Partagez | 
 

 Parce que je le bien - Daichi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Autres Comptes : Konoha, Uso-Tsuki, La Stupidité
Messages : 40
Date d'inscription : 19/02/2015
Age : 19
Couleur : RosyBrown
Fiche de Personnage
Cause de mort:
Relations:
Capacité:

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Parce que je le bien - Daichi   Jeu 19 Fév - 17:09


nishimura daichi
feat. hinata shouyou ㅡ haikyuu!!

nom ▬ nishimura
prénom ▬ daichi
sexe ▬ masculin
âge ▬ 17 ans (26/05/1998)
orientation sexuelle ▬ bi'
occupation ▬ lycéen et naze à plein temps
groupe ▬ sans capacité
carambaring eyes▬ permet au possesseur de faire les blagues les plus nazes de tous les temps
cause de mort ▬ rire
taille ▬ 160 cm
poids ▬ 51 kg
couleur des cheveux ▬ roux (bruns de bases mais wesh c'est un thug il les a teints)
couleur d'yeux ▬ marron
teint ▬ pâlot
particularités ▬ on voit la stupidité inscrite sur son visage

il sent la pomme ▲ il apparaît assez frêle ▲ mais en fait, il est à la fois rapide en endurant ▲ même si la force dans les bras c'est pas ça, et il trouve ça honteux ▲ il porte un peu tout et n'importe quoi ▲ mais comme il préfère quand c'est confortable, il porte souvent des sweats ▲ même sous son uniforme ▲ il est droitier et assez habile de ses mains, surtout pour jouer à la DS ▲ vachement complexé sur sa taille en fait ▲ voix assez aiguë même s'il a mué (et ça le complexe aussi même s'il fait des conneries avec) ▲ fait de grands gestes avec ses mains quand il parle ▲ et parfois il tape des gens autour sans faire exprès ▲ imberbe ▲ caresse pourtant sa barbe quand il ment ▲ fixe le vide d'un air très concentré dans ses moments d'absence ▲ a tendance à parler très fort pour combler sa petite taille et a un rire franc et contagieux





personnalité

Daichi, il est toujours en activité. Il fait toujours quelque chose, il bouge toujours, il en a besoin. Son corps ne s'immobilise certainement que quand il dort (et encore). Même en cours, quand il ne geeke pas, il bouge : il se tourne les pouces, il remue les jambes dans le vide, il joue avec ses affaires, ou il se retourne dans tous les sens pour parler avec tout le monde. Il n'est donc pas vraiment un élève attentif — autant dire que pour lui, les cours sont une perte de temps (aussi bien pour lui que pour les profs). Il y va pour faire acte de présence, et il a quand même de pas trop mauvaises notes pour pouvoir passer en classe supérieure, alors ça va, il peut glander. De toute façons même s'il voulait il n'arriverait pas vraiment à se concentrer, il y a tellement de choses trop intéressantes auxquelles on peut penser quand on est censé travailler ! C'est vraiment un phénomène étrange, mais ça lui est égal, il se laisse porter. Daichi, il est aussi membre du club de volley bal du lycée, pour se dépenser et parce que les gens là-bas sont sympas et le supportent plutôt pas mal. Il est relativement doué en sport, un peu plus dans celui-là (et en athlétisme, car il est très endurant) que pour les autres.

Enfin, la plupart du temps, quand il se fait reprendre en cours, c'est plutôt parce qu'il perturbe la leçon. Spécialement quand il bavarde. Parce que oui, Daichi il est super sociable, il peut causer avec n'importe qui, mais vraiment n'importe qui, et sur n'importe quoi. Surtout sur n'importe quoi. Quel que soit le sujet il va trouver quelque chose à dire, à répondre. Il est comme ça. Il va vers les gens et même parfois il s'incruste dans les conversations sans prévenir, alors qu'il était pas du tout censé y être. Mais du coup, il en ressort très populaire, parce qu'il est sympa et un peu con, toujours très souriant et énergique. C'est bizarre pourtant, parce qu'il a pas vraiment de charisme et que des fois il fait des trucs vraiment idiots, genre il essaie de disparaître comme ça, sans prévenir, mais bon ça marche pas vraiment. Faut dire, quand on est roux aussi flashy que lui, c'est pas facile de pas se faire remarquer. Même si on est très petit. Parce que bon, faut dire que vu comme il parle un peu tout le temps et assez fort, c'est dur de pas le connaître, lui.

