler quand on y pensait. T'étais le genre à sauter pieds points dans un piège pour peu qu'on instille un peu ta compassion et ce, même si t'étais bien conscient que c'en était un. Parce que t'étais con, un gros con qui pensait toujours "je suis sûr à 99% que c'est un mensonge mais je le regretterai toute ma vie si c'était le 1% qui était réel". T'étais vraiment trop nul.

Et en l'occurrence, tu pouvais pas t'empêcher de te sentir mal pour ton aîné. Se noyer dans l'alcool, c'était jamais la bonne solution - enfin, c'était une solution comme une autre mais certainement pas celle qui allait avancer les choses. Et puis tu réalisas une chose : il avait l'air assez jeune, tu le situerais plutôt dans les 20-25 ans, pas plus. Mais normalement, il devrait pas avoir quelqu'un - un membre de sa famille, des potes, n'importe qui - pour l'arrêter ? Bourré comme il était, il devait avoir bu une quantité assez conséquente quand même, n'importe qui aurait- oh. Et s'il n'avait personne ou uniquement des cons dans son entourage ... ? Ouais non, tu pouvais tout aussi bien te faire des idées. Toi et ta manie de plaquer des problèmes sur les gens ...

▬ Oh, hm, pardon, je raconte n'importe quoi, haha… Je vais pas te raconter ma vie, t'as mieux à faire je pense. Si tu veux tu peux me lâcher…?

Tu haussas un sourcil, assez pris au dépourvu par la proposition. Il t'avait demandé de l'aider, maintenant il te disait de le laisser ? Fallait savoir mais de toute façon, t'allais pas l'écouter, tu faisais un peu ce que tu voulais là. En l'occurrence, tu pensais déjà le caler quelque part - genre un banc - le temps que son ivresse passe au moins un peu et qu'il puisse marcher plus droit que ça. Mais le lâcher, ça te venait pas à l'esprit, non.

Alors tu ris, sans vraie raison - tu ris pour chasser le malaise qui s'était installé et te pesait sur le système. Parce que tu voulais pas te faire avoir encore une fois - la fois de trop.

▬ Pour être franc, ça serait pas une bonne idée. C'est pas super bien fréquenté ici et- Tu regardas autour de toi, cherchant toujours un endroit où déposer ton acolyte. -être aussi bourré n'est pas un bon choix de survie quand on est seul.

Tu laissas planer quelques secondes de silence, cherchant un peu tes mots. Tu savais pas vraiment quoi dire pour être tout à fait honnête, tu voulais pas t'aventurer non plus sur un nouveau terrain où il serait facile de t'embobiner et t'avais conscience d'être beaucoup trop sentimental pour tenir la distance. Mais comme toujours, t'écoutas la petite voix parmi la foule qui se pressait dans ton cerveau. Celle qui te soufflait "non, ne laisse pas passer ça".

▬ Et puis, j'ai pas vraiment ... autre chose à faire. Ton regard se fit vague quelques secondes avant que tu ne secoues la tête pour chasser les pensées noires qui venaient te titiller. Je crois que je m'en voudrais aussi si je vous laissais tomber alors que j'aurais pu faire quelque chose ...

Et tu croyais aussi que t'étais un peu con, mais ça, t'avais pas besoin de le dire pour qu'on le comprenne.


__________




Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Konoha, Kurogumo Hikaru, Toki Eien, Nishimura Daichi
Messages : 139
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 23
Couleur : Je parle. J'utilise mon pouvoir.
Fiche de Personnage
Cause de mort: Intoxication dans un incendie
Relations:
Capacité: Believing Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Jeu 23 Oct - 21:57

… Attends, il rigole ? Pourquoi ? qu'est-ce que j'ai dit ? ll se fout de moi ? Mais j'ai… Nan, ça n'en a pas l'air. Enfin, je crois ? Uwah, mais qu'est-ce qu'il a, alors ? C'est que j'ai le cerveau embrouillé avec tout ça, moi, je peux pas tout capter non plus hein. Le mieux, ce serait que tu m'aides un peu, là, Mikumo-kun. Je suis pas devin et en plus je fais n'importe quoi quand je suis bourré. Uh. Un peu de lucidité reviendrait-elle ? M'étonnerait. Mais il se passe quoi, alors ? Hm, bizarre, d'un coup j'ai l'impression qu'il y a un problème. Pourtant je tiens assez bien l'alcool, et heureusement, avec tout ce que j'ai bu ! Mais je sais pas, je sens comme un froid. Un coup de vent, peut-être ? Faut dire que je suis pas très couvert… Mais pas grave, ça fait rien. Après tout, l'alcool réchauffe, je dois me faire des idées. «Pour être franc, ça serait pas une bonne idée. C'est pas super bien fréquenté ici et être aussi bourré n'est pas un bon choix de survie quand on est seul.» … Oh ? Eh bien, c'est pas faux ce que tu dis là, même si je crois que ça m'est déjà arrivé de traîner dans le coin et dans cet état. De toute façon je traîne que par ici, alors hein… J'arrive toujours à m'en sortir, pas besoin d'en faire tout un plat, je crois.

«Et puis, j'ai pas vraiment ... autre chose à faire.» … Sérieux ? Sérieusement ? Mais n'importe qui aurait autre chose à faire que de s'occuper d'un ivrogne en pleine nuit dans un quartier mal famé, non ? Waouh, sur qui est-ce que je suis tombé ? «Je crois que je m'en voudrais aussi si je vous laissais tomber alors que j'aurais pu faire quelque chose ...» … Oh. Euh… Je, heu… J'avoue que je sais pas vraiment quoi dire. Quand c'est la dernière fois qu'on m'a dit ça ? «Je m'en voudrais si je te laissais tomber». … … … Je m'en rappelle pas. Est-ce qu'on me l'a déjà dit, déjà ? Possible que non, ou alors c'était des gens que j'avais manipulés, sûrement… Mais si ça me touche autant, là, c'est parce que c'est venu spontanément. C'est très… Surprenant ? Je trouve plus mes mots, je vais pas aller loin si je sais même pas quoi penser. Est-ce que… «Ce serait comme un rêve…? Genre je me pince et hop, je vois le plafond qui me dit «haha t'y as cru, hein ?» ? Nooon, je veux pas me pincer…» Pas encore… Tant pis si c'est un rêve et qu'en fait je suis mort bourré dans un coin pas net, je veux encore profiter de ça… C'est pas souvent qu'on me dit ça, même en rêve, alors… Je vais ralentir la cadence pour pas partir, si a se trouve je me réveillerai quand on aura fini de marcher, uh. Oh, tout mais pas ça, pars pas, pars encore, Mikumo-kun… T'es mignon et tu me dis des choses gentilles, c'est agréable, en fait. Limite si ça me réchauffe pas plus que l'alcool. Oh, mais d'ailleurs- «Tu veux faire quoi pour moi…? Euh, m'aider, je veux dire ?» Parce que bon, y a pas grand chose à faire, je crois ? Hm, j'en sais rien, mais en tout cas quoiqu'il fasse, ce sera cool, je pense. Parce que Mikumo-kun est gentil, gentil avec moi. Alors que je suis pas quelqu'un de fréquentable, je crois, haha… Mais dans quoi je me suis embarqué ? Et lui, alors ? C'est trop bizarre, sérieux. Mais en même temps c'est pas désagréable. Rien n'est désagréable quand tu as bu, aussi, ça aide, ça. Aaah, l'alcool, si c'est pas bien joli, ça. Ça rend la vie plus facile, je crois… C'est con quand même, l'impression négative qu'on a des alcooliques, car eux ils ont tout compris à la vie. Problème ? Tu bois pour oublier. Tu bois trop ? Tu bois pour oublier. Et tu nages dedans à la fin, ça peut même te tuer, c'est pratique. … Wooouh, c'est quoi cette pensée ? «Ouais bah, c'est pas comme si quelqu'un se soucierait de ma mort, je crois, de toute façon. Ffff, j'en sais rien, je suis naze, aaah…» Vaudrait mieux arrêter de penser à ça je crois, ça sert pas à grand chose. Surtout avec Mikumo-kun à côté, il doit se sentir seul vu que je parle pas beaucoup, le pauvre. Hm, je me demande si je peux ou pas, mais tant pis, je le fais. J'ai besoin de compagnie, après tout, alors je laisse doucement ma tête choir sur son épaule. Ah, on est bien, là. Ça me ferait presque oublier le coup de froid que j'ai eu tout à l'heure et qui veut pas me lâcher…

__________

«Sometimes the truth is too bright that we can’t set our eyes upon it, so we tend to look away and stare at the lies instead.»

       

Merci merci mon petit kouhai Oxy, keurs keurs sur toi:
 


Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : ninomiya setsuna
Messages : 154
Date d'inscription : 30/05/2014
Localisation : who knows
Couleur : #c00000
Fiche de Personnage
Cause de mort: hypothermie
Relations:
Capacité: favoring eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kujikawa Mikumo

Mikupedia & Mikutionnaire

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Jeu 23 Oct - 23:34



alcool et fanservice

feat. uso-tsuki


Okay, t'avais dit ça sans vraiment réfléchir, t'avais la langue qui fonctionnait deux fois plus vite que ton cerveau après tout. Tu disais ce que tu pensais, c'était limite si tu ne disais pas d'abord avant de penser la même phrase d'ordinaire, encore une mauvaise habitude que tu devais corriger. Quel con. Tourner ta langue sept fois dans ta bouche avant de parler, hm, non, ça te disait rien.

Résultat, tu venais probablement de passer pour un fou. Mais après tout, c'était vrai. A cette heure de la nuit, tu n'avais rien de mieux à faire que de servir de support à un alcoolo. Ton cauchemar t'avait beaucoup trop secoué pour que tu puisses retourner dans les douces profondeurs des bras de Morphée - et quelque chose te disait que tu faisais bien, que des rêves encore plus affreux t'y auraient attendu. Personne à qui parler non plus, t'avais pas d'amis assez complaisants pour te pardonner de les appeler au beau milieu de la nuit pour une bête crise d'angoisse - pas d'amis tout court en fait. Et t'en faisais tout le temps de toute façon, ça passerait, ça passait toujours - mais ça revenait aussi. Alors pour le moment, oui, tu te contentais de sa compagnie - "contenter" n'était pas le vrai mot pour décrire ce sentiment, t'étais plus ... presque soulagé d'avoir trouvé une présence humaine en fait. Au cœur de la nuit, là où il n'y avait pas un chat, là où le silence et le froid régnaient en roi, t'avais trouvé quelqu'un. Et peu importe qui c'était. Juste le fait de voir quelqu'un te rassurait, au moins un temps.

▬ Ce serait comme un rêve…? Genre je me pince et hop, je vois le plafond qui me dit «haha t'y as cru, hein ?» ? Nooon, je veux pas me pincer…

Et plus tu écoutais, plus tu regardais ce quelqu'un en question, plus tu tombais dans cet état d'esprit que t'avais essayé de repousser. Tu t'étais dit "d'accord, je vais m'en faire un peu, mais juste un peu, juste assez pour l'aider". Mais tu le sentais, à chaque mot, que t'allais pas t'arrêter là. Il y avait une différence entre se bourrer la gueule entre amis pour s'amuser et se bourrer la gueule pour oublier ses problèmes : dans la première situation, y avait des gens avec toi, des gens pour te ramener chez toi, te balancer dans le lit et peut-être t'apporter une aspirine pour la gueule de bois le lendemain. Dans la seconde : t'étais seul. T'étais seul avant, pendant et après.

▬ Tu veux faire quoi pour moi…? Euh, m'aider, je veux dire ?

Tu le regardas et baissas les yeux, mâchonnant ta lèvre par réflexe, le tic nerveux qui trahissait si facilement ton embarras. Tu ne savais pas, pas encore. Et quand bien même tu le saurais, t'écouterait-il ? Probablement pas. T'étais qu'un gamin après tout, un gosse au moins aussi perdu que lui, quelqu'un qu'on avait éjecté de l'enfance mais à qui on fermait la porte des adultes. Un adolescent confus, qui ne trouvait pas de chemin sur lequel avancer et qui errait de route en route, comme une bouteille à la dérive dont on ne lirait jamais le message.

▬ Ouais bah, c'est pas comme si quelqu'un se soucierait de ma mort, je crois, de toute façon. Ffff, j'en sais rien, je suis naze, aaah…

Tu sentis sa tête se poser sur ton épaule et tu t'immobilisas, incapable de continuer à marcher. Pas avec cette boule dans ta gorge, pas avec cette boule dans ta gorge qui enflait, douloureuse et affreusement remarquable, comme si elle te hurlait ta propre naïveté, ta propre stupidité à la face. Voilà. T'avais franchi la ligne à ne pas franchir, à nouveau. Qu'est-ce que ça t'apportait après tout, de t'ouvrir autant, d'accepter et de compatir à la douleur des autres, à part porter une autre charge en plus de la tienne ? Tu n'avais pas la réponse à cette question.

Mais les faits étaient là. Le doute s'était envolé. Il n'y avait que cette tristesse douce-amère, comme du coton, dans laquelle tu avais juste envie de te laisser tomber, te laisser-aller. Mais tu ne pouvais pas. Lâcher prise ne t'amenait à rien. Alors tu te retenais, encore un peu. Quelques secondes de plus.

▬ Je... commenças-tu.

Mais ta voix s'étrangla dans ta gorge, qui te faisait mal, mal mal mal, tellement mal que t'avais l'impression que plus jamais rien n'en sortirait, alors que c'était maintenant, maintenant était l'instant où tu devrais sortir quelque chose. Rien ne venait. Une minute, puis deux. Silence de plomb. Ce n'était que 120 secondes, ça te paraissait une éternité, une éternité assourdissante. Et lorsque les mots rompirent enfin le barrage formé par tes lèvres, ce n'était même plus des phrases, c'était juste une cascade. Le même désordre, la même absence de véritable destination, la même volonté de juste sortir, passer le cap.

▬ Pardon, je- je sais pas consoler les gens, je sais jamais quoi faire et- Ta voix s'étouffa à nouveau et tu pouvais presque sentir le mouvement du nœud qui t'obstruait la trachée. Et j'ai peur- Le mot tomba comme un couperet, qui t'aurait glacé le sang si tu n'avais pas autant conscience que la peine de l'inconnue était peut-être plus grande que la tienne. J'ai peur de dire les mauvaises choses, de les faire empirer-

Et les mots te quittèrent à nouveau, le temps de calmer ton souffle erratique, comme si lui aussi, il cherchait son chemin. Tes yeux se perdirent un moment dans les immaculés volutes éphémères formés par ton souffle. Éphémères. Comme lui, comme toi sans doute.

Rien n'avait de sens.

▬ Pardon, je me suis laissé emporter- Ce n'était plus qu'un murmure, un murmure un peu bancal, mal assuré, avec ses craquements, ses faiblesses exposées. Ce que je voulais dire, c'était que- enfin- on se connaît pas et tout, je sais, mais si vous voulez parler ... je peux écouter. Ça au moins, je sais faire.

Tu tiras sur ton écharpe distraitement, nerveusement.

▬ Et ... hum ... maintenant que je sais ça, non, je peux pas dire que votre mort me serait indifférent. C'est pas- c'est quelque chose que personne devrait ressentir, je pense.


__________




Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Konoha, Kurogumo Hikaru, Toki Eien, Nishimura Daichi
Messages : 139
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 23
Couleur : Je parle. J'utilise mon pouvoir.
Fiche de Personnage
Cause de mort: Intoxication dans un incendie
Relations:
Capacité: Believing Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Ven 24 Oct - 1:17

… Merde. Merde, merde, merde. C'est ma voix qui a dit ça ? Putain, j'avais pas capté mais je l'ai pas juste pensée, cette phrase, je l'ai dite. Mais quel… Quel con… Qui voudrait entendre ça ? Surtout venant d'un inconnu bourré et en pleine nuit ? Il s'est stoppé net, il va me rejeter, c'est sûr… Oh putain, le rêve vire au cauchemar. Ça n'aura pas duré longtemps, pauvre Tsuki-kun… Et maintenant ça fait mal, je stresse comme un dingue, et mon coeur bat tellement vite qu'il me fait mal. C'est maintenant qu'il faut se pincer…? J'en ai pas la force. Je veux pas, je veux pas, non. C'est complètement con, mais j'ai pas la force de faire quoi que ce soit. Et puis, faire quoi, hein ? J'ai l'impression que je peux pas faire grand chose pour me tirer de là. Si je suis comme ça, si seul, et si on m'ignore ou me repousse quand j'ai un peu d'espoir, c'est ma faute, hein ? Et merde. Ça fait mal, mal, arrête de penser à ça Tsuki-kun. Arrête… De toute façon ça va pas durer. Non non non, pas durer. Dans une dizaine de minutes je serai endormi dans un coin, à décuver tout seul, tout seul comme d'habitude, et on n'en parlera plus. Oui oui, voilà. Ce sera bien. Ce sera comme toujours, hein ? Oui, j'ai l'habitude, si j'ai vécu toute ma vie comme ça alors ça ira… Ça ira…

«Je...» …? Espoir. Mais non, il est sûrement dans un pire état que moi. Mais en même temps, comment réagir quand un putain d'alcoolo rencontré y a dix minutes te déprime sur l'épaule alors que t'as rien demandé et que tu dois avoir tes propres problèmes, hein ? S'il traînait ici à cette heure-là je ne pense pas que c'était pour s'amuser. Le pauvre. Qu'est-ce que je lui fais vivre ? Je lui ajoute mes merdes en plus des siennes, non, non non non, ça va pas. Je déglutis, faut plus y penser. Si tu ne penses pas à la douleur, j'imagine que tu n'es pas triste. Alors je vais faire ça. «Pardon, je- je sais pas consoler les gens, je sais jamais quoi faire et-» … Non, non, t'y es pour rien Mikumo-kun… Pardon, c'est moi qui m'excuse, vraiment… «Et j'ai peur-» … … … … … … Peur. Oh putain. Mais qu'est-ce que j'ai foutu, bordel ? Putain… Con. Con, con, con, j'ai que ce mot en tête. Comment me qualifier autrement ? Ce petit mérite pas ça, merde… «J'ai peur de dire les mauvaises choses, de les faire empirer-» Non, non, dis pas ça, c'est ma faute… Oh… J'ai tellement de peine pour lui, mais je sais même pas quoi faire, quoi dire non plus… Je suis pareil que lui, je sais pas consoler les gens, mais moins lui il les emmerde pas avec ses problèmes. Oh, qu'ai-je fait… Tout ça à cause de l'alcool, hein ? Finalement je comprends pourquoi c'est un problème… Mais quel con.

«Pardon, je me suis laissé emporter-… Ce que je voulais dire, c'était que- enfin- on se connaît pas et tout, je sais, mais si vous voulez parler ... je peux écouter. Ça au moins, je sais faire.» … Écouter ? Genre, il veut m'écouter…? … … … «Et ... hum ... maintenant que je sais ça, non, je peux pas dire que votre mort me serait indifférent. C'est pas- c'est quelque chose que personne devrait ressentir, je pense.»Gentil. Trop gentil. Je sais pas si je mérite autant de gentillesse, mais c'est tellement… Tellement… Je trouve pas de mots. Pas de mots, non, mais je ne peux plus ne pas agir. Alors tant pis s'il est surpris ou gêné, mais je dois le faire. Je dois le prendre dans mes bras, je dois le serrer contre moi, le serrer à l'en étouffer. Pour lui dire comme ça me touche… «Mikumo-kun, je—… J-Je suis—… Désolé, désolé, vraiment…!» Et merde, ma voix se brise… Putain je sais pas quoi dire en plus, ah… «Je voulais pas te… Mettre dans cet état. Vraiment, pour une fois, haha… C'est juste que je me- je me—…» Dis-le, dis-le. Avant que ta voix ne se meure dans les sanglots. «Je me sens… Si- seul…» Et voilà. Merde, j'ai explosé, je pleure comme pas possible, foutu alcool de merde qui débride trop… Je le bénissais y a pas deux minutes, mais là, non, non, juste non… J'enfouis ma tête contre sa grosse écharpe, son écharpe toute chaude, je voudrais me noyer dedans et ne plus jamais ressortir. «J'ai plus… Plus personne à qui parler… Depuis—… Depuis sa—» Non. Non, je peux pas le dire. Je pensais m'en être remis. Je le pensais vraiment, Hime… Si tu me regardes, sache que je m'en veux au plus haut point. Hime… «M-Mort…» Est-ce qu'il l'a entendu…? Moi-même je suis pas certain de l'avoir dit, tellement c'était faible. Faible, faible, oui, aussi faible que moi… Je suis un loser, un loser alcoolique qui pleure dans les bras d'un gamin inconnu et qui doit avoir ses propres problèmes aussi. … Hime, pardonne-moi…

__________

«Sometimes the truth is too bright that we can’t set our eyes upon it, so we tend to look away and stare at the lies instead.»

       

Merci merci mon petit kouhai Oxy, keurs keurs sur toi:
 


Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : ninomiya setsuna
Messages : 154
Date d'inscription : 30/05/2014
Localisation : who knows
Couleur : #c00000
Fiche de Personnage
Cause de mort: hypothermie
Relations:
Capacité: favoring eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kujikawa Mikumo

Mikupedia & Mikutionnaire

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Ven 24 Oct - 21:45



alcool et fanservice

feat. uso-tsuki


C'était drôle quand on y pensait. C'était un inconnu, un parfait inconnu, ce Tsuki-san, et c'était lui qui était en train de te serrer contre lui. Alors pourquoi était-ce toi qui avait l'impression d'être celui qui se raccrochait à lui, comme un noyé tenterait de s'agripper désespérément à une bouée ? C'était à peine si tu l'entendais s'excuser malgré la distance inexistante qui vous séparait à présent, tes pensées hurlaient et noyaient sa voix, une ronde de questions, d'interrogations sans réponses qui se bousculaient pour se faire entendre. A bien y réfléchir, c'était peut-être la première fois que tu sentais quelqu'un te serrer dans ses bras, ou du moins, tu te souvenais pas qu'on l'ait déjà fait. Et maintenant que c'était fait ... Tu te rendais compte que c'était quelque chose qui te manquait.

▬ Je voulais pas te… Mettre dans cet état. Vraiment, pour une fois, haha… C'est juste que je me- je me—…

Les voix se calmèrent, quelques secondes, juste assez pour percevoir, pour t'apercevoir que sa voix butait, trébuchait sur les mots avant de se briser et ces sons te faisaient mal, un peu, ils te pinçaient le cœur comme si des petits éclats des mots éparpillés s'étaient envolés avec son souffle pour se loger là. C'était comme une poussière dans l’œil : c'était petit, insignifiant même mais ça faisait mal, plus mal que tu ne le voudrais.

▬ Je me sens… Si- seul…

Et tu l'entendais sangloter, là, contre toi et merde, poussière dans l’œil hein, voilà qu'ils te piquaient maintenant. Mais tu ravalas - tu te forças à ravaler la pelote que t'avais dans la gorge, celle qui avait tellement enflé que tu doutais que ton corps d'enfant réussirait à la contenir indéfiniment et tu levas tes mains diaphanes pour les poser aussi doucement que possible sur le dos du plus âgé, , dans le creux entre les deux omoplates. T'osais même pas le serrer trop fort. A cet instant précis, t'avais l'impression que si tu le faisais, tu risquais de le briser un peu plus, encore un peu plus. Un peu trop. Alors tu le laissais parler, tu le laissais parler et tu te contentais de rester là, près de lui, à parcourir doucement du bout des doigts sa colonne vertébrale que tu pouvais sentir à travers du peu de couches de vêtements qu'il portait.

▬ J'ai plus… Plus personne à qui parler… Depuis—… Depuis sa—

Tu n'entendis pas la suite, mais t'en avais pas vraiment besoin pour saisir l'essentiel : la seule personne qu'il avait n'était plus là. Tu raffermis légèrement, imperceptiblement ta prise, comme pour contrebalancer cette absence - un réflexe enfantin, peut-être futile même, mais c'était ce qu'il était : un réflexe. T'avais pas réfléchi.

Seul. Un sentiment que tu connaissais bien mais que tu ne comprenais pas pour autant. Vous étiez 7 milliards sur cette terre, 7 milliards et vous parveniez encore à isoler assez certaines personnes pour qu'elles ressentent quelque chose d'aussi horrible. A cette pensée, tes doigts se crispèrent légèrement sur le tissu de ses vêtements et tu le serras un peu plus, comme si tu voulais t'assurer qu'il était encore là, que ce n'était pas une illusion - quel idiot. Il sentait les larmes et l'alcool, une combinaison déprimante qui allait bien avec votre situation. Vous aviez probablement l'air idiot mais tu t'en foutais en fait. Ce qui t'importait le plus en cet instant, c'était de trouver les mots ou les gestes pour l'apaiser.

▬ Je suis désolé ... tu finis par souffler, incapable de trouver mieux, nul que t'étais. Pour quelqu'un qui ouvrait autant sa gueule pour ce genre de choses, t'étais étonnamment silencieux quand c'était à ton tour d'y passer.

Tu continuais à faire glisser ta main le long de son dos, tout doucement, sans savoir si c'était uniquement lui que tu réconfortais ou si toi aussi, tu cherchais refuge dans la tiédeur que tu sentais contre ta paume. Pouvais-tu vraiment assurer que ça irait mieux ? T'avais bien eu une petite remontée, toi, mais tout se dégradait peu à peu aussi. T'avais l'impression d'avoir gravi un long, long escalier pour finalement glisser et dévaler un toboggan, une glissière bien trop lisse pour que tu puisses te raccrocher quelque part pour ralentir ta chute.

▬ Ça va aller, ça va aller- finis-tu par assurer quand même, ta voix encore plus faible que tout à l'heure mais tu la raffermis, tu tentes de la raffermir, d'effacer ces nuances de doute qui s'y insinuent au milieu du patchwork d'émotions qui la teint. Je- Je vais rester, d'accord ? Je sais que c'est horrible d'être seul et-

-et tu te sentais pas de l'abandonner, voilà tout, mais la fin de ta phrase s'évanouit dans un sanglot et la première larme se fit sentir comme une brûlure, une traînée de feu sur ta joue pâle. Il suffisait que d'une seule, les autres suivirent, silencieusement, presque imperceptiblement et ton front rencontra son épaule presque immédiatement. Sois fort Mikumo, plus fort que ça. Si tu veux l'aider, sois fort.

▬ Ça va aller, ça va aller, ça va aller- murmurais-tu, la voix enrouée craquant comme des brindilles sous le pied, et tu ne savais même pas pour qui tu parlais.

Idiot.



hrp:
 

__________




Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Konoha, Kurogumo Hikaru, Toki Eien, Nishimura Daichi
Messages : 139
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 23
Couleur : Je parle. J'utilise mon pouvoir.
Fiche de Personnage
Cause de mort: Intoxication dans un incendie
Relations:
Capacité: Believing Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Lun 3 Nov - 9:19

«Ça va aller.»

Je le sens resserrer ses tout petits bras autour de moi au fur et à mesure, comme si tout ce que je venais de lui dire l'avait blessé lui aussi, merde. Je voulais pas, vraiment pas, je te jure Mikumo-kun… Mais je t'ai embarqué avec moi, je suis tellement désolé… Enfin si on est dans le même bateau, crois-moi que je te laisserai pas tomber, que je te laisserai pas te noyer. Si tu me soutiens, je vois pas pourquoi je ferais pas pareil. C'est juste tellement agréable, ça fait tellement de bien, de savoir qu'on a quelqu'un… De sentir une présence là, juste là, de sentir ce quelqu'un qui te serre pour ne pas que tu partes, que tu souffres, qui te réchauffe… J'aimerais bien que ce soit pareil pour lui, j'aimerais bien l'aider s'il en a besoin. Mais dans un sens, j'espère qu'il en pas besoin, j'espère que sa vie est pas aussi nulle que la mienne. Enfin, pour qu'il traîne dans le coin à une telle heure, je me demande à quoi elle peut bien ressembler, sa vie. «Je suis désolé ...» Pourquoi ? Non, non, t'excuse pas, t'excuse pas je t'en prie, tout est ma faute, merde… Je resser un peu mes bras autour de son petit corps, il a l'air si fragile, si fébrile… J'espère que c'est pas à cause de moi. Mais quel con. «C'est moi qui—… qui suis- désolé…» J'arrive même plus à parler, tellement je pleure. C'est con, c'est sensé soulager, mais ça fait que faire un peu plus mal à chaque larme qui coule, ça me prend à la gorge sans vouloir me lâcher. Mais j'ai dû le chercher, aussi, hein…? Ouais, je dois la mériter, cette douleur, c'est sûr. Rien que là, rien que pour l'avoir entraîné là-dedans, le petit, à cause de mes conneries… Après tout, c'est moi qui me suis bourré comme un idiot, et qui me retrouvais là à tergiverser alors que j'aurais pu faire tellement mieux. Ouais, je suis décidément très con.

«Ça va aller, ça va aller-» … Ça va aller…? Ça va aller, vraiment ? Je… J'en sais rien, mais j'ai envie d'y croire, j'ai tellement envie d'y croire… Mais sa voix, sa voix était si faible, on aurait dit qu'elle allait se casser à chaque mot, chaque son… Je m'en veux, je m'en veux tellement, je sais que c'est à cause de moi… Merde… Et je sanglote contre lui, à nouveau, même si ça ne s'est jamais vraiment arrêté, à vrai dire. «Je- Je vais rester, d'accord ? Je sais que c'est horrible d'être seul et-» … Et merde. Putain, non ! Je l'ai fait pleurer, ah, je voulais pas, pas du tout, ça me fait encore plus de peine de le sentir pleurer que de pleurer moi-même. En plus, s'il sait, s'il sait comme c'est horrible, c'est qu'il doit le vivre ? C'est qu'il doit vivre aussi, ou avoir vécu la solitude. Avoir vécu comme c'est insupportable. Mais bordel, lui il est gentil, lui il le mérite pas. Si je pouvais prendre toute sa peine, je le ferais je pense, j'en suis plus à ça près, moi. Mais lui, lui, il le mérite pas. Non. Il mérite encore plus que moi qu'on le console et qu'on l'aide, merde…

Je sens sa tête descendre pour arriver jusqu'à mon épaule, et instinctivement je le serre encore plus, on doit avoir l'air fins, chacun la tête sur l'épaule de l'autre à pleurer comme ça… Mais on a juste mal, c'est tout… Je remonte une de mes mains pour câliner tout doucement ses cheveux, un geste réconfortant mais fébrile, j'ai un peu peur de sa réaction, je le connais pas après tout, si ça se trouve il n'aime pas, ou je ne sais quoi encore… «Ça va aller, ça va aller, ça va aller-» Ah, sa voix… Il a l'air d'avoir tellement mal, sa voix, elle est étranglée, elle me fait mal rien qu'à l'entendre. C'est juste… Ça colle tellement pas avec ce qu'il dit… Mais il a l'air de le penser. D'y croire. Alors moi aussi, je dois y croire. Je dois le réconforter, il a dit qu'il resterait, alors moi aussi je vais rester. Je peux juste pas le laisser comme ça, non, je ne peux pas. Rythmé par mes sanglots, je répète : «Oui, ça va aller- Ça va aller, ça va aller—» J'espère que ça va aller. Mais j'y crois, je me raccroche simplement à ces trois mots, ces trois mots qui peuvent paraître insignifiants, mais qui comptent tellement, tellement… J'attendais que ça, quelqu'un qui me le les dise, juste trois petits mots, trois petits mots qui réconfortent pourtant à un point qu'on ne pourrait pas imaginer… Ça fait du bien. Ça fait juste du bien. Je voudrais le soulager aussi, le pauvre petit qui pleure dans mes bras, alors que moi aussi je pleure comme un abruti.

J'y crois, je veux continuer d'y croire, croire que peut-être il continuera d'être là, même après ce soir, même après un an, je veux croire qu'il y aura quelqu'un pour moi jusqu'à la fin… C'est égoïste et en même temps ça me fait peur… Si ça se trouve demain tout sera fini, il ne faut pas que j'espère trop, ou ce sera encore pire… Mais au moins pour ce soir, je voudrais en profiter, et l'aider aussi un peu… «Ça va aller, j-je suis là moi aussi… Peut-être pas- en très bon état, mais— Pardon… Enfin si- si jamais tu veux parler, ou que tu te sens seul, je—… » Si ça se trouve il voudra pas, il aura juste pas envie. Mais je le dis quand même, j'y tiens. Je murmure ensuite : «Je te laisserai pas tomber…» Respire, Tsuki-kun, respire. Calme-toi, ce serait le minium pour parler. Mais en même temps je pleure, je me sens mal, et j commence à stresser comme un con. À avoir peur qu'il s'envole d'un coup, à cause de moi… Alors que sa présence et ses quelques mots sont juste si agréables. Ne pars pas, je t'en supplie, ne pars pas… Caressant toujours tout doucement ses cheveux, je le blottis contre moi, je le serre, comme pour le mettre à l'abri. Je voudrais le garder toujours ici, juste ici, dans mes bras. Respire.

__________

«Sometimes the truth is too bright that we can’t set our eyes upon it, so we tend to look away and stare at the lies instead.»

       

Merci merci mon petit kouhai Oxy, keurs keurs sur toi:
 


Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : ninomiya setsuna
Messages : 154
Date d'inscription : 30/05/2014
Localisation : who knows
Couleur : #c00000
Fiche de Personnage
Cause de mort: hypothermie
Relations:
Capacité: favoring eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kujikawa Mikumo

Mikupedia & Mikutionnaire

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Mer 5 Nov - 0:09



alcool et fanservice

feat. uso-tsuki



Craquer après tant d'années à te retenir désespérément au bord du gouffre avec le bout de tes doigts n'était définitivement pas une sensation agréable. Ça te ferait probablement du bien à long terme, t'avais jamais réellement libéré ce que t'avais sur le cœur depuis déjà quelques années - uniquement la colère, uniquement la frustration, pas ta tristesse, ta peine ou ton désespoir. Mais pour le moment, tu avais juste l'impression que l'amalgame de sentiments que tu portais en ton sein venait tout juste d'exploser et criblait ton esprit tel un shrapnel émotionnel. Toute rationalité envolée, tu te laissais juste aller, tomber tomber tomber.

Tu redevins juste l’enfant perdu, écorché et bousculé par une vie qui allait trop vite, l’enfant d’il y a presque neuf ans maintenant, l’enfant que t’avais jamais cessé d’être. Mais c’était différent cette fois. C’était fou comme un mot, une phrase, une présence pouvaient tout changer – il y avait quelqu’un, là, avec toi, quelqu’un qui savait et qui comprenait que tu avais mal, quelqu’un qui ne détournait pas les yeux parce que ça l’arrangeait. Et tu t’y ancrais, tu froissais le tissu fin de ses vêtements entre tes doigts, à en blanchir leurs jointures, dans ta peur puérile et irrationnelle que tu sois juste en train de rêver. Mais quand bien même tu serais vraiment en train de le faire, tu pourrais facilement souhaiter ne jamais te réveiller.

C’était pas ton genre de t’apitoyer sur ton sort – t’étais plutôt le type à essayer de t’occuper, à attendre un lendemain meilleur. Mais cette nuit, la tristesse te semblait un peu moins piquante, un peu moins douloureuse, moins tsunami et plus marée montante - peut-être parce qu’il la partageait avec toi. Et alors qu’il resserrait son étreinte autour de toi, qu’il passait sa main dans tes cheveux, tu réalisais peut-être pour la première fois la chaleur des êtres humains. Beaucoup de réalisations en une seule soirée tiens, t’allais peut-être finir par faire une overdose, quel con. T’avais vraiment essayé de te détacher de tout ça par mépris - un mépris probablement puéril et vain – uniquement pour te rendre compte bien après de combien de mal tu te faisais et que tu faisais aussi, sans doute. Et là, tu faisais exactement le contraire, si c’était pas con, ça et un faible sourire fleurit quelques secondes sur tes lèvres avant de se déliter dans tes sanglots. Quel idiot.

▬ Oui, ça va aller- Ça va aller, ça va aller—

Ça va aller.

C'était la phrase magique, quelque part, un mantra que tu t'efforçais de répéter mentalement comme un disque rayé, de t'en emplir pour ne pas penser à autre chose et ton sourire revint, tremblotant, inconstant. Mais il était là - et ça devait être bon signe, non ? T'y croyais, à cette formule. Elle avait cette note d'espoir, qui à défaut de signaler le bout du tunnel, l'éclairait.

▬ Ça va aller, j-je suis là moi aussi… Peut-être pas- en très bon état, mais— Pardon… Enfin si- si jamais tu veux parler, ou que tu te sens seul, je—… Je te laisserai pas tomber…

Beaucoup de réalisations en une seule nuit, beaucoup de premières fois aussi. Les excuses autres que les tiennes, les mains tendues autres que les tiennes, c'était des choses tellement rares à tes yeux et oreilles qu'elles auraient très bien pu n'avoir jamais existé - mais le fait était que tu chérissais ces petites attentions, peut-être bien plus que n'importe qui d'autre et tu lui en étais profondément, sincèrement reconnaissant.

Tu reniflas un peu, c'était un peu dégueulasse mais tu pouvais pas vraiment faire autrement pour le coup et tentas de te calmer, au moins assez pour être cohérent et éventuellement suffisamment compréhensible pour qu'il puisse saisir le cours de tes pensées qui était déjà assez tortueux d'ordinaire.

▬ M-Merci- bafouillas-tu maladroitement, relevant légèrement la tête pour que ta voix assourdie par la douleur qui émanait de ta gorge porte plus facilement. C'est juste que- que je suis un peu perdu et- et je sais pas je sais plus c'est compliqué à expliquer-

Tu inspiras, expiras, ralentis de force le rythme de ta respiration qui était partie dans une accélération indésirable, une accélération qui trahissait ta nervosité, ton angoisse et qui empêchait probablement l'intelligibilité de tes paroles. Tu repris quelques secondes plus tard, un peu plus doucement, un peu plus calmement.

▬ Tout va trop vite, je grandis trop vite, j'ai l'impression que le monde va beaucoup beaucoup trop vite- j'ai pas le temps de le comprendre et j'accumule les faux pas, les erreurs en essayant de faire le bon choix, sans même savoir s'il y en a un-

Tu te mordis la lèvre un instant. T'allais avoir dix-sept ans dans quelques jours, mais t'avais pas l'impression d'avoir progressé depuis que t'avais fêté - un bien grand mot - tes dizaines. Et puis, tu savais même pas pourquoi tu racontais ça à un inconnu. Peut-être parce que t'avais l'impression que lui, en particulier, pouvait comprendre ce sentiment. T'attendais même pas une réponse ou une solution de sa part, réalisas-tu. Tu voulais sans doute juste que quelqu'un t'accepte, accepte cette part de toi qui était bien trop faible à leurs yeux.

▬ Et- Et j'ai peur, j'ai vraiment peur- du futur, de ce que je vais devenir, de ce que je suis en train de devenir- Une nouvelle inspiration. J'ai juste l'impression d'être dans un train qui roule à mille à l'heure, je peux pas le stopper ou même le ralentir, je peux même pas dire au conducteur où je voudrais aller et je sais même pas quelle est la destination-

Tu voulais juste tout arrêter, ajoutas-tu mentalement en laissant retomber ta tête sur son épaule. Ne serait-ce que le temps de comprendre ce qui t'arrivait.

▬ ... A-ah, euh, p-pardon je- je dis que des conneries, pardon-


__________




Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Konoha, Kurogumo Hikaru, Toki Eien, Nishimura Daichi
Messages : 139
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 23
Couleur : Je parle. J'utilise mon pouvoir.
Fiche de Personnage
Cause de mort: Intoxication dans un incendie
Relations:
Capacité: Believing Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Mer 5 Nov - 19:37

Je veux juste t'aider…

«M-Merci-»… Merci ? Alors il reste, hein ? Il reste vraiment ? S'il dit ça, c'est que ça doit être le cas, oui, c'est sûr. Ça fait du bien. De savoir qu'on a quelqu'un, quelqu'un qui reste, qui est. Ça soulage, ça soulage tellement. J'ai le sentiment que je peux lui faire confiance, que je peux tout lui raconter avec juste un mot. Juste un «merci». Mais non, c'est pas juste un «merci». C'est un mot qu'on dit trop souvent, tout le temps même, mais combien de mercis sont vraiment sincères, combien de mercis font-ils autant plaisirs que celui-ci ? Entendre ce si petit mot dit avec le coeur, c'est… Ça n'a pas de prix. Tout simplement. J'ai bien fait de lui tendre la main, de lui dire que moi aussi je resterais, que je l'aiderais. Pour entendre à nouveau ce mot, je pourrais faire n'importe quoi, c'est dingue… C'est dingue à quel point ça m'avait manqué, la confiance mutuelle. La simple chose qui rapproche deux personnes à tel point qu'elles peuvent tout se dire, et s'entraident quelles que soient les circonstances. J'imagine qu'il en a autant besoin que moi, alors je vais me tenir à ce que j'ai dit, je vais l'aider, c'est fou à quel point ça peut faire du bien… Je voudrais qu'il soit soulagé, ne serait-ce qu'un peu, lui aussi… «C'est juste que- que je suis un peu perdu et- et je sais pas je sais plus c'est compliqué à expliquer-» Ce gamin, il me fait simplement penser à une cocote minute qui va exploser. «Du calme…» Doucement, il commence à se mettre à respirer fort, bien fort pour se calmer, pour au moins être compréhensible, je suppose. Et je l'imite, comment je pourrais le réconforter, sinon, hn ? Inspire. Expire. Inspire. Expire. Inspire. Stoppe tes larmes, raffermis ton souffle. Évacue la boule qui s'est emparée de ta gorge, souffle, expire-la loin, très loin. Expire.

«Tout va trop vite, je grandis trop vite, j'ai l'impression que le monde va beaucoup beaucoup trop vite- j'ai pas le temps de le comprendre et j'accumule les faux pas, les erreurs en essayant de faire le bon choix, sans même savoir s'il y en a un-» Trop vite ? Trop vite, oui, c'est sûr. Je me demande ce qui lui est arrivé pour qu'il en arrive là, mais ça a pas dû être joli. En tout cas, il me semble bien que s'il dit que tout va trop vite, c'est qu'il a l'impression d'être emporté, un peu comme un navire dans une tempête ? Qu'il ne peut jamais jeter l'ancre pour se reposer, qu'il doit toujours se battre pour survivre aux éléments dévastateurs ? C'est l'impression que ça me donne. Pauvre petit, pourquoi ça lui arrive à lui ? Je ne sais pas s'il y a des gens qui le méritent, mais c'est sûr que c'est pas drôle du tout de ne jamais pouvoir se reposer, parler, se laisser aller. J'ai assez vécu ça dernièrement pour comprendre, compatir même. Qui est-ce que j'avais pour parler ? Juste, là, comme ça, quelqu'un en qui j'aurais suffisamment confiance pour ne pas avoir à mentir ou à cacher certaines choses ? … Personne. Ce soir, l'alcool doit bien aider, remarque. J'ai plus tellement l'impression d'en faire les frais, mais j'espère que ce sera pas pire demain, du coup. Limite je veux bien avoir la pire gueule de bois du monde, tant que j'oublie pas ce qui est en train de se passer maintenant, comme ça m'est déjà parfois arrivé. Je veux pas oublier, je veux pas oublier, non, non non non ! Ah merde, non, tout mais pas ça. Je dois me concentrer. Oui. Graver tout ça dans ma mémoire. Aller Tsuki-kun, tu peux le faire. Ne serait-ce que pour lui, pour Mikumo-kun qui est comme toi, mais qui mérite tellement plus d'être consolé. Je voudrais pas le blesser demain en lui disant que j'ai oublié ça, je voudrais tellement pas, avec ce qui est en train de se passer… Pas maintenant qu'il est en train de parler, d'aller mieux peut-être. Non. Décidément, non. Inspire. Fort. Le laisse pas, ce pauvre petit, il est perdu, il te l'a dit lui-même. Ne le perds pas, pas maintenant que t'as promis que tu le lâcherais pas.

«Et- Et j'ai peur, j'ai vraiment peur- du futur, de ce que je vais devenir, de ce que je suis en train de devenir-» Il a du mal à respirer, ça doit vraiment lui faire peur, en effet. Je voudrais le réconforter, lui dire que ça va, que ça peut s'arranger. Son état, c'est tellement dur à entendre, à voir, à sentir, ça me fait de la peine. J'ai pas arrêté une seule seconde de le serrer comme un dingue, et je continue de câliner tout doucement ses cheveux, ils sont doux, un peu comme lui. Haha. «J'ai juste l'impression d'être dans un train qui roule à mille à l'heure, je peux pas le stopper ou même le ralentir, je peux même pas dire au conducteur où je voudrais aller et je sais même pas quelle est la destination-» C'est normal, non ? Enfin, non, qu'est-ce que je raconte. On a tous plus ou moins peur de ce qui va se passer après, mais là c'est juste dingue. Faut que je l'aide. «... A-ah, euh, p-pardon je- je dis que des conneries, pardon-» Inspire, Tsuki-kun. Et maintenant, réponds doucement, il faut le rassurer déjà, je crois. «Non, non, dis pas ça. Je sais pas ce qui t'est arrivé mais ça devait être dur… Je suis pas très doué pour réconforter, mais je peux au moins te dire que tout ça, on peut faire en sorte que ça soit fini. J'ai dit que je te laisserais pas tomber, que si tu voulais parler, tu pouvais, que je peux t'aider à réfléchir, ou à simplement te reposer, dormir sur tes deux oreilles. Comme une gare avant de remonter dans le train, ou peut-être même une gare où s'arrêter définitivement, je sais pas…?» … Non mais qu'est-ce que je raconte, ça va lui servir à rien ça, ça l'aide pas, putain. «Enfin, je veux dire, j'ai vécu ça aussi, être perdu, et que je voudrais t'aider pour que tu finisses pas comme moi… » Une pause. Je sais pas si je suis content ou pas de ce que je suis, si j'ai déçu ou fait plaisir à des gens, mais j'imagine que lui, perdu et fragile comme il est, il vaut mieux pas qu'il finisse au Akame Dan. Cette bande de cons plus que cruels le boufferaient en cinq minutes comme ce Koyen, ou l'autre Akira. Non, non, et non. Tout, mais pas ça. «J'ai braqué personne, planté personne, buté personne, mais je suis un voyou, c'est comme ça qu'on dit, tout simplement. Et je pense que tu peux encore devenir mieux, même si je sais pas exactement ce qui t'arrive. En tout cas, je vais t'aider…» Merde, j'espère juste que je vais pas lui faire peur avec mes conneries. Manquerait plus que ça, que maintenant il me fuie ou autre, j'aurais l'air de quoi, hein ? … D'un con qui a espéré. C'est sûr que je dois pas être l'archétype de la personne fréquentable, mais merde, je l'aime bien ce gosse, je veux l'aider parce qu'au fond je souffre comme lui, et si je lui ai dit ça, c'est parce que j'avais confiance… Comme si ça pouvait changer quelque chose, je resserre mes doigts autour de ses petits bras, même si je tremble un peu — le froid, l'alcool, la fatigue ? Un peu des trois sûrement. Je veux juste t'aider.


HRP:
 

__________

«Sometimes the truth is too bright that we can’t set our eyes upon it, so we tend to look away and stare at the lies instead.»

       

Merci merci mon petit kouhai Oxy, keurs keurs sur toi:
 


Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : ninomiya setsuna
Messages : 154
Date d'inscription : 30/05/2014
Localisation : who knows
Couleur : #c00000
Fiche de Personnage
Cause de mort: hypothermie
Relations:
Capacité: favoring eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kujikawa Mikumo

Mikupedia & Mikutionnaire

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Ven 7 Nov - 19:40



alcool et fanservice

feat. uso-tsuki



Très honnêtement, au point où tu en étais, on pouvait facilement dire que tu étais désespéré, que tu recherchais frénétiquement une forme d'approbation quelconque - ou même pas d'approbation, juste un signe que quelqu'un, quelque part, en avait quelque chose à foutre de ce que tu ressentais. Au point de te raccorder aussi fortement ainsi à ce type bourré que tu connaissais même pas comme une ligne de vie. Y avait sans doute plus pertinent comme choix mais est-ce que t'en avais seulement conscience, dans un état pareil ? Probablement pas. En fait, ce n'était pas tant un mauvais choix que le seul que l'on te proposait. Et pour être totalement franc : même si tu t'étais arrêté pour y réfléchir deux secondes, si tu avais le choix, ce serait celui-ci que tu aurais pris.

T'avais peut-être juste une logique tordue mais les mots te venaient plus vite avec lui - parce que t'avais rien à y perdre. Même s'il finissait par te dire qu'en vrai, il n'en avait rien à battre, qu'il avait mieux à faire que de jouer au psychologue pour un gamin aléatoire croisé un soir de beuverie, ce serait certes douloureux, mais moins que si ça venait de quelqu'un que tu connaissais - non pas que tu connaissais beaucoup de gens, mais tu te voyais pas courir ce risque avec tes rares et vagues connaissances. T'allais rien gagner si tu t'ouvrais pas à eux mais t'avais une conscience tellement aiguë d'à quel point ton mode de pensée pouvait différer de celui des autres que tu commençais carrément à craindre leur réaction - ou même pire, à en avoir un peu honte. C'était pas quelque chose que t'aurais pensé il y a de ça quelques semaines, encore une preuve que tu changeais, inévitablement, indéniablement. La question était maintenant : dans quel sens allais-tu le faire ?

▬ Non, non, dis pas ça. Je sais pas ce qui t'est arrivé mais ça devait être dur…

La phrase t'arracha un son entre le sanglot étouffé et un petit rire, tu savais pas le déterminer toi-même. Dur ? Pas vraiment, t'avais eu de la chance dans ton malheur si on pouvait dire ça comme ça, t'avais pas réellement conscience de tes difficultés pendant que ça t'arrivait, pour le coup tu te portais probablement mieux quand tu ne savais rien. Mais ce qui était fait était fait : t'avais ouvert les yeux et pour de bon.

▬ Je suis pas très doué pour réconforter, mais je peux au moins te dire que tout ça, on peut faire en sorte que ça soit fini. J'ai dit que je te laisserais pas tomber, que si tu voulais parler, tu pouvais, que je peux t'aider à réfléchir, ou à simplement te reposer, dormir sur tes deux oreilles. Comme une gare avant de remonter dans le train, ou peut-être même une gare où s'arrêter définitivement, je sais pas…?

Pour le coup, tu ne réfléchissais même pas à ce qu'il te disait, t'avais juste envie d'y croire et foutre un bon gros coup de pied à ta maladive propension à décortiquer, analyser et chercher les mots derrière les mots. C'était, à tes yeux, tout simplement pas le moment de douter de la seule personne qui ait jamais vraiment voulu t'écouter - ou la seule personne à qui t'avais jamais vraiment voulu parler, t'étais pas vraiment sûr. A ce stade-là, le fait même qu'il soit un menteur t'importait peu, voire pas. Quand bien même il ne serait qu'en train de te mystifier pour une raison qui, de toute façon, ne t'apparaissait pas du tout, t'étais prêt à gober n'importe quel mot de réconfort et tu te retrouvas de nouveau dans ce mauvais état d'esprit où tu te rabaissais mentalement pour ce que tu voyais comme ta faiblesse.

▬ Enfin, je veux dire, j'ai vécu ça aussi, être perdu, et que je voudrais t'aider pour que tu finisses pas comme moi…

Comme lui ... ? La fin de sa phrase attira ton attention et suscita ta curiosité suffisamment pour que tu ralentisses quelques instants ton train de pensées pour le faire bifurquer un peu. La suite de ce qu'il allait dire te paraissait soudain un peu effrayant, t'avais bien conscience que tu vivais dans un monde particulièrement violent sous ses airs d'entente internationale blablabla mais t'étais tout de même assez impressionnable - d'ailleurs, il allait falloir que tu arrêtes de tourner de l’œil à moitié à chaque fois que quelqu'un saignait du nez parce que ça commençait à bien faire. Alors oui, t'appréhendais ce qu'il allait suivre mais d'un autre côté, ça raffermit un peu ta détermination à l'aider, à le comprendre.

▬ J'ai braqué personne, planté personne, buté personne, mais je suis un voyou, c'est comme ça qu'on dit, tout simplement. Et je pense que tu peux encore devenir mieux, même si je sais pas exactement ce qui t'arrive. En tout cas, je vais t'aider…

Tu clignas des yeux quelques secondes. Avant d'éclater de rire, un rire franc, clair, qui n'avait probablement pas sa place dans une telle situation mais il eut le même effet que tes larmes d'il y a encore quelques minutes : il te soulagea, il enleva encore un petit peu de ce qui te pesait sur le cœur. Mais il restait encore assez timide - tes émotions avaient certes encore changé en un coup de vent comme t'en avais l'habitude mais ne s'étaient pas complètement dispersées non plus.

▬ Pardon pardon, t'excusas-tu alors que les dernières traces de ton hilarité se délitaient. C'est juste que je m'attendais à quelque chose de très grave, du genre vous êtes un serial killer ou une connerie du genre, pardon-

Tu achevas de te calmer, les yeux rivés sur le petit nuage de buée blanche qui s'envolait à chacune de tes expirations - et des siennes. Pourvu qu'il ne l'ait pas mal pris, ahem, c'était pas quelque chose dont tu te serais inquiété en temps normal mais tu savais par expérience que toute personne passablement soûle pouvait prendre la mouche pour un rien. Pour le coup, t'avais pas vraiment envie que ça arrive. Pas maintenant.

▬ Mais, hum, euh, merci. D'avoir écouté, je veux dire. Et de pas- de pas m'avoir- enfin, euh, de proposer de m'aider et ... Merci pour tout en fait. Bon, passer pour un idiot en t'emmêlant les pinceaux pendant un siècle, ça, c'était fait. Mais, hm, c'est probablement présomptueux de ma part, mais si vous dites que vous êtes un, euh, délinquant ... ? Vous avez peut-être besoin de plus d'aide que moi dans l'immédiat ... ?

Ce fut à ce moment-là que tu remarquas pour la première fois qu'il tremblait légèrement et tu te serais frappé le front de la main si vous n'étiez pas pris dans ce câlin. T'aurais dû y penser avant, non mais quel idiot. Tu retiras doucement tes mains de son dos, évitant tout geste brusque, pour retirer ton écharpe en remontant légèrement le col de ton manteau en passant pour éviter d'avoir froid à ton tour, avant de la passer à son cou. Sans lui demander son avis.

▬ Et puis vous devriez faire attention aussi, l'alcool ne donne que l'impression de réchauffer, ça serait con de vous réveiller avec une grippe en plus d'une gueule de bois, avanças-tu comme argument, un léger sourire aux lèvres.


__________




Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Konoha, Kurogumo Hikaru, Toki Eien, Nishimura Daichi
Messages : 139
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 23
Couleur : Je parle. J'utilise mon pouvoir.
Fiche de Personnage
Cause de mort: Intoxication dans un incendie
Relations:
Capacité: Believing Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Sam 29 Nov - 1:16

Nothing's warmer than relief.

… Eh ? J'ai loupé un épisode, ou… ? Enfin, c'est moi, ou il rit…? Ou c'est l'alcool ? Mais qu'est-ce que j'ai dit de drôle ? Je-J'étais très sérieux…! C'était pas une blague, qu'est-ce qu'il y a de drôle ? Attends, il se fiche de moi ? C'est blessant… Mais d'un côté -je crois-, c'est pas aussi blessant que ce que je pensais. Enfin je crois pas. L'entendre rire est même plutôt réconfortant, ça veut dire que je lui ai remonté le moral. Sûrement à mes dépens, en fait. Même pas capable de réconforter quelqu'un correctement, aah… Mais c'est pas grave, si ça va mieux pour lui, alors ça ira pour moi. Il est mignon, quand il rigole, comme ça. C'est comme un rayon de lune qui perce au milieu des nuages sombres. … Pff, mais qu'est-ce que je raconte. Je me prends pour un poète ? Uso-Tsuki, poète quand il est bourré, on n'est pas rendus, hahaha. Non, franchement, je suis con. Le faire pleurer et rire cinq secondes après, c'est n'importe quoi, je dois raconter que des idioties… Pire que quand je suis sobre, ça c'est sûr. Je devrais arrêter l'alcool. Devrais. Au final je fais vraiment que des conneries, hein. C'est quand même pas très sympa de se foutre de moi… Même s'il voit pas, je fais la moue. Tout ça, comme ça, d'un coup, toute cette tension, cette émotion, balayée en un tout petit éclat de rire… C'est bizarre. Mais pas désagréable. Hmm. «Pardon pardon, c'est juste que je m'attendais à quelque chose de très grave, du genre vous êtes un serial killer ou une connerie du genre, pardon-» … Très grave ? Il est allé d'imaginer des trucs comme ça ? Je sais pas trop quoi en penser, ce serait pas une preuve qu'il s'inquiète pour moi, ça ? C'est cool, en fait… Si c'est bien ça. J'ai envie d'y croire, alors ce sera ça. Voilà. Les caprice du poète bourré. Mais ça me soulage, et du coup je le serre encore plus contre moi. Ça fait du bien, ça. Vraiment.

«Mais, hum, euh, merci. D'avoir écouté, je veux dire. Et de pas- de pas m'avoir- enfin, euh, de proposer de m'aider et ... Merci pour tout en fait.» Ça aussi, ça fait du bien. C'est super agréable d'entendre juste ce mot, ces deux syllabes, «merci». Plus doucement, je murmure, détendu : «Je t'en prie.» Et ça venait du coeur. Je me sens plus léger, plus paisible, plus serein. Soulagé. C'est dingue, comme ça vient vite, comme ça, d'un coup, et surtout comme c'est fort. «Mais, hm, c'est probablement présomptueux de ma part, mais si vous dites que vous êtes un, euh, délinquant ... ? Vous avez peut-être besoin de plus d'aide que moi dans l'immédiat ... ?» Oh ? M'aider ? Moi ? Mais pourquoi ? M'avoir écouté et parlé suffit. Enfin, c'est gentil. Ça me touche beaucoup, et ça, c'est plutôt cool. «Je— … Bah en fait, euh…» Merde, je sais pas quoi dire. D'habitude j'ai pas de mal à parler, surtout bourré, mais là… Là— J'ai… Honte ? Parce qu'il s'est foutu de moi ? Certainement. C'est pas très crédible, de toute façon, maintenant. Ça faisait genre trop grave alors que c'était rien, et je sais pas s'il est sérieux ou pas quand il dit ça ? Sachant que je lui ai juste dit que je m'appelle Uso, j'ai plus aucune chance d'être un peu crédible, après ça. Comment j'ai fait pour lui remonter le moral ? Mystère. Mais ce qui compte, c'est que j'ai réussi. Woah.

Un frisson. Encore ? Et, en une seconde, une écharpe toute chaude autour de mon cou. Je cligne des yeux, je m'y attendais pas vraiment. «Et puis vous devriez faire attention aussi, l'alcool ne donne que l'impression de réchauffer, ça serait con de vous réveiller avec une grippe en plus d'une gueule de bois.» … Oh. C'est vrai… Ça achève de me gêner, je la remonte jusqu'à mon nez, et ça fait du bien. C'est une écharpe portant sa chaleur et son odeur, c'est vraiment super agréable. Ça fait comme si je l'avais encore dans mes bras. Aah, vraiment, ce garçon est trop gentil. Mais ça me fait on ne peut plus plaisir. D'avoir juste une personne avec qui parler, sans aucun mensonge, sans être sur ses gardes, parler juste légèrement. Comme un oasis dans le désert de l'Akame Dan. Oui, exactement. Un oasis. Mes talents de poète m'épatent, décidément. Je devrais faire des haiku, un jour. … Enfin bref. Je respire un grand coup, plus calme, et finis par articuler sans trop de mal : «Je— T'en fais pas pour moi. C'est pas comme si j'avais été forcé. Je crois…? Enfin, j'ai dû décevoir des gens, je fais pas des choses très nettes, je fous même le bordel un peu partout c'est pas super cool—… Mais ça va. Merci…» Ouais, j'aurais pu faire mieux. J'ai sûrement une tête super zarb, embarrassée mais qui se veut rassurante. Mais pour une fois c'est vrai ce que je dis, ça va ! Je me sens bien et à ma place au Akame Dan, donc je peux pas dire que ça va pas.

Bref, bref, bref. Encore un frisson. C'est que, s'être détachés fait perdre de la chaleur… Même avec l'écharpe. Et autant de la chaleur physique que sentimentale. Même si c'est déjà pas mal, d'avoir eu tout ce soulagement à l'instant, toute cette émotion, je vais pas me plaindre, non non non ! Je suis un type tactile, mais peut-être pas lui ? Et je voudrais pas l'embêter, hein… «Hm, euh, quoiqu'il en soit, on ferait mieux de pas trop traîner dans le coin, 'fait froid, et comme tu dis je vais choper la crève, haha…» Détournement habile de la conversation. «Habile.» Je me sens tellement con, c'est pas possible, sérieux. «Tu vas où ?» Sous-entendu «je te raccompagne», je vais pas laisser un aussi brave gosse se balader comme ça dans la banlieue la nuit quoi ! Il pourrait avoir des problèmes ! … Avec des types comme moi, justement. Et merde. Mais euh, j'ai son écharpe, je peux pas repartir avec comme ça, hein. … Pfff, convaincant. Non, je crois juste que j'ai pas envie qu'on lui fasse du mal, parce que je l'aime bien. Beaucoup. Oui, voilà. Donc je le raccompagne, ça vaut mieux. Et, hm… Je sais pas trop ce que ça va donner, mais, même si ce sera très gênant si je me prends un vent -de toute façon c'est déjà gênant-, je tends la main vers lui, ouverte, l'air de dire «Viens avec moi et ne me laisse pas.» Ça fait vachement gay, tapette et tout, mais merde, moi je le suis de toute façon. Je doute que lui le soit, mais en fait je tends pas la main avec des idées bizarres derrière la tête ou quoi, je tends juste la main pour tendre la main. J'ai envie de tenir sa main dans la mienne juste pour le plaisir d'avoir un contact -trop tactile, hein-, de pas se sentir seul. Et celui d'avoir un peu de chaleur, aussi. Mais bon, s'il capte pas et qu'il me dit non, tant qu'il vient c'est pas trop grave, au final. Viens juste, Mikumo-kun…

__________

«Sometimes the truth is too bright that we can’t set our eyes upon it, so we tend to look away and stare at the lies instead.»

       

Merci merci mon petit kouhai Oxy, keurs keurs sur toi:
 


Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : ninomiya setsuna
Messages : 154
Date d'inscription : 30/05/2014
Localisation : who knows
Couleur : #c00000
Fiche de Personnage
Cause de mort: hypothermie
Relations:
Capacité: favoring eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kujikawa Mikumo

Mikupedia & Mikutionnaire

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Lun 1 Déc - 23:08



alcool et fanservice

feat. uso-tsuki



Un drôle de duo que vous formiez là, debout au milieu de la rue. Il y avait un qui était brun, de taille plutôt moyenne, pas trop couvert, plutôt bourré et l’autre qui avait les cheveux tous blancs, petit, très voire même trop couvert et tout ce qu’il y a de plus sobre. Pourtant, malgré ces différences apparentes, vous aviez trouvé quelques points communs et pour le coup, ça te rendait heureux, un peu, beaucoup. Tu n’en savais même pas réellement la raison d’ailleurs, c’était juste un sentiment, une agréable sensation de chaleur qui se diffusait tout doucement et le savoir, juste avoir conscience de l’existence de cette petite flammèche te suffisait pour le moment, il n’y avait pas besoin de chercher plus loin. T’avais juste envie de profiter de cet infime instant de ralentissement, cette brève pause accueillie avec reconnaissance, sans penser aux conséquences ou ces petits détails qui aimaient te polluer la tête et grignoter le peu de bonne humeur qui te squattait de temps en temps.

Tu poussais mentalement le doute dans ta poubelle cérébrale en fait – l’éventualité qu’il ait oublié le lendemain ou qu’il se foute de ta gueule, t’avais pas envie d’y penser. T’allais probablement faire comme si ça t’affectait pas – après tout, t’avais l’habitude de te faire cracher dessus derrière ton dos voire même en face et puis, de la part de quelqu’un que tu connaissais que depuis quelques minutes, bah, c’était pas très important, si ? Mais t’avais tout aussi conscience que la plus petite trahison avait tout de même son impact et t’avais pas vraiment les moyens d’en mesurer l’ampleur avant le fait accompli – tu pouvais que spéculer et espérer. Donc comme toutes ces tergiversations ne t’avançaient en et à rien, tu choisis l’option d’enfoncer le bouton Muet de ton encéphale et juste apprécier ce moment à sa juste valeur tant que tu le pouvais encore.

Sinon, il avait pas l’air de trop mal le prendre, que tu lui aies passé ton cache-nez sans prévenir. Bah oui, tu t’en inquiétais un peu, y avait toujours un ou deux malins pour dire d’une voix ténébreuse « j’en ai pas b’soin, j’suis pas si faible » alors qu’ils étaient visiblement à deux doigts de choper une pneumonie – un choix de survie tout à fait pertinent, qui illustre que les apparences ne sont plus si importantes lorsqu’il s’agit de choses importantes comme respirer un peu plus longtemps.

▬ Je— T'en fais pas pour moi. C'est pas comme si j'avais été forcé. Je crois…? Errrr– ouhlà, c’était juste toi ou ça sonnait vaguement pas très recommandable cette phrase – ah mais oui c’est vrai, il l’était probablement pas lui-même. En espérant qu’il te casse pas la gueule quand il aura dessoûlé tiens. Enfin, j'ai dû décevoir des gens, je fais pas des choses très nettes, je fous même le bordel un peu partout c'est pas super cool—… Mais ça va. Merci…

Quelque part, t’avais envie de lui dire qu’il était pas le seul et que le nombre de personne à s’être retrouvé dans pareille situation était loin d’avoisiner zéro mais ta conscience s’empressa d’écraser cette pensée immédiatement. Parce que si tu commençais à justifier des choses en disant « oui mais tout le monde le fait donc j’ai forcément le droit et le devoir aussi », bah on était pas couchés – ne pas oublier : le passé explique souvent les mauvaises actions mais jamais ne les justifie. C’était une notion importante que tu te devais de garder en tête, surtout quand on te plantait devant quelqu’un qui n’était pas particulièrement méchant sur le coup mais faisait de mauvaises choses tout de même.

Ou peut-être que tu devrais tout simplement commencer à appliquer le principe du « méchant de Shrödinger ». Ouais.

▬ Hm, euh, quoiqu'il en soit, on ferait mieux de pas trop traîner dans le coin, 'fait froid, et comme tu dis je vais choper la crève, haha… Okay, passons sous silence aussi que y a d’autres gens louches et que c’est pas un très bon plan de se balader dehors si tard quand personne peut t’aider – même si de base, lui aussi il est louche et que même en plein jour, bah les gens bougeront pas forcément leur cul non plus. Tu vas où ?

Tu clignas des yeux, un peu surpris, lorsque tu le vis tendre sa main vers toi. C’était pas du tout un geste que t’avais l’habitude de voir – en fait, si tu te souvenais bien, tu l’avais vu mais il ne t’était jamais destiné. Plus exactement, on t’avait déjà pris la main, mais on te l’avait jamais proposé comme ça et sur le coup, ça te faisait un peu plaisir en fait. T’avais même pas pensé au fait qu’on puisse mal l’interpréter lorsque tu glissas tes doigts dans les siens – c’était plus le geste d’un gosse prenant la main d’un parent qu’autre chose.

▬ Je sais pas trop en fait, je suis sorti sans réfléchir– Tu haussas les épaules pour appuyer ce que tu disais. T– Vous voulez pas plutôt, errr, rentrer chez vous ? Il est tard et vous êtes quand même bien bourré, faudrait pas qu’il vous arrive un truc …

Bah oui, c’était pas parce que très peu de voitures passaient qu’il pouvait pas se passer un truc – ou alors c’était juste que toi qui étais paranoïaque, il y avait tellement de sales histoires dans les journaux, les rumeurs, tout ça, tu nageais dans une société très macabre et fallait croire que ça avait quand même un ou deux effets secondaires sur toi.

▬ Ou du moins, juste vous poser quelque part où vous aurez moins froid et moins de risques de vous faire faucher par un camion, je sais pas–


__________




Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Konoha, Kurogumo Hikaru, Toki Eien, Nishimura Daichi
Messages : 139
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 23
Couleur : Je parle. J'utilise mon pouvoir.
Fiche de Personnage
Cause de mort: Intoxication dans un incendie
Relations:
Capacité: Believing Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Ven 26 Déc - 18:54

Just a little more, please…

J'avais raison. J'avais raison de lui tendre la main. C'est tellement chaud, c'est tellement agréable, de serrer sa petite menotte toute frêle, là, comme ça. Ça fait du bien de sentir aussi la sienne me serrer, ça fait du bien parce qu'on se sent soutenu, rien que ça. Je demande même pas à ce qu'on m'aime, mais juste qu'on soit là. Et il est là. C'est comme si on m'enlevait un poids de plusieurs tonnes des épaules, je me sens… Soulagé ? Oui, tellement soulagé. Je me sens juste bien. Et ce, grâce à un simple contact, grâce à une simple main qui tient la mienne, qui me dit «je suis là». Ça faisait longtemps. Et ça me manquait. Ça me manquait tellement. Et dire que, dans quelques heures, j'aurai peut-être tout oublié… Oublié cette chaleur, ce bien-être si simple et pourtant si essentiel. Je veux paaaas, je veux tellement paaaaas. «Je sais pas trop en fait, je suis sorti sans réfléchir– Uh ? Il a l'air hésitant, tout de même. T– Vous voulez pas plutôt, errr, rentrer chez vous ? Il est tard et vous êtes quand même bien bourré, faudrait pas qu’il vous arrive un truc …» … Rentrer ? … Noooooooooooon. Pas rentreeeeeer. Je veux pas rentrer si ça signifie mettre fin à cet instant, à ce moment qui me semble hors du temps tellement il est précieux. Encore un peu, encore un peu, je voudrais que ça se finisse jamais. Surtout si, à la fin, je risque de plus m'en rappeler. ah, c'est tellement moche ! Je veux pas ! Non ! J'espère que je le dérange pas, en fait, mais je pense pas. Il disait ça parce que justement il sait pas où aller ? Et puis, il hésitait, ça veut bien dire ce que ça veut dire : au fond, il n'a pas envie non plus. Je crois. Voilà que je me prends pour un devin. C'est magnifique. Alors voilà, comme on dit : yolo. Et comme yolo, je veux faire durer au maximum cette, hum, balade ? avec Mikumo-kun. Limite si je lui laisse pas le choix, en fait.

«Ou du moins, juste vous poser quelque part où vous aurez moins froid et moins de risques de vous faire faucher par un camion, je sais pas–» … Ah, certes ? Ah mais oui, on est un peu en plein milieu de la route, c'est pas très safe, tout ça ! Genre on est contents et tout, mais on peut bien l'être, si on se fait écraser ça servira plus à grand chose… Ahem. C'est pour ça qu'il disait ça. Mais n'empêche, qu'il propose d'aller ailleurs avant de rentrer, c'est quand même un peu, hm, soulageant ? Ça veut dire que je peux profiter encore. Lâchant un petit rire -trop de bonne humeur !-, je réponds : «T'as raison. Et tu peux me tutoyer, je suis pas si vieux !» Il est mignon. Il s'inquiète ? Aah, j'ai encore envie de le serrer dans mes bras ! Ça me touche trop… Comment je pourrais le lâcher ? Je pourrais pas. Pas maintenant, peut-être jamais ? Ce serait bien, ça, de jamais le lâcher. Trop bien. Pour le moment, ce serait surtout bien de bouger. Où est-ce qu'on pourrait aller ? Un coin tranquille… Oh ! J'ai une idée. Je lui adresse un grand sourire et tire un peu sur sa main pour qu'il me suive. «Viens !» Tout content de mon idée de génie, je marche d'un pas léger, faisant bien attention à marcher à sa hauteur, à marcher avec lui. J'ai l'impression d'être un peu bancal par moments, mais quand je arche, même bourré -enfin surtout bourré car sobre, ça n'a pas lieu d'être-, on ne m'arrête plus ! Faut juste continuer de marcher, c'est tout ! J'ai la technique de ninja. Alors voià, je marche au travers de la banlieue et des rues, et je me repère assez bien ! Enfin, faut dire qu'en même temps c'est pas bien loin. De temps à autres, je le regarde marcher près de moi. Il est tout petit, extrêmement couvert, il a l'air tellement faible… Je pourrais jamais le laisser ici tout seul, jamais jamais. On dirait presque qu'à chaque pas il pourrait s'écrouler, se casser en deux, ou je sais pas moi… Il est aussi paumé que moi dans la vie, en fait. Réflexion profonde et philosophique.

… Oh ! «On arrive ! Je me tourne vers lui, jubilant. J'espère que tu n'as pas le vertige ?», demandé-je joyeusement. Ça faisait longtemps que je n'étais pas venu ici, et y emmener quelqu'un que j'apprécie, même si je le connais pas depuis une heure, me fait trop plaisir. À première vue c'est un immeuble comme les autres, mais il fait partie de ceux qui ne sont plus vraiment fréquentés. C'est super dangereux mais en même temps super calme, ça a une ambiance unique, surtout la nuit. Doucement, comme pour ne pas le briser, je l'emmène derrière le bâtiment, jusqu'à un escalier de secours quelque peu rouillé mais toujours fonctionnel, et, sans jamais lâcher sa main, je commence à monter. Il y a quoi, sept étages ? C'est pas trop beaucoup mais ça suffit, c'est bien. J'espère que je vais pas tomber, parce que je monte les escaliers de façon pas très droite. «Uh- Aargh !!» Qu'est-ce que je disais. Heureusement qu'il y a des barrières, je me suis (presque) fait la peur de ma vie, alors qu'on est qu'au troisième étage. Et j'ai failli l'entraîner dans ma chute, en plus. C'est grave, mais alors pourquoi est-ce que je ris comme un con ? C'est nerveux ? C'est l'alcool ? Ou les deux ? Je me sens euphorique, ça y est je me sens plus, en fait. Et pourtant, c'est agréable. «Désoléééé ! C'était peut-être pas une super idée, mais c'est le seul endroit auquel j'ai pensé ! Ça va ?», ris-je doucement. Je le tiens, je serre un peu plus sa main, j'espère que je lui ai pas fait (trop) peur.

Une fois cette peur passée, même si ça s'est très vite fait pour moi en fait, je reprends l'ascension et on arrive enfin sur le toit du bâtiment. Y a du vent, mais ça me donne pas trop froid en fait, c'est plutôt comme une petite brise, c'est juste la bonne dose de vent. Puis j'ai son écharpe pour me protéger. L'espace d'une seconde, je ferme les yeux et prends une grande inspiration, comme pour m'imprégner de ce petit vent, le sourire aux lèvres. Rouvrant les yeux, je me retourne vers lui et fais un geste circulaire de mon bras libre, pour lui montrer toutes les lumières de la ville qui nous entoure, c'est comme des dizaines d'étoiles, là, juste là sur Terre. «C'est beau, hein ? J'adore regarder toutes les lumières, comme ça !» Hm, c'est vraiment n'importe quoi, ce que je fais là. Mais des fois, c'est juste cool de faire n'importe quoi. Faut profiter quand on en a l'occasion ! J'espère que l'endroit lui plaît, en tout cas.

__________

«Sometimes the truth is too bright that we can’t set our eyes upon it, so we tend to look away and stare at the lies instead.»

       

Merci merci mon petit kouhai Oxy, keurs keurs sur toi:
 


Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : ninomiya setsuna
Messages : 154
Date d'inscription : 30/05/2014
Localisation : who knows
Couleur : #c00000
Fiche de Personnage
Cause de mort: hypothermie
Relations:
Capacité: favoring eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kujikawa Mikumo

Mikupedia & Mikutionnaire

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Jeu 1 Jan - 23:47



alcool et fanservice

feat. uso-tsuki



Il rit. Pendant quelques instants tu le regardas d'un air perplexe avant de te dire qu'il n'y avait probablement pas lieu de creuser là-dessus. Il pourrait rire pour pas mal de raisons, notamment peut-être de ta flagrante paranoïa et sans doute excessive prudence – mais pour le coup, c'était un fait que t'avais déjà admis et tu pouvais bien laisser passer de toute manière. Et puis, même si c'était pour se foutre de ta gueule, ça te faisait un peu de bien de le voir rire plutôt que pleurer. Tu te disais que ça irait mieux s'il pouvait encore faire ça. Un peu mieux, petit à petit.

▬ T'as raison. Et tu peux me tutoyer, je suis pas si vieux !

Techniquement s'il pouvait boire de l'alcool, il devait avoir au moins 20 ans, soit environ 3-4 ans de plus que toi – à moins qu'il le fasse en toute illégalité, ce qui rendait l'estimation moins aisée. Et vu qu'il avait dit plus tôt qu'il était pas particulièrement quelqu'un de réglo, bah, y avait de bonnes chances que ça soit la 2e option. Bon bah dans ce cas, s'il n'y voyait pas d'inconvénient – enfin jusqu'ici, tu faisais ça surtout pour éviter un malheureux accident dû à l'alcool juste par manque de politesse, t'avais pas prévu de vivre si peu. Tu ouvrais la bouche pour lui exprimer ton agrément mais la refermas assez vite–

▬ Viens ! qu'il te disait en souriant, accompagnant son interjection en tirant sur ta main et tu pouvais pas t'empêcher de sourire un peu aussi, gagné par son enthousiasme.

Tu te faisais peut-être un peu trop facilement influencer émotionnellement parlant mais pour le coup, c'était une bonne chose (?). Sa bonne humeur était plutôt contagieuse et machinalement, tu te laissais gagner par cette dernière sans opposer de résistance – pourquoi le ferais-tu ? Ton sourire s'élargit un peu, reflétant ton contentement alors que tu le laissais te guider dans des rues qui t'auraient peut-être semblé vaguement familières à la lumière du jour.

▬ On arrive ! J'espère que tu n'as pas le vertige ?

Ouhlà. Est-ce qu'il voulait dire- Tu parcourus des yeux l'immeuble qui vous faisait face pendant qu'il te menait à l'escalier de secours derrière celui-ci et là seulement, tu compris son intention. Est-ce qu'il voulait vraiment monter jusqu'en haut, par là ? Ça te semblait pas très– disons que l'escalier en question n'avait pas l'air en très bon état. Enfin, il était juste un peu rouillé mais ça faisait pas bon ménage avec ta paranoïa. Vraiment pas. D'ailleurs, ça s'est confirmé puisque ton– euh– comment t'étais sensé le qualifier ? Ton "inconnu sur lequel t'as pleuré un soir de tristesse profonde avec qui t'es pas vraiment ami mais euh voilà" ? Bref, qu'il a glissé et que t'as réagi un peu tard pour le rattraper – même que t'as failli tomber avec, la faute à l'inattention et la différence de taille. C'était pas vraiment la faute de l'escalier ceci dit, plutôt de l'alcool – il marchait déjà pas très droit tout à l'heure.

▬ Désoléééé ! C'était peut-être pas une super idée, mais c'est le seul endroit auquel j'ai pensé ! Ça va ?

Tu acquiesças – plus de peur que de mal – et hésitas un instant à lui retourner la question, mais vu comme il riait, ça avait l'air d'aller – à moins que ça ne soit un rire très très très nerveux, mais quelqu'un de soûl pouvait-il faire ça ? Aucune idée et puis euh voilà quoi. T'essayas de faire un peu plus attention à lui quand même, au cas où. Échapper à un camion qui passe pour tomber d'un immeuble était pas spécialement pertinent. Toujours était-il que vous étiez arrivés sains et saufs (?) au sommet de l'immeuble et c'était déjà ça.

Tu profitas quand même de la pause qu'il marqua à la fin de votre ascension pour vérifier vite fait s'il s'était pas blessé – il te semblait que l'alcool avait des "vertus" anesthésiantes quand consommé à grande dose donc s'il était fait mal tout à l'heure sans s'en apercevoir ... Oh et en plus, l'escalier était rouillé donc tétanos en vue – ou alors il était vacciné et tu te faisais du mauvais sang pour presque rien hahaha. Tu abandonnas cependant de ton inspection lorsqu'il t'adressa de nouveau la parole.

▬ C'est beau, hein ? J'adore regarder toutes les lumières, comme ça !

Tu suivis du regard le bras qu'il utilisa pour désigner la vue qui s'offrait à vos yeux et immédiatement tes prunelles noisette s'avivèrent. Il y avait quelque chose d'un peu enfantin dans ton excitation lorsque tu courus presque jusqu'à la rambarde pour mieux voir, ignorant complètement le nuage de vapeur blanche qui s'échappait à chacune de tes expirations – ce qui aurait pourtant dû te rappeler que vous étiez quand même assez tard dans l'année et qu'il ne faisait donc pas très chaud.

Mais t'étais heureux et ça balayait tout le reste – t'avais les émotions en ouragan après tout et ça se voyait, personne n'aurait pu deviner que tu déprimais il y a encore quelques minutes. Là, tu sautillais presque sur place en contemplant les petites lumières colorées qui s'étendaient sous tes yeux – c'était pas quelque chose que tu voyais souvent.

Tu te tournas vers lui, quasiment surexcité et totalement oublieux du fait que cette énergie exubérante pouvait peut-être lui flanquer un mal de tête, des étoiles plein les yeux et un sourire presque béat qui faisait trois fois le tour de ton visage aux lèvres.

▬ C'est– C'est– Tu trébuchais sur tes mots, incapable de retrouver un mot aussi simple que "cool" ou peut-être "beau" pour qualifier ce que tu ressentais – et puis peut-être que t'en faisais un peu trop, mais t'étais vraiment vraiment vraiment content. Comme d'habitude, tes émotions débordaient. C'est trop génial ! finis-tu par t'écrier comme un gamin de cinq ans.

C'était comme si quelqu'un avait secoué le monde comme une boule à neige et laissé tomber les étoiles dessus – c'était ce que t'avais en tête mais tu savais pas comment le dire, encore une fois. Tu te contentais de tourner la tête dans tous les sens au risque de te déboîter le cou, sans savoir où regarder parce que les couleurs étaient différentes, les "motifs" étaient différents et tu voulais tout voir d'un coup. Vraiment comme un gosse le soir de Noël.

▬ Woah– Si j'avais su, j'aurais eu une insomnie plus tôt ! Et tu ris alors qu'en vrai, t'avais aucune idée de ce que tu venais de dire, c'était juste quelque chose qui t'était passé par la tête et qui était sorti tout seul – étrangement d'ailleurs.

T'avais le cœur plus léger, un tout petit peu.



hrp:
 

__________




Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Konoha, Kurogumo Hikaru, Toki Eien, Nishimura Daichi
Messages : 139
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 23
Couleur : Je parle. J'utilise mon pouvoir.
Fiche de Personnage
Cause de mort: Intoxication dans un incendie
Relations:
Capacité: Believing Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Lun 5 Jan - 19:20

What a beautiful night…

Uuuh, il est trop chou ! On dirait vraiment un gosse — mais en même temps il doit pas être bien âgé. Je lui donne quoi, quinze, seize ans ?Et dire que j'approche de la vingtaine. Hm, mais ce que je voulais dire c'est qu'on dirait un enfant de six ans, vu comment il s'émerveille, comme ça. Il a l'étincelle dans les yeux, la façon de se précipiter pour tout voir, de trépigner, c'est tellement mignon ! En plus il est tout petit et tout enveloppé dans son manteau et ses cheveux ressortent dans la nuit et on voit son souffle qui fait de la fumée et— Bordel, faut que je me calme. Mais en même temps le voir comme ça alors qu'il pleurait y a pas une heure… Ça fait du bien. Et, bizarrement, ça fait aussi beaucoup de bien de revoir ce paysage avec de la compagnie. Et pas n'importe quelle compagnie, je l'apprécie, ce petit. C'est chaud, c'est agréable de partager un bon moment comma ça, où t'es juste content avec une personne aimée qui est juste contente aussi. En plus c'est beau, c'est comme si— Comme si, hm— «C'est– C'est– Oh, lui aussi il trouve plus ses mots ? Sauf qu'il est pas bourré, uh… Mais rien à foutre, trop de joie en moi pour déprimer sur ça. C'est trop génial !» Parfaitement ! En voyant son énorme sourire je ris un peu, légèrement, c'est juste trop kakkoi ! Je me rapproche à mon tour de la rambarde et appuie mes avant-bras dessus pour regarder un peu. C'est vrai que c'est beau, c'est vrai que c'est tout simplement génial.

Ah mais, regardez-le tourner le tête dans tous les sens. Il doit vouloir tout regarder, mais tu peux pas avoir une vue d'ensemble de la ville comme ça, alors il fait comme il peut… Sérieux, ça me fait trop plaisir, et son sourire super grand déteint finalement sur moi, je crois que ça faisait longtemps que j'avais pas été aussi euphorique. Ou alors j'avais oublié, roh l'alcool. «Woah– Si j'avais su, j'aurais eu une insomnie plus tôt !» … Eh ? Hyaaa mais c'est trop chou, il veut me faire avoir une overdose de mignon ou quoi ? Je ris un peu plus, je sais pas si c'est nerveux ou juste l'excitation ou son rire qui provoque le mien, mais je ris, et c'est bon, ça m'avait manqué un rire comme ça, franc et pas forcé, ou pas provoqué. J'aime ce petit, il est tellement naturel. Ça doit être parce que je suis assez pas très bien, sinon j'aurais menti comme d'habitude, mais je me sens moi-même avec lui, et ça c'est rare. Profiiiiiiite Tsuki-kun. «Comme quoi l'insomnie c'est cool parfois !» Voyant qu'il a envie de tout voir, de tout savoir, normal quoi, je pointe un bâtiment du doigt. «Tu vois le gros truc là-bas ? C'est le centre commercial !» En fait j'ai aucune idée du pourquoi je dis ça, mais c'est amusant. Je lui lance un regard complice en souriant, et poursuis. «Et là c'est mon ancien lycée— Mais en fait j'y vais plus depuis un moment donc bon !» Je ris un peu. On s'en fout tellement, de ma vie. «En plus, j'étais nul ! Enfin bref…» Pourquoi. Je. Raconte. Çaaaa. Je ris encore plus et de ma propre connerie, si c'est pas merveilleux.

«Bon et là ça se voit pas trop mais c'est le parc. Sauf qu'y a pas trop de lumière en fait alooooors—» Ouais, je sais pas quoi dire, mais c'est marrant de tout lui montrer et de voir son air émerveillé, juste tout content et trop mignon — de la joie à l'état pur, enfantine et comme on n'en voit plus assez. Je le laisse regarder un peu les divers endroits plus ou moins relativement intéressants que je lui ai montrés, puis je passe derrière lui et lui cache les yeux avec mes deux mains, lâchant un petit «Bouh !» au passage. C'est vraiment débile, mais pour une fois que je suis de bonne humeur, hein. On va pas se plaindre, en fait ça faisait trop longtemps que j'avais pas été joueur comme ça. Et c'est plutôt cool. Je le fais pivoter d'environ quatre-vingt dix degrés, toujours les mains sur ses yeux, et m'exclame : «Eeeeet attention le meilleur pour la fiiiiiin ! J'enlève mes mains pour le laisser découvrir l'un des plus beaux endroits à mes yeux — c'est lumineux, c'est de toutes les couleurs, c'est clinquant, en un mot éblouissant. Le parc d'attractions ! Tadaaaam ! T'as vu comme c'est trop beau ?» Je dois avoir l'air complètement débile, mais je sens mon coeur s'accélérer un peu, et mes joues qui peuvent pas s'empêcher de s'étirer encore et encore dans un sourire qui n'en finit plus. Je sais pas si c'est l'alcool ou quoi -même si j'ai pas vraiment l'impression-, mais c'est encore plus beau que d'habitude. Comme si— «Comme si ta présence embellissait encore plus le paysage…» Ouais, c'est exactement ça. Et ça me fait tellement, tellement plaisir. C'est un truc auquel j'avais pas goûté depuis des lustres. Je me souvenais plus d'à quel point c'était genre, essentiel. C'est super fort, et pour quelques secondes je laisse l'excitation de côté pour admirer toutes ces lumières, là, juste là, avec lui. Qu'est-ce que c'est beau.


HRP:
 

__________

«Sometimes the truth is too bright that we can’t set our eyes upon it, so we tend to look away and stare at the lies instead.»

       

Merci merci mon petit kouhai Oxy, keurs keurs sur toi:
 


Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : ninomiya setsuna
Messages : 154
Date d'inscription : 30/05/2014
Localisation : who knows
Couleur : #c00000
Fiche de Personnage
Cause de mort: hypothermie
Relations:
Capacité: favoring eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kujikawa Mikumo

Mikupedia & Mikutionnaire

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Sam 10 Jan - 21:56



alcool et fanservice

feat. uso-tsuki



▬ Comme quoi l'insomnie c'est cool parfois !

Tu ris légèrement — tu vivrais bien la nuit si t'avais pas un peu peur du noir, t'appréciais l'atmosphère et l'effet de suspension entre deux journées. Enfin, si tu n'étais actif que la nuit, l'effet inverse finirait par se produire donc euh en fait, c'était assez inutile. Tu le regardas tendre le doigt, un peu surpris.

▬ Tu vois le gros truc là-bas ? C'est le centre commercial ! Et instantanément, ton visage s'éclaira lorsque tu compris son intention. Bon okay, tu t'excitais un peu pour rien, enfin, pas grand-chose — mais ça t'amusait de chercher les bâtiments, plus précisément tu aimais avoir à considérer l'image sous une autre perspective et bien que tu le fasses souvent de façon figurée, le sens propre te plaisait aussi. Et là c'est mon ancien lycée— Mais en fait j'y vais plus depuis un moment donc bon ! En plus, j'étais nul ! Enfin bref…

Tu clignas des yeux et manquas de te lancer dans le discours habituel comme quoi c'était pas bien de sécher, avant de te rendre compte que euh bon, il devait le savoir quoi — et puis ce genre de remarques, il a dû les entendre des milliers de fois déjà, était-ce vraiment la peine ? Puis pour le moment, c'était pas le plus important. T'étais un peu trop occupé à sautiller sur place et te hisser sur la pointe des pieds pour élever ta ligne de vision pour voir par dessus le haut de certains immeubles. Comme quoi, si être petit aidait de temps en temps, les désavantages te semblaient bien plus nombreux et là, c'était vraiment pratique. T'aurais bien aimé un marche-pied, mais dans ce cas, la rambarde ne servirait plus à grand-chose — et t'avais pas vraiment envie de tomber. Vraiment pas, oui.

▬ Bon et là ça se voit pas trop mais c'est le parc. Tu plissas les yeux, tendant de discerner dans la tâche un peu plus sombre au moins les silhouettes des arbres, ou peut-être les nuances de la pelouse sous les lampadaires de la rue voisine. Sauf qu'y a pas trop de lumière en fait alooooors—

Tu ris à nouveau sans raison — il allait peut-être te trouver bizarre, c'était déjà assez évident tout à l'heure que t'étais content, t'étais pas obligé d'en rajouter une couche, si ? Tu continuais à varier les positions et t'agiter très beaucoup beaucoup pour mieux voir — Kitamura aurait été horrifié de te voir dépenser autant d'énergie pour "rien", mais lui, il avait pas ces problèmes de taille donc est-ce que c'était vraiment comparable ? Ouhlà, euh, c'était peut-être pas très flatteur de l'utiliser comme référence sur ton échelle de la paresse, le pauvre quand même, t'avais déjà pas été sympa avec lui, fallait peut-être que tu lâches du lest.

Tu t'apprêtais à ouvrir la bouche pour répandre à nouveau ton enthousiasme — en espérant que ça lui donne pas la nausée de voir ce surplus d'énergie qui donne l'impression que tu as avalé une tonne de sucre avant de le croiser, ce qui était inquiétant aussi mais pour d'autres raisons.

▬ Bouh ! qu'il te fait en posant sur tes yeux ses mains un peu fraîches — ouhlà non non non, tu sursautas immédiatement, surpris et aussi un peu apeuré. J-Juste un peu. Ça pourrait être pire et tu le savais, tu pouvais encore tolérer ça, avec l'habitude. C'était là que tu regrettais qu'il soit si tard dans l'année. Tu le sentis pivoter un peu et une pointe d'appréhension vint gratter l'intérieur de ta tête. Eeeeet attention le meilleur pour la fiiiiiin !

Et la vague inquiétude (?) se fit éjecter aussi rapidement qu'elle était venue, ce qui n'était pas forcément très intelligent d'ailleurs — dans l'hypothétique scénario dans lequel tu te pencherais un peu trop et basculerais par dessus la barrière, tu te sentirais bien con. Enfin, toujours était-il que euh wow, la vue du paysage t'ôtait les mots de la bouche. Déjà que tu parlais pas très bien de base, ton éloquence allait pas s'arranger avec ça — et t'avais probablement l'air stupide à débiter des demi-syllabes pas toujours très intelligibles.

Très honnêtement, t'avais pas mal galéré à choisir où regarder tout à l'heure, mais là, c'était pire. Le panorama du parc d'attractions qui s'offrait à tes yeux était suffisamment large pour que tout ne tienne pas dans ton champ de vision et t'étais obligé de reculer un peu pour avoir une meilleure vue d'ensemble — mais euh comme il était encore derrière toi et que t'allais quand même pas lui marcher sur les pieds, valait mieux éviter.

▬ Le parc d'attractions ! Tadaaaam ! T'as vu comme c'est trop beau ?

Un peu que t'avais vu — tu voulais même plus en détacher les yeux. En fait, tu devais vaguement avoir l'air d'un poisson rouge à garder les yeux écarquillés et la bouche ouverte comme ça mais c'était pas très important pour le moment. Si tout à l'heure, tu sautillais partout, là, tu restais complètement figé, comme si l'explosion de couleurs t'avait paralysé — c'était l'écran bleu de la mort, mais en version humaine.

▬ Comme si ta présence embellissait encore plus le paysage…

Au début, t'avais pas relevé la remarque, tu t'étais contenté d'acquiescer bêtement sans réfléchir, l'information n'étant pas encore parvenue jusqu'à ton cerveau, jusqu'à ce que—

▬ Hmhm— Qu-Quoi ?! croassas-tu en sursautant, ce qui était, bien sûr, vraiment très classe et élégant comme réaction. Enfin euh quoi— comment— mais quoi ?!

Avec ça, c'était plutôt clair que tu savais pas par commencer. Déjà euh c'était un compliment ? Non ? Ouhlà, mais euh, les compliments normalement t'en reçois pas, il se passe un truc là, c'est louche — enfin non, pas louche mais bizarre ou non en fait, pas bizarre mais inhabituel, voilà. T'en entendais pas souvent, voire pas du tout, et t'en faisais pas non plus parce que t'avais pas vraiment de raisons de le faire — ni de personnes à qui en faire, tiens. Du coup, t'étais un peu (beaucoup) choqué et tu savais pas quoi dire. Est-ce que t'étais sensé tout nier ou le remercier ou paniquer ou détourner la conversation — non parce que c'était un peu embarrassant quand même, la ligne était un peu clichée, t'avais dû l'entendre une ou deux fois à la télé ou un truc du genre. Eeeeeuuuuh. Ouais.

▬ Je veux dire— Quoi mais non ??

Et apparemment, ton problème d'expression empirait en plus. En fait, tu devais savoir quoi dire, t'avais une petite liste au fond de ton cerveau sauf que l'ordre dans lequel tu devais dire les choses n'arrêtait pas de changer donc du coup, tu ouvrais la bouche, la refermais, t'agitais sur place en gesticulant de manière très très étrange avec un air un peu trop concentré pour être approprié dans cette situation. Hmmm.

▬ Et puis d'abord— D'abord— Non !!

Trop de maîtrise en toi.



hrp:
 

__________




Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Konoha, Kurogumo Hikaru, Toki Eien, Nishimura Daichi
Messages : 139
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 23
Couleur : Je parle. J'utilise mon pouvoir.
Fiche de Personnage
Cause de mort: Intoxication dans un incendie
Relations:
Capacité: Believing Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Dim 15 Fév - 12:41

Eh, what's happening ?

«Hmhm— Qu-Quoi ?! E-Eh ?! Comment ça, enfin, quoi ? Qu'est-ce qui se passe, qu'est-ce qui lui arrive, pourquoi il sursaute comme ça ? Ça va pas bien, j'ai fait quelque chose ? Le parc d'attractions a explosé ? Ça m'en a pas l'air pourtant… Ça doit être autre chose alors ? Enfin euh quoi— comment— mais quoi ?!» Mais j'en sais rien, «quoi» ? Qu'est-ce qui se passe, j'en sais rien du tout, comment ça se fait qu'on passe de la joie d'il y a trente secondes à une sorte de surprise incontrôlée ? Je jette un regard circulaire aux alentours mais il me semble que rien n'a changé ? Ou alors euh il neige ? Et genre je suis trop anesthésié et je vois pas assez bien et net pour capter ce qui se passe ? Mais j'ai pas froid… Ah mais oui c'est l'alcool aussi, sûrement. Donc il doit neiger ? Je lève la tête vers le ciel, assez désorienté tout de même -bah oui je savais qu'en étant bourré on pouvait louper un truc aussi évident quand même- et… Et bah, je vois rien. Il neige vraiment ?? Tout aussi paumé que lui, je pose à nouveau mon regard sur son corps de gosse et hm, j'attends. J'attends qu'il m'explique -s'il peut-, qu'il fasse quelque chose. On n'est pas rendus si jamais il sait pas non plus. Et, en un sens, ce serait presque risible. Mais comme je capte pas trop ce qui se passe, mon sourire reste un peu gêné, crispé.

«Je veux dire— Quoi mais non ??» Euh… Oui ? Enfin, non ? J'en sais rien ? Mais genre, rien du tout ? Il neige pas ? C'est pour ça aussi que je voyais rien, je me disais bien ! En tout cas il gesticule dans tous les sens et même quand il est paumé il a l'air trop chou — c'est vraiment terrible, ça. Il me regarde d'une drôle de façon, comme s'il était pas d'accord avec moi ? C'est pour ça qu'il me dit «non» ? Mais… Euh… Pourquoi ? La tête que je dois faire, je capte rien, mais alors rien du tout ! Qu'est-ce que j'ai dit ? J'ai montré les endroits, il avait l'air de bien aimer ? Il est pas d'accord avec euuuh— le parc d'attractions ? Je pense pas, vu comment il est resté scotché. Bizarre, bizarre, vraiment bizaaaarre. C'était cool, d'ailleurs, ça, on sentait la joie et l'émerveillement à des kilomètres ! J'aurais bien aimé que ça reste un peu comme ça encore, ça faisait plaisir, et ça rendait le paysage vraiment plus beau, c'est con à dire mais partager les bons moments comme ça les rend deux fois plus beaux justem— «Et puis d'abord— D'abord— Non !!» Eeeeh ?! Oh merde, merde, je crois que j'ai capté ! Ah mais c'est n'importe quoi quand je suis trop bourré, vraiment, vraiment vraiment ! Demain j'arrête de boire ! «Euh bah si mais en fait j'ai pas capté que j'ai pensé tout haut, c'est con, c'est vraiment con !» Oh merde. Je m'entends dire, à l'instant une espèce de «Oui le paysage est plus beau quand t'es là» comme dans les films à l'eau de rose, d'où ça sort ce truc sérieux. Faut que tu fasses gaffe quand t'es bourré Tsuki-kun, sérieux ! «C'est toujours comme ça quand j'ai un peu bu je sais plus ce que je dis tout fort ou pas, haha… » Et un petit rire encore plus gêné, mais quel air de con je dois avoir. Bravo Tsuki-kun !

«Mais en fait je voulais pas dire ça comme ça, enfin c'est juste cool de partager une belle vue comme ça avec quelqu'un de gentil et qu'on apprécie, non ?», tenté-je avec les mains levées, comme pour dire «on se calme je voulais pas draguer ni rien c'est juste que je suis con !». Voilà c'est ça que je voulais dire mais comme d'habitude j'ai encore fait n'importe quoi ! Eh bien, eh bien, on n'est pas rendus. À moins qu'il aie déjà compris et qu'il trouve pas ça cool ? Dans ce cas je me demande pourquoi il reste encore ? Par pitié, peut-être ? Eeeh… Il dit rien, il est sûrement encore un peu sonné, j'imagine ? C'est inquiétant en tout cas, faudrait peut-être que je me rattrape. «Enfin tu vois je le pensais vraiment et du coup c'est sorti tout seul genre je m'en suis même pas rendu compte, c'est pas parce que je m'appelle Uso qu'il faut jamais me croire, je sais pas ? Et puis en fait Uso c'est même pas mon vrai nom hein, c'est juste que plus personne utilise l'ancien alors j'ai plus trop l'habitude hein…» J'ai baissé les mains et je le regarde, l'air très certainement tout penaud, sérieux c'était quoi cette explication ? Comment je fais pour arriver à me taper des gens, comme ça, quand je suis aussi torché ? C'est vraiment n'importe quoi, uuh. Et je crois que j'ai un peu perdu en énergie par rapport à tout à l'heure. Mais je garde quand même un certain sourire, embarrassé et confus certes, mais ça reste mon petit sourire à moi ! N'empêche c'est quand même assez con qu'il dise «non» comme ça alors que c'était plutôt comme un compliment, il a pas aimé ? Eh, c'est dommage… Retiens la leçon et tâche de te concentrer un minimum à l'avenir, mon cher Tsuki-kun !

__________

«Sometimes the truth is too bright that we can’t set our eyes upon it, so we tend to look away and stare at the lies instead.»

       

Merci merci mon petit kouhai Oxy, keurs keurs sur toi:
 


Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : ninomiya setsuna
Messages : 154
Date d'inscription : 30/05/2014
Localisation : who knows
Couleur : #c00000
Fiche de Personnage
Cause de mort: hypothermie
Relations:
Capacité: favoring eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kujikawa Mikumo

Mikupedia & Mikutionnaire

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Sam 21 Fév - 1:19



alcool et fanservice

feat. uso-tsuki



Euh bon, il avait pas l’air de comprendre grand-chose, c’était vraiment que ta réaction était un peu soudaine, ça avait pris un peu de temps avant que tu ne tiltes ce qu’il avait dit et du coup, bah, t’avais l’air con et t’avais dû le surprendre. Tu savais pas trop comment lui expliquer ceci dit, t’étais embarrassé okay d’accord mais comment t’étais sensé lui dire ça ? Répéter ce qu’il avait dit était hors de question alors tu devais dire quoi, “euh tu viens de dire un truc gênant je sais pas comment y réagir” ? Mouais, t’avais vu mieux et puis pour le coup, si ça se trouve, t’allais l’embarrasser aussi. C’était compliqué comme situation.

▬ Euh bah si mais en fait j'ai pas capté que j'ai pensé tout haut, c'est con, c'est vraiment con !

Euh. Okay. Il a trouvé le moyen de rendre ça encore plus gênant wow, comment il a fait. Encore il aurait dit que c’était une blague, qu’il voulait juste tenter de le dire une fois dans sa vie, bref, un truc qui signifierait qu’il le pensait pas vraiment, ça serait mieux passer mais là, euh, que dire, t’étais vraiment paumé parce que tu comprenais plus vraiment ce qu’il se passait et t’avais vraiment aucune idée de ce que tu pouvais bien répondre à ça – bon, tu savais pas avant non plus, mais là, c’était encore pire.

▬ C'est toujours comme ça quand j'ai un peu bu je sais plus ce que je dis tout fort ou pas, haha…

Oh euh d’accord. Ca confortait ton opinion sur l’alcool : ne pas y toucher, mais alors jamais. Tu t’imaginas quelques secondes dire quelque chose d’aussi embarrassant avec un air parfaitement naturel – oui non, en supposant que tu t’en souviennes après, t’oserais plus jamais sortir de chez toi, wow. En même temps, tu te laissais embarrasser un peu trop facilement et en plus de ça, c’était de ta faute dans 80% des cas, c’était pas pratique.

▬ Mais en fait je voulais pas dire ça comme ça, enfin c'est juste cool de partager une belle vue comme ça avec quelqu'un de gentil et qu'on apprécie, non ? dit-il ensuite.

Ce qui n’était pas tellement faux à tes yeux, tu partageais ce sentiment après tout. En règle générale, tu aimais bien partager ce genre de choses avec tes proches – dommage que tu en aies si peu, haha. Bien que t’en donnes souvent l’impression (d’après les autres), t’étais pas quelqu’un de spécialement solitaire. Enfin, mieux valait être seul que mal accompagné, tout de même.

Puis il avait l’air très confus, tu te sentais un peu coupable d’avoir réagi de manière aussi exagérée, tu voulais pas l’embarrasser non plus. Et tu savais même pas que ton manque de self-control te reviendrait dans la face de cette manière – le bon côté des choses, c’est que maintenant tu le savais et que t’allais peut-être t’enfoncer un peu de bon sens dans le crâne.

▬ Enfin tu vois je le pensais vraiment et du coup c'est sorti tout seul genre je m'en suis même pas rendu compte, c'est pas parce que je m'appelle Uso qu'il faut jamais me croire, je sais pas ? Et puis en fait Uso c'est même pas mon vrai nom hein, c'est juste que plus personne utilise l'ancien alors j'ai plus trop l'habitude hein…

Tu le regardas un peu bêtement, légèrement déboussolé par ce soudain afflux de mots puis un petit sourire vint élargir tes lèvres. Et très vite, tu te mis à rire, sans pouvoir t’en empêcher – bon bah pour ta volonté de pas l’enfoncer plus, c’était un peu raté là. On savait déjà tous que t’étais un peu nul, mais à ce point, franchement, bravo. Même quand t’avais la chance de tomber sur quelqu’un de sympa avec toi, t’arrivais à faire de la merde – restait à savoir comment ça se faisait que la sélection naturelle ne t’ait pas encore éjecté de l’écosystème.

▬ Ouhlà, pardon– Ça va, t’en étais pas encore à t’étouffer de rire, c’était déjà ça. C’est pas grave, c’était, um, drôle–

Comme s’il s’était pas rendu compte tout seul que tu trouvais ça marrant, bien bien. Tu toussotas un peu, tentant de reprendre, avec un air un peu gêné plutôt bien assorti au sien pour le coup.

▬ Enfin, euh, je veux dire, pardon, c'est juste que je pensais pas que– euh, j'ai été surpris, c'est tout– parvins-tu à articuler, un peu inquiet – et s'il le prenait mal ? Ça serait malin tiens, il avait besoin de soutien là, pas de quelqu'un pour lui dire de la merde.

Un petit silence embarrassé plana pendant quelques instants, avant que tu ne finisses par relever quelque chose dans son affirmation précédente. Et bien sûr, comme tu savais pas tenir ta langue–

▬ Comment ça plus personne n'utilise l'ancien ?


__________




Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Konoha, Kurogumo Hikaru, Toki Eien, Nishimura Daichi
Messages : 139
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 23
Couleur : Je parle. J'utilise mon pouvoir.
Fiche de Personnage
Cause de mort: Intoxication dans un incendie
Relations:
Capacité: Believing Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Ven 1 Mai - 12:48

Just listen to a little story !

Il rit. … Eeh ? Il se fout de ma gueule parce que je dis de la merde ? C'est ça, c'est ça ? Boh, il a pas vraiment tort en fait ! J'aurais fait pareil à sa place ! Oui, me foutre de ma propre gueule oui, parce que je suis genre vraiment un idiot et qu'en plus je suis torché, si c'est pas beaaau, la vie ! Ça me donnerait envie de chanter ça, c'est vraiment n'importe quoi ce que je fais, là— ! Mais osef, okay ? Ça me réchauffe le coeur -mieux que l'alcool d'ailleurs ?- de le voir rire, c'est naturel, c'est simple, ça fait du bien. Ouais, juste du bien. Du coup mon sourire à moi s'agrandit, je pensais qu'il serait assez gêné -euh oui bon il l'a été mais ok hein je croyais plus longtemps et j'ai même pas besoin de me justifier quand je pense d'abord, na !- mais finalement il semble content ? Eheh, grâce à moi ! Je m'applaudirais presque. Je suis carrément un winner, carrément, je fais des compliments qui mettent les enfants mal à l'aise sans même m'en rendre compte et ça me donne envie de m'applaudir. On est abruti ou on ne l'est pas. «Ouhlà, pardon— C'est pas grave, c'était, um, drôle—» Ooh ? Il n'est plus gêné alors ? Subarashiii, comme quoi dire de la merde parfois ça peut arranger les choses. Note pour plus tard : penser à dire de la merde quand je ne sais pas quoi faire. Je ris un petit peu, détendu, c'est venu tout seul après son rire à lui, je suis juste tellement de bonne humeur, c'est dingue ! J'aurais presque l'impression que le monde est en barbapapa et qu'il pleut des licornes à paillettes — mais juste presque. Ça, c'est réel quand je prends du LSD, pas de l'alcool.

«Enfin, euh, je veux dire, pardon, c'est juste que je pensais pas que— euh, j'ai été surpris, c'est tout—» Ooh, il est chou. Vraiment adorable, mais bien sûr que je te pardonne enfin, c'est ma faute en plus alors vas-y t'as le droit de te foutre de ma gueule, je t'y autorise parce que je t'aime bien et que t'es vraiment pas méchant ! Ça fait juste du bien de te voir rire comme ça en plus, alors limite maintenant si je vais pas genre, faire n'importe quoi -enfin plus qu'avant ahem- pour que tu rigoles, ça illuminerait ma vie ! Kira Kira Palletass— ☆ ! … … … Je raconte vraiment n'importe quoi, hein ? Ouais, carrément Tsuki-kun. Merde, alors ! Faut que je me calme. Ouais, un jour je serai calme quand je serai bourré. J'adore le concept ! Quoiqu'il en soit, je t'en veux pas le moins du monde Mikumo-kun, rassure-toi ! «Comment ça plus personne n'utilise l'ancien ?» … ? L'ancien quoi ? La question m'est bien adressée à moi ? Comment ça «comment ça» ? Je cligne des yeux en le regardant. J'ai dit quoi déjà avant ? Des conneries. Oui. Mais encore ? JE réfléchis quelques secondes, hmmmmm— Ah oui je sais ! Le nom, le nom, je m'entends dire à l'instant «plus personne n'utilise l'ancien», comme ce qu'il a répété quoi en fait ! Illumination, Tsuki-kun trouve la révélation dans la voie de la réflexion, qui l'eût cru ! Enfin bref, bref bref bref !

«Aha, c'est compliqué.», lui souris-je, simplement, sincèrement, sans rien d'autre que de l'affection. Il est mignon, Mikumo-kun. Il a demandé pourquoi, et j'aurais envoyé bouler n'importe qui d'autre, mais ce soir, je n'ai pas envie de me contenter de cette simple réponse trop vague, non. Je me sens bien je voudrais que ça dure encore, encore un peu malgré la nuit qui continue sa marche, malgré la vie qui continue sa marche. Alors je m'assois, en tailleur, à même le toit de cet immeuble fidèle qui me voit régulièrement, le temps de la nuit, le temps de l'ennui. J'ai envie de raconter une histoire. Doucement, je lui fais signe de s'asseoir près de moi — ce sera mieux pour entendre et puis on pourra faire les pingouins parce qu'il semblerait qu'il fasse froid. Je me sens déjà très bien avec son écharpe, mais sait-on jamais, il se pourrait que lui ait froid. Ça fait longtemps, dis donc, les histoires. Tellement longtemps. Je frémis d'excitation, ça m'a plus manqué que ce que je ne pensais ! Je suis sûr que j'ai vraiment l'air d'un gamin stupide comme ça, mais en même temps si ça se trouve je le suis ? Bonne question, tiens. Mais j'ai la flemme de répondre, eh.

J'attends qu'il soit prêt, et en même temps je cherche mes mots, je dois au moins préparer le début ! Je penche un peu la tête sur le côté, le temps de trouver. Va falloir faire doublement attention à ce que je raconte, je suis bourré et je modifie un peu trop souvent la réalité. Enfin ceci dit pour une histoire… «Donc oui, plus personne n'utilise mon ancien nom. À un moment, y a pas si longtemps d'ailleurs, je l'avais même oublié !», ris-je doucement, pour commencer. «C'est parce que je… Euh, tous ceux qui le connaissaient ont juste disparu de ma vie ?» J'essaie de mettre les bons mots sur ce que je veux dire, en fait je me rends compte que c'est carrément grave ce que je raconte, et pourtant je le fais légèrement, sans me forcer— au contraire ça me soulage même. «Tout ça a commencé avec ce foutu incendie, hein…?, reprends-je, plus pour moi-même cette fois-ci. Mon regard se perd vers ce parc d'attractions tout en lumières. Il y a quelques années, tout ce qui me rattachait à cette identité a juste… Brûlé, donc.» Par ma faute en plus. Champioooon !

«C'est bizarre de dire ce genre de choses comme ça, mais hm, j'imagine que plus c'est loin et plus j'arrive à me remettre ? Ou alors c'est juste que je suis abruti et pas très sobre !» Là, je ris même un peu. Wow, Tsuki-kun calme-toi. Tu vas lui faire peur, à Mikumo-kun ! «Enfin bref, je me tourne vers lui pour lui sourire et le rassurer, oui oui ça va vraiment bien t'en fais pas !, Après ça j'étais un peu paumé, normal quoi. Je crois que tout s'est mélangé un peu dans mon esprit du coup ? Ou c'était avant, ça ? Mais euh— Toujours est-il que c'est là que j'ai vraiment commencé à faire n'importe quoi !» Hm, ça, c'est sûr. Je conte ma propre histoire avec le ton que j'employais tout le temps avec Hime, le ton des contes, le ton enjoué et détaché qu'on emploie pour raconter aux enfants. Le prends pas mal, Mikumo-kun, hein, mais tu fais si jeune…! «J'ai un peu— beaucoup de tendances à juste raconter des bobards, et alors à cette époque, même à ma bande de potes je me suis mis à mentir à tout bout de champ, ça devait être vraiment relou !» Et je ris encore, sérieux les pauvres ils ont pas eu de bol avec moi !

«Du coup ils ont fini par m'appeler Uso-Tsuki, ou juste Uso ou Tsuki-kun aussi ! Mais faut les comprendre, je mentais aussi sur mon nom genre euh tout le temps, c'était plus pratique pour faire des trucs pas très légaux !» Ouais j'adore le naturel avec lequel je peux sortir ça moi, vraiment je suis un génie tellement génial qu'on peut même pas me balancer aux flics, na ! Je me retourne un peu vers lui, en lui lançant un regard complice, c'est que je me sens vraiment proche de lui pour lui dire tout ça ! Mais si ça se trouve il trouve juste ça nul et je lui fais peur avec ma vie bizarre et il va me taper et juste s'enfuir très loin, là ? Bah… Osef. Faut que je termine, non ? «Bref, tu sais tout ! Enfin, presque…» Une pause pour le suspense, ouh là là— «Mon vrai nom, c'est Yuushi.», finis-je maladroitement, ça fait bizarre de le dire, comme ça, à voix haute et à quelqu'un, surtout. Cependant je lui fais assez confiance pour le lui révéler. J'espère que je ne me trompe pas ? Je crois que, même après des cuites encore plus grosses que celle de ce soir, je n'ai jamais dit ce nom à personne. Woah, Tsuki-kun, tu m'impressionnes ! Maintenant, si je le laissais un peu parler ? Je me contente juste de le regarder, souriant, avec ce même sentiment que quand je finissais de raconter une histoire à Hime. Le bonheur pur.

__________

«Sometimes the truth is too bright that we can’t set our eyes upon it, so we tend to look away and stare at the lies instead.»

       

Merci merci mon petit kouhai Oxy, keurs keurs sur toi:
 


Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : ninomiya setsuna
Messages : 154
Date d'inscription : 30/05/2014
Localisation : who knows
Couleur : #c00000
Fiche de Personnage
Cause de mort: hypothermie
Relations:
Capacité: favoring eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kujikawa Mikumo

Mikupedia & Mikutionnaire

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Ven 5 Juin - 19:08



alcool et fanservice

feat. uso-tsuki



Il avait pas l'air de le prendre mal — peut-être que l'alcool adoucissait vraiment leurs mœurs chez lui, t'avais déjà vu des bastons éclater pour moins que ça en passant devant des bars en rentrant du lycée —, ça te soulageait un peu, tu voulais pas qu'il se remette à déprimer. Enfin, il avait aussi l'air d'humeur bien meilleure que tout à l'heure, ça devait aussi jouer un peu ? Bref. Toujours était-il qu'il avait pas l'air de t'en vouloir, ni pour avoir ri, ni pour avoir posé une question qui était quand même assez indiscrète — t'étais peut-être (sans doute) trop curieux pour ta propre santé et un jour ça allait te coûter cher, t'espérais juste que ce jour n'était pas aujourd'hui. Tu le regardas d'un air un peu stupide le temps qu'il s'asseye par terre — euh le sol était froid quand même, pourquoi il ferait ça — avant de comprendre que ah oui, il venait juste de dire que c'était compliqué, donc ça risquait d'être long et tu le rejoins sur son invitation, en évitant soigneusement d'entrer directement en contact avec le béton — t'avais quand même envie de vivre un peu plus, faire une crise d'hystérie au sommet d'un immeuble te paraissait pas très pertinent comme idée.

Il avait l'air étrangement joyeux ceci dit ? Enfin, étrangement dans le sens où tu t'attendais à entendre quelque chose de triste — les histoires compliquées l'étaient en général —, du coup le fait qu'il paraissait presque avoir hâte de la raconter te surprenait un peu — t'étais même franchement confus. D'accord. T'avais peut-être tiré des conclusions hâtives alors et tu entrepris d'écouter attentivement ce qu'il avait à dire.

Et finalement, bah t’avais quand même visé assez juste ? C’était bien une histoire triste, même s’il la racontait de manière plutôt joyeuse — est-ce qu’il essayait d’alléger l’atmosphère ou est-ce qu’il était juste vraiment vraiment très bourré ? Tu commençais à culpabiliser en fait pour le coup, parce que si jamais il n’avait pas voulu la raconter en temps normal et qu’il s’en rendait compte après, bah euh voilà, ça allait pas être joli joli, surtout vu que le contenu de l’histoire. Pour le coup, t’aurais bien aimé remonter le temps et annuler cette décision haha, mais c’était pas trop possible. A moins qu’il n’existe d’autres personnes avec des pouvoirs bizarres ?

▬ Mon vrai nom, c'est Yuushi.

Ah ? C'était original, t'entendais pas mal de Yuuto, Yuuta, Yuusuke ou tout simplement Yuu, mais Yuushi, c'était nouveau. Avec quels kanji ça s'écrivait même ? Mais peut-être que tu devrais pas insister plus euh t'avais pas envie de mettre les pieds dans le plat comme ça, surtout vu le ton plus hésitant avec lequel il t'avait informé de son patronyme.

▬ Aah, euh, désolé, je voulais pas euh faire remonter de mauvais souvenirs, tout ça tout ça, pardon, bafouillas-tu après avoir pris conscience du petit silence qui planait — et qui commençait à te mettre mal à l'aise, aussi.

Tu t'agitas un instant, triturant un pli de ton jean d'un air un peu absent, sans trop savoir quoi dire de plus. Tu devrais présenter tes condoléances peut-être ? Tu voulais pas non plus le refaire déprimer en lui rappelant qu'à la base, c'était quelque chose de triste mais tu pouvais pas le laisser en plan non plus. C'était compliqué.

▬ Désolé d'avoir posé cette question, c'était indiscret, ajoutas-tu encore plus maladroitement, un peu paumé toujours.



__________




Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Konoha, Kurogumo Hikaru, Toki Eien, Nishimura Daichi
Messages : 139
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 23
Couleur : Je parle. J'utilise mon pouvoir.
Fiche de Personnage
Cause de mort: Intoxication dans un incendie
Relations:
Capacité: Believing Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Dim 12 Juil - 13:17

Think I'm just feeling good

Hm, c'est moi ou bien il a l'air un peu gêné ? Oh, je voulais pas— ! J'aurais dû réfléchir un peu plus avant de dire tout ça, peut-être ? Mais en même temps j'avais très envie, c'est limite si j'en avais même pas besoin en fait. Genre dire ça à quelqu'un au moins une fois, pour tourner la page, pour me soulager ? Puis bon je sais plus réfléchir quand je suis torché, aussi. Désolé, petit Mikumo-kun. Peut-être que je devrais arrêter de le retenir et simplement le laisser tranquille ? Je l'embête ? Eeeeh— C'était vraiment pas ce que je voulais, pour une fois ! J'avais l'impression qu'il se sentait bien avec moi, mais peut-être que c'étai pas le cas ? Faudrait lui demander, hum. «Aah, euh, désolé, je voulais pas euh faire remonter de mauvais souvenirs, tout ça tout ça, pardon» … Mauvais souvenirs ? Ah mais oui c'est vrai, idiot de Tsuki-kun. Il doit se sentir coupable alors que genre c'était pas de sa faute ? C'est moi qui ai voulu, après tout. Je le regarde s'agiter quelques secondes— C'est moi ou il a l'air nerveux ? Woops, je sais pas si c'était une bonne idée de dire tout ça ? Enfin en même temps j'ai jamais de bonnes idées quand je suis bourré, ahaha.

Désolé d'avoir posé cette question, c'était indiscret» Hum ? Probablement… Mais moi finalement, j'avais bien envie de lui parler de tout ça. Je sais pas si, en temps normal, je l'aurais fait, mais en même temps je bois genre tellement que c'est presque normal que je sois dans cet état, donc je sais pas ? Je crois pas que je regrette, en tout cas. «Meuh non, c'est pas grave, tu sais !, commencé-je avec un sourire franc, posant une main sur son épaule, comme pour le rassurer. Si j'avais pas voulu répondre, je l'aurais dit ! Donc tu n'as pas à t'en faire pour ça !» C'est vrai, ça. La plupart des choses que je dis sont des mensonges, même quand j'ai bu, mais pas là. À croire que pour ce soir, j'ai envie de mettre un peu ça de côté. Juste une fois, une. De temps en temps ça ne peut pas faire de mal, j'imagine ? On verra bien ce que ça donnera. Là, je suis trop content pour pouvoir penser correctement à la suite et aux éventuelles conséquences ! Faut profiter du présent aussi ! Yay !

Je sais pas s'il est très à son aise, alors je retire juste après ma main de son épaule. Même s'il m'a fait un grooos câlin tout à l'heure, on ne sait jamais. Donc évitons de le brusquer, ce pauvre Mikumo ! «C'est même moi qui m'excuse d'ailleurs, tu voulais peut-être pas entendre tout ça ! Mais honnêtement, ça euh, soulage d'en parler un peu ? Donc t'inquiète !» Je lui souris à nouveau, vraiment joyeux. C'est que je me sens plus léger, et c'est chouette, ça. Il doit pas comprendre grand chose, ni le savoir, mais je pense qu'il m'a aidé un peu ? Moi j'en avais certainement besoin. Doucement, je tourne la tête sur le côté pour admirer encore un peu la ville. C'est beau. Je pense qu'à un moment ou à un autre, il va falloir songer à rentrer, mais j'ai pas envie, j'ai tellement pas envie… Bleh. Maintenant, je m'allonge à même le sol, en faisant attention à l'écharpe du petit, je voudrais pas la salir ou l'abimer, et pose mes bras derrière ma tête, pour la soutenir. Je vois carrément bien les étoiles, comme ça. Et je me perds dans leur contemplation, c'est juste super agréable. Je m'entends aussitôt demander : «Toi, ça va ? Je te dérange pas ? Dis-le si jamais tu veux rentrer, je comprendrai, t'as pas forcément que ça à faire.» Oui, je voudrais vraiment pas le déranger. Donc j'espère qu'il se force pas, parce que moi, pas du tout ! J'ai dit ça d'un ton assez cool, pas tendu, pas froid, juste sympa, parce que je suis content et que s'il dit qu'il préfère rentrer, je le mangerai pas. Je serais juste un peu triste que ce soit déjà fini. Mais je peux pas le forcer, eh.

__________

«Sometimes the truth is too bright that we can’t set our eyes upon it, so we tend to look away and stare at the lies instead.»

       

Merci merci mon petit kouhai Oxy, keurs keurs sur toi:
 


Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alcool et Fanservice ft. Mikumo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Take A Drink To Get Drunk ! [PV Taichihuahua]
» 5,58 grammes d'alcool
» Disque dur Virtuel
» E-liquide avec Alcool, bourré sans boire?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kagerou Project RPG :: MEKAKUCITY :: Banlieue-
Sauter vers: