Partagez | 
 

 Alcool et Fanservice ft. Mikumo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Autres Comptes : Konoha, Kurogumo Hikaru, Toki Eien, Nishimura Daichi
Messages : 139
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 23
Couleur : Je parle. J'utilise mon pouvoir.
Fiche de Personnage
Cause de mort: Intoxication dans un incendie
Relations:
Capacité: Believing Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Dim 12 Oct - 12:48

Ouuuh, quelle heure il est ? Tard, je crois ? Ou tôt ? Pff, j'en sais rien, et on s'en fout, en plus. C'est la nuit, c'est tout, et la nuit ça sert à… Euh, à rien ? Non, non. À faire n'importe quoi. C'est ça. Voilààààà. Hic. Uh, je dois puer l'alcool, mais qu'est-ce qu'on s'en fout, en fait. Je vais aller foutre la merde en ville, ouaaaaais. Je vais réveiller les gens qui dorment et les insulter, parce que c'est marrant. Et peut-être casser quelques fenêtres par-ci par-là, sait-on jamaaaais. Et puis après je m'enfuirai car je suis le mal et je ne sais pas me défendre. Sauf que je suis bourré alors ils me rattraperont et j'utiliserai mon pouvoir n'importe comment pour m'en sortir, que de machiavélisme en moi, hahaha.

Enfin pour ça il faudrait déjà que je marche droit. Ouh ouh, attention, Tsuki-kun, un mur ! Ouah, j'ai failli me le prendre. Je vais pas aller loin comme ça… Ah mais si, attends. J'ai qu'à m'appuyer dessus pour avancer. Oh, quel génie je suis. Faire de mon ennemi un allié, c'est pas tous les jours que l'on voit ça ! Je devrais entrer dans l'histoire avec ça ! Mais pour ça, il faut qu'on me remarque. Et là, y a genre, pas un chat. Pourquoiiiiii mon génie passe-t-il inaperçu. Suis-je incompris du monde ? Eh, probablement. Il faut que je fasse en sorte qu'il me comprenne, alors ! Et pour ça, je dois m'exprimer ! Mon art à moi, c'est le mensonge ! Je dois mentir plus, plus, toujours plus, ainsi le monde verra ce dont je suis capable ! Mais je dois aussi trouver du monde pour ça, non ? Alors en route ! J'avais pour idée de réveiller les gens bien qui dorment, en plus d'attirer leur attention ça les marquera ! Allez allez, on cherche des gens Tsuki-kun !

… Oh tieeens, en voilà un justement ! Ou deux ? Des jumeaux ? Genre jumeaux albinos ? Ça existe ou c'est parce que je suis trop bourré que je vois double ? Uwah, j'aurais pas dû boire autant. Mais c'est pas grave, on va vérifier. Titubant, je trouve la courage de lâcher le mur et je m'approche… Sauf que je trébuche comme une merde et je tombe en avant, arrrgh ! Waouh, c'était moins une, heureusement qu'il est là pour me rattraper ! Résultat je me retrouve à moitié dans ses bras, à m'accrocher à son épaule, je dois avoir l'air, euh… Ridicule ? Faible ? Ce n'est pas comme ça qu'il va reconnaître mon génie ! Oh, mais il est donc bien seul ? Faudrait que je lui dise un truc parce que sinon il va se barrer et adieeeeu mon soutien. «Oh euh- hic-… Merci de m'avoir rattrapé, tu ne sais pas à quel point tu aides l'humanité~» Wuuut qu'est-ce que je viens de dire ? Baah au pire j'ai un bras autour de ses épaules alors il va pas se barrer, hein ?
HRP:
 

__________

«Sometimes the truth is too bright that we can’t set our eyes upon it, so we tend to look away and stare at the lies instead.»

       

Merci merci mon petit kouhai Oxy, keurs keurs sur toi:
 


Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : ninomiya setsuna
Messages : 154
Date d'inscription : 30/05/2014
Localisation : who knows
Couleur : #c00000
Fiche de Personnage
Cause de mort: hypothermie
Relations:
Capacité: favoring eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kujikawa Mikumo

Mikupedia & Mikutionnaire

MessageSujet: Re: Alcool et Fanservice ft. Mikumo   Dim 12 Oct - 19:15



alcool et fanservice

feat. uso-tsuki


Une nuit étoilée, lumineuse. Une nuit illuminée, comme on n'en voit que dans les rêves les plus beaux. Une ombre qui surgit, déchire le ciel, avale la lune, dévore les étoiles. Ombre froide, onde sinistre. Omniprésente. Terrifiante. Tu la connais. Elle est partout. Elle t'étouffe. Ne te retourne pas.

Un cri. Une larme. Non, plusieurs. Silence. Elle vient. Elle serpente, elle glisse, elle se répand. Ecoute, regarde. C'est pour toi. Ne te retourne pas.

Tu cours. Plus loin. Plus vite. Tu traverses ce couloir. Couloir sombre, étroit. Une sortie, tu cherches une sortie. Tu n'en vois pas. Pas de fin. Trop loin. Ne te retourne pas. Elle est là. Tu vois son souffle sur ta nuque. Tu entends son sourire s'étirer. Et tu cours, encore. Tu sais que ça ne sert à rien. Tu cours. Plus loin. Plus vite. Elle est là. Silence autour de toi. Capharnaüm dans ta tête. Ne te retourne pas.

Peur. De quoi, de qui ? D'elle.
De toi.
Ne te retourne pas.

Les murs défilent. Défilent-ils vraiment ? Tu es sûr d’avoir vu cette fissure quelques instants plutôt. Mais ton esprit, ton esprit te joue des tours, il se brise aussi, il s’effondre, il s’éparpille. Après tout, quand la peur défonce la porte, la vérité s’envole par la fenêtre. Et la peur est là, elle l’a toujours été. Elle siffle, s’enroule autour de toi et tu n’arrives même pas à retenir le hoquet étranglé qu’elle t’arrache alors qu’elle plonge ses crocs dans ta chair, un monstrueux parasite qui te dévore – de l’intérieur. Alors tu cours, tu cours plus vite, comme si tu espérais la forcer à te quitter, comme si tu espérais que la vitesse  lui ferait lâcher prise. Ne te retourne pas.


Et ce fut un vrai cri qui déchira le pseudo-silence de cette nuit d'automne alors que tu te réveillais en sursaut, suivi par le son discordant de ta respiration irrégulière, saccadée. Ta lampe de chevet était allumée, comme toujours, t'avais peur du noir après tout, quel gamin, pensas-tu alors que tu te laissais retomber sur tes draps en repoussant une mèche trempée de sueur de ton front moite. Quel gamin, vraiment. T'avais passé l'âge d'aller te réfugier en chialant dans les bras de quelqu'un après un mauvais rêve, passé depuis longtemps. Mais pour être honnête, t'avais jamais eu qui que ce soit qui soit prêt à t'accueillir dans une étreinte après un cauchemar. Ton père s'étai évaporé dans la nature et ta mère, ha, ta mère n'avait pas le temps pour ce genre de fantaisies, te souvins-tu amèrement. Tu restas allongé un instant sur le dos, à fixer le plafond où se reflétaient les lumières de la rue. Il devait être tard, t'entendais que très peu de voitures. Tu voyais aussi ton ombre sur les murs, déformée, floutée et- non il ne fallait plus que tu penses à ce rêve, ce n'était qu'un rêve après tout.

Tu balanças tes jambes hors du lit et le reste de ta personne suivit peu de temps après. Inutile d'essayer de te rendormir, tu le savais. T'allais essayer d'oublier, probablement, mais plus t'essayerais, plus vif encore serait ce souvenir, t'en avais presque la nausée rien que d'y penser. T'attrapas machinalement les vêtements que t'avais balancé la veille sur une chaise et te changeas, t'avais besoin d'air, de te libérer de cette atmosphère et peut-être, peut-être que ça irait mieux. Tu pris ton écharpe aussi tiens, mieux valait prévenir que guérir, foutue phobie du froid.

Rien qu'en entendant tes pas résonner sur l'escalier métallique alors que tu le descendais, tu te sentais déjà partir wow mais pas dans le sens "mourir", t'avais aucune envie de mourir ou quoique, ça pourrait être une bonne idée, parfois ça te paraissait l'être en tout cas mais ces brefs instants étaient ce qu'ils étaient : ils ne duraient pas. Non, t'avais plutôt l'impression d'être ailleurs, d'être déconnecté. C'était fou comme la ville paraissait différente la nuit, avec un autre éclairage, une autre ambiance. Des détails familiers te paraissaient soudain oppressants et d'autres qui ne te faisaient aucun effet te rassuraient étrangement, sans raison. Un léger sourire fleurit sur tes lèvres. T'avais certes peur du noir, mais ça t'empêchait pas de considérer le cœur de la nuit comme ton moment préféré.

C'était le plus calme, le plus paisible, celui qui te rappelait le moins - celui qui te permettait de mieux oublier - ce qui te faisait le plus peur en fait. Et tu te sentais apaisé alors que tu marchais seul dans les rues, trouvant un enfantin plaisir à sauter à cloche-pied dans les flaques de lumière orangée des lampadaires. Tu pouvais bien faire une mauvaise rencontre, tu le savais. Mais pour le moment, ça t'importait peu. Tu voulais juste te perdre, te fondre dans quelque chose de plus grand. Quelque chose de si grand que t'en oublierais tes petits tracas.

Et bah pour faire une rencontre, t'en as fait une hein. Mauvaise ou pas, tu le savais pas. Toujours était-il que l'instant d'avant, tu jouais à marcher sur le rebord du trottoir sans tomber et que là, maintenant, tu te retrouvais avec un mec bourré accroché à toi. Dieu que tu détestais l'odeur de l'alcool, c'était merveilleux ça. Tu dévisageas l'inconnu, en oubliant complètement le fait que quelqu'un qui a bu peut tout prendre comme une agression - ou à la rigolade, ça dépend -. Il avait l'air d'être parti loin dis donc, combien de verres il avait bu ?

▬ Oh euh- hic-… Merci de m'avoir rattrapé, tu ne sais pas à quel point tu aides l'humanité~

... Apparemment beaucoup et tu ne pus retenir le petit rire qui t'échappa, amusé. Gamin, quel gamin. Mais maintenant, qu'est-ce que t'allais bien pouvoir faire de ce type ? Tu pouvais pas le laisser comme ça, si ? Ouais non, t'étais trop con pour ça hein. Tu tentas de modifier un peu ta position, histoire de pas le laisser s'écraser sur le trottoir quand t'aurais plus de forces, fallait dire qu'avec la différence de taille, c'était un peu compliqué tout ça.

▬ Euh, hum, je ... De rien ... ? hésitas-tu, pas très sûr de comment tu devais t'y prendre avec lui.

Et puis d'abord, pourquoi il avait bu autant, wow. Il devait probablement avoir des problèmes, non ? ... Oh et puis t'avais rien à perdre, à part peut-être du temps, mais du temps, t'en avais encore des masses avant que le soleil se lève.

▬ ... Je peux vous aider ? hasardas-tu donc, toujours un peu perdu.

__________