À côté de ça, c'est un ado notre Daichi, et comme il adore glander au lieu de faire des choses constructives, eh bien il passe des heures et des heures entières à traîner sur internet, comme tout bon glandeur qui se respecte. Il en a un peu fait le tour d'ailleurs, il a été voir un peu partout, il connaît tous les memes, tous les bons sites, les bonnes applis, les jeux en vogue, les petits trucs quoi. Il regarde aussi beaucoup d'animes, parce que c'est cool et que ça fait passer le temps. Il est plus axé shounen et aventure mais il lui arrive de suivre des shoujo, quand c'est pas trop cul-cul. Aussi, il aime beaucoup les histoires à feels parce que même si ça le fait pleurer comme une madeleine, c'est suprah cool et sa bonne humeur chronique reprend toujours le dessus. Notons donc que, vu qu'il s'y connaît pas mal et qu'il est un très bon ami de notre otaku la Misaki, il l'aide volontiers à faire son manga : il pose les trames, réalise les effets, noircit des cases par-ci par-là, et ça l'éclate, tout simplement. Quand il voit ses notes moyennes et son parcours scolaire qui ne durera probablement pas, il songe parfois à finir, ou du moins continuer sa vie en tant qu'assistant mangaka, pourquoi pas après tout. Dessiner toute la journée en parlant d'animes, ou même de tout et n'importe quoi, ça lui plairait bien. Ce serait comme faire ce qu'on aime (qui est donc ici une certaine forme de glandage) tout en étant productif et en gagnant sa vie ainsi. Et il ferait ses super blagues aux autres, il est persuadé qu'ils riraient, ce genre de communauté est super ouverte et sympathique après tout. Il joue également pas mal aux jeux vidéos et adore les RPGs, auxquels il est assez doué sans être un PGM non plus. Il aime particulièrement les Zelda, et il emmène sa DS ou sa PSP à peu près n'importe où, c'est rare qu'elles ne soient pas dans son sac. Avec des pommes, aussi. Parce que Daichi, il aime les pommes. Donc il se trimballe tout le temps avec deux ou trois pommes, qu'il mange toujours durant les moments les moins adéquats pour ça. C'est Daichi. Et c'est pour ça qu'il sent la pomme. Car il en mange vraiment trop.

Et Daichi, même s'il a dû changer de lycée au cours de sa première année, il a très vite su se faire une petite réputation — en bien ou en mal, ça, il sait pas, par contre. Non seulement il va parler à tout le monde et s'incruste un peu partout de façon plutôt imprévisible, mais en plus généralement c'est pour dire de la merde. Parce que Daichi, il est aussi et surtout connu pour son humour. Et ça, c'est du lourd. Mais vraiment lourd, en fait. Il fait des blagues pourries à longueur de journées et y a que lui qui rigole, il se prend pour un génie alors qu'en fait non. Il fait plus chier les autres qu'autre chose, et il continue, sur ce point il a vraiment une capacité incroyable à se renouveler, c'est limite s'il faudrait pas l'engager chez Carambar. Il se ferait un fric fou, cet abruti. Mais il doit pas y penser, ou pas sérieusement. N'empêche, tous les calembours, tous les jeux de mots pourris, toutes les blagues à deux balles, on peut être sûr que Daichi les a faites au moins une fois. Ou plusieurs, parce qu'il se marre tellement quand il y pense. C'est pas marrant un petit truc genre : «Eh tu connais la blague du mec qui rentre dans un café ? … Ça fait plouf !» ? Non ? Vraiment ? Vraiment vraiment ?





histoire

«Qu'est-ce qui est vert et qui monte et qui descend ?! … Un petit pois dans un ascenseur !», explose le Daichi, riant à n'en plus finir. Sauf que ça ne fait rire que lui, Daichi. Daichi. Ça veut dire «grande sagesse». Grossière erreur de la part de ses parents, car Daichi, il est tout sauf sage. Mais on peut accuser personne, car personne savait qu'il serait comme ça. D'ailleurs, au début, ça n'en avait pas trop l'air, en fait.

Daichi, c'était un petit garçon, un petit Japonais, un petit mec comme tous les autres. Dans ce pays l'éducation et le système scolaire sont assez durs, mais il supportait pas mal, c'était un petit rieur, gentil et amical. Il a jamais trop posé de problèmes à personne, ni à sa famille, ni en dehors. Il vivait avec sa grande soeur, ses parents et ses grands parents dans la maison familiale, ni trop grande, ni trop petite. Ils avaient deux gros chiens, des toutous affectueux avec qui il aimait beaucoup jouer, et il revenait tout couvert de terre et d'égratignures, mais aussi le visage couvert d'un grand sourire. Et parfois, il ramenait des «trésors», des brindilles ou des babioles qui traînaient dans la rue, et même si ses parents étaient assez stricts (mais pour le bien de leurs enfants) lui disaient un peu durement d'aller les remettre là où il les avait trouvés, il était content, il les montrait aux autres avant et au final tout le monde souriait. C'était un garçon plein de vie et aimé, autant qu'il aimait tout le monde.

Et puis est arrivée la période du collège. Par rapport à la primaire, c'était assez dur, c'était différent, Daichi il avait pas l'habitude. Il était plutôt habitué à flâner en cours, c'était léger, il avait pas tant besoin que ça de se concentrer parce qu'il compensait à la maison, il aimait bien étudier. C'était la base et c'était simple. Il ne voyait d'ailleurs pas que ses parents étaient très stricts, pour lui c'était normal, c'était traditionnel, c'était comme ça qu'il fallait faire. Et il se plaignait pas, il était tout innocent. Après, par contre, il a vu que ça devenait plus dur, et il a essayé, il a fait de sont mieux pour satisfaire ses parents, parce que jusque là, jusqu'au collège, il ramenait des notes jamais plus basses que 80/100. Mais peu importe ce qu'il faisait, il y arrivait pas. Soit il se dissipait, soit il comprenait juste pas. Et puis, il y avait aussi plein de choses qu'il avait envie de faire ou de découvrir, il voulait encore jouer, il avait eu une console à Noël et il voulait tester plein de trucs, plein de jeux, tout le monde en parlait et comme il parlait à tout le monde il voulait faire comme eux, c'était normal. Alors il perdait un peu son temps, il traînait avant et après les cours (parce qu'il est pas vraiment ponctuel), il a pas trop cherché à faire compliqué, il s'est dit «on y va tranquille, à son rythme», parce qu'il avait déjà vu que ça servirait à rien d'en faire trop et de s'épuiser, alors autant gaspiller son énergie à faire des trucs marrants.

En parlant de trucs marrants, c'est à peu près à cette période là que, comme il se faisait pas mal engueuler à cause de ses notes qui baissaient de plus en plus, il a voulu quand même faire sourire tout le monde, comme avant, car ça fait chaud au coeur et ça fait du bien. Il se rappelle, Daichi, qu'il a pas toujours eu cet humour, qu'il a pas toujours fait ces blagues de merde. Au début, c'était son grand-père qui faisait rire les gens, la famille, il avait un sacré humour, et Daichi l'admirait, il l'admirait tellement. Il voulait être pareil, mais vraiment pareil. Et le vieux lui disait tout le temps qu'il pouvait, qu'il avait le potentiel, parce que ça s'apprend, et Daichi, même s'il pouvait pas trop apprendre de choses pour l'école, il pouvait apprendre ça. C'était à sa portée. Il a laissé ça de côté assez longtemps, jusqu'à arriver en deuxième année de collège.
Le mardi, il rentrait tôt, sauf qu'il n'y avait personne pour l'attendre. Personne à la maison, et il en profitait pour glander, bien évidemment. Même si après il se faisait engueuler, il était content parce qu'il avait ses petits moments à lui. Et ces mardis après-midis, il regardait la télé. C'était une habitude, tellement présente qu'il ne l'a jamais loupée. C'était son émission, son secret. C'était complètement con, et il aurait eu un peu honte si quelqu'un l'avait jamais vu, mais il regardait toujours, tous les mardis. Parce qu'au final, cette émission, ce duo de comiques qui faisait n'importe quoi (et surtout des jeux de mots horriblement pourris), ça le faisait rire, ça le faisait tellement rire. Et plus il regardait, plus il en prenait de la graine. Ça s'est fait sans même qu'il s'en rende compte, mais il aimait tellement ça qu'il a fini par prendre le truc. À chaque occasion, il faisait un calembour, un jeu de mots, une blague. Généralement ça faisait pas marrer grand monde, mais lui, si. Il disait déjà qu'il était un génie, que ses blagues étaient super drôles. Parce que c'était vrai, si lui riait. Il le croyait fortement, et il a commencé à devenir lourd avec ça à la fin du collège, mais les gens supportaient bien parce que ça détendait quand même pas mal l'atmosphère, et puis il était cool, Daichi.

Est venu ensuite le temps du lycée. La première année a été… Mouvementée. En fait, son grand-père est mort de maladie durant les vacances juste avant la rentrée… alors c'était pas vraiment la forme, pour Daichi. Mais pour les autres non plus. Ce grand-père, il détendait l'ambiance, il avait toujours le bon petit geste au bon moment, et c'était tellement bien, tellement léger. La fin a vraiment été difficile, pour les Nishimura. Plus d'ailleurs pour sa femme que pour les autres, mais Daichi la comprenait, il était, après elle, le plus proche du défunt. Cette mort a été rude, et après ça, le climat familial est devenu encore plus tendu. D'autant plus que la grand soeur de Daichi réussissait brillamment dans les études, et du coup ses parents lui mettaient encore plus de pression. Parce que lui, il glandait de plus en plus et ses résultats en subissaient les conséquences. C'était «pour son bien», pour qu'il trouve un bon travail et puisse vivre comme il fallait plus tard, mais Daichi quand il voyait son père qui restait parfois dormir au bureau tellement il bossait, il avait juste la flemme. Ça semblait normal à tout le monde, mais non. Le paradoxe avec Daichi, c'est qu'il était (et est toujours) débordant d'énergie, mais jamais pour bosser. C'était pas intéressant, geeker, regarder des animes ou juste aller courir un peu à droite ou à gauche (et emmerder tout le monde dès qu'il avait une nouvelle blague) était tellement mieux.

Du coup, avec sa famille, c'était un peu tendu, il était plus lointain. Ses parents, il les écoutait bien sûr, mais quand il s'agissait d'appliquer les ordres, c'était là une toute autre histoire. La flemme, la flemme, la flemme… Il pouvait très bien réussir autrement, ce qui lui éviterait de bosser comme un forcené pour le reste de sa vie. Genre, dans l'humour ou les mangas, comme ce duo de son émission favorite, ou ces mangaka qui produisaient les séries qu'il adorait. Si eux le faisaient, pourquoi pas lui ? Mais ses parents étaient trop exigeants, et ils le comprenaient pas. Y avait sa soeur qui était plus cool, mais c'était bien la seule. Même sa grand-mère devenait comme eux, genre une vieille aigrie et tout. Alors il a pas supporté, il en avait marre d'être bridé, de plus pouvoir faire comme il voulait sans avoir un reproche, une remarque. Donc il a dit «C'est bon, c'est fini, on va protester, Daichi !». Et il l'a fait. Du jour au lendemain, il était roux, Daichi. Et fier de l'être. C'est beau, le roux, et en plus pour un Japonais (surtout qu'il faisait une tête de moins que tous les autres mecs du lycée) c'était pas courant. Il s'est bien fait remarquer. Et bien engueuler, aussi. Mauvais souveniiirs, aaah. Mais il a pas regretté. Il étouffait, avant, et puis maintenant il avait l'impression de se libérer, comme les mecs dans les shounen quand ils sortent une super nouvelle technique et cassent la gueule à tout le monde. Alors il a continué dans le genre, il geekait en cours et il en avait plus rien à foutre. Après tout, «You Only Live Once», hein.

Il était de plus en plus en conflit avec les vieux, et comme sa soeur rentrait moins vu qu'elle était à la fac et avait son appartement à Mekaku City, ben rentrer à la maison l'a fait de plus en plus chier. Il passait tout son temps dehors avec ses potes et évitait un peu sa famille, parce qu'il aimait pas se faire engueuler — il osait jamais répliquer directement, cet abruti. Finalement, en plein milieu d'année, alors que ses notes tournaient autour de 40/100 et qu'il avait un peu perdu la foi (?), sa soeur lui a proposé de venir avec elle, à Mekaku City. Elle voyait bien que les vieux, il en pouvait plus. Et puis comme ça elle aurait de la compagnie, c'était chiant de rester seule le soir. Alors on s'imagine bien que Daichi, il a tout de suite accepté, c'était trop beau. Il savait qu'il perdrait tous ses potes, mais en même temps il avait l'impression que tout le monde en avait marre de lui et ses blagues de merde et qu'il pouvait plus trop compter sur personne. Et puis, il était sympa et capable d'aller vers les gens pour se faire de nouveaux amis ! C'était le rêve, de déménager. En plus dans son nouveau lycée, y avait un club de volley ball, et ça c'était trop cool, à la télé, alors il s'est inscrit, parce que voilà.

Au final, la transition s'est faite sans problème, et Daichi il est vite devenu un numéro, dans le lycée de Mekaku City. C'était la belle vie, il faisait n'importe quoi et il avait l'impression que ce lycée était moins exigeant : pour preuve qu'en bossant un minimum (mais juste le minimum syndical) sous l'influence de sa soeur, il a vite retrouvé des notes qui tournaient autour de la moyenne. Et puis, il a fait la connaissance de Misaki. Enfin, Misacchin, plutôt. Misacchin, elle était dans sa classe et elle avait l'air paumé, mais elle dessinait des mangas en cours, plutôt bien d'ailleurs. Elle supportait son humour pourri et son trop plein d'énergie, et à force de discuter, ils ont fini par bien se connaître et le courant passait très bien. Il passe toujours très bien, d'ailleurs. Les deux, là, ils sont bons amis et ils jouent à la DS en cours. Et Misacchin elle dessine des mangas, alors l'autre Daichi il l'aide, il fait son assistant parce que c'est cool. Ça l'amuse pas mal, mais quand il est en présence de Misacchin, un rien l'amuse, en fait, encore pire que d'habitude. Daichi a repris du poil de la bête, depuis qu'il a changé d'établissement. Il fait encore plus de blagues pourries et fait bien chier son monde, mais on l'aime pour ça, Daichi.

D'ailleurs… «Eh, tu connais la blague du pingouin qui respire par les fesses ?! … Eh ben il s'assoit et il meurt !» … Daichi.


hors rp

BON je sais pas quoi mettre ici donc voilà la blague du mois : «hé salut je m'appelle Hitler et je vais faire fureur !» bye



__________




«Qu'est-ce que ça fait un roux sur un bicycle ? … Un trois roues ! *meurt de rire*»
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Hara Emiko, Sakurai Arisa
Messages : 110
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 19
Localisation : probablement à cinq mètres d'Akio
Couleur : #99CCCC
Fiche de Personnage
Cause de mort: //
Relations:
Capacité: Sans

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: Parce que je le bien - Daichi   Ven 20 Fév - 15:01

Alors, on a pas assez de comptes, Konoha-san ?
Enfin bref, c'est Daicon et c'est très bien écrit, alors je pense que je peux pardonner ! ♥
D'après Misacchin, tout est bon par rapport à l'idée globale du prédéfini, c'est donc une chose de validée.
Tout est écrit de façon intéressante, fluide et ça se lit facilement. C'est aussi assez développé pour moi, c'est bon, validééé.

P.S. Je veux un RP. Dai/Kao. Obligé.
P.P.S. Mon frère a ri aux blagues ;;

__________



thank you oxy-nii
Revenir en haut Aller en bas
 
Parce que je le bien - Daichi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kagerou Project RPG :: ADMINISTRATION :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: