Partagez | 
 

 séance de dédicaces ratée & regard pesant ••• misaki & shige.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Autres Comptes : akira, bankichi, sakutaro
Messages : 31
Date d'inscription : 18/02/2015
Age : 19
Couleur : #8DBFCF
Fiche de Personnage
Cause de mort:
Relations:
Capacité:

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: séance de dédicaces ratée & regard pesant ••• misaki & shige.    Ven 20 Fév - 9:21


Inspire, expire, inspire, expire, inspire, expire. Le nombre de respirations profondes que tu te forces à faire dans la journée est tellement incroyable qu'ils doivent en rire, les autres. Depuis le début des cours— depuis même que tu es sorti de la voiture, tes mains tremblent tellement que tu n'arrives même plus à écrire correctement; ton crayon glisse et dessine un trait, ce qui donne une suite de traits plutôt illisible en fait. C'est dur de se concentrer quand on entend des tonnes de voix qui se moquent de toi dans ton dos, en fait. « T'as vu, il est au milieu de la classe, il doit se croire pour le centre du monde. » « J'ai entendu dire que tout le monde le prenait pour un fou dans son ancien collège... » « En plus, il n'a que 20% de moyenne, c'est terrible... » Pense à autre chose, pense à autre chose, pense à autre chose, détourne ton attention des autres, qui pourtant semblent travailler plus ou moins normalement. Quelle malédiction, de pouvoir lire dans les pensées des gens... Lequel d'entre-eux voudra te garder avec lui cinq minutes juste pour te harceler? Lequel d'entre-eux ira se moquer avec sa mère de « l'autre timbré »? Tout le monde, hein? Pense à autre chose, pense à autre chose, pense à autre chose—

Pense au dernier Pokémon tiens, il te manque quelques Evoli pour tous les avoir, ton Luxrai est bientôt  niveau cent— pense au dernier album de One Ok Rock, tu pourras l'écouter en rentrant chez toi— au single de l'opening Ansatsu Kyoshitsu, c'est sympa, et il est bien dessus, FukuJun— à l'album de Shuuen no Shiori qui sort dans un mois, tu pourras réécouter le premier chez toi, aussi— celui de Mikagura Gakuen Kumikyoku qui sort dans quelques jours... Ouais, voilà, tout va bien, tout va bien, tout va bien.

Tu pousses un nouveau soupir profond, essayant de faire fuir les mauvaises ondes dehors pour qu'il ne reste que les trailers, les derniers épisodes, chapitres (de jeux vidéo), albums/singles. Vivement que tu rentres chez toi... Quel jour on est déjà? Mardi... C'est pas tout de suite, dimanche... Quelle galère, pourquoi tu te forces à venir ici, alors que tu pourrais très bien rester dans ta chambre à ne rien faire, c'est bien, ça, surtout qu'après le lycée, tu ne compte pas faire d'études ni quoique soit, vu ta moyenne pitoyable, tu n'auras qu'à devenir une intelligence artificielle dans les jeux vidéo, ça fait que jouer toute la journée non-stop. Par contre, les données et tout ça, c'est pas ton genre, même si t'essaies d'établir un minimum de stratégie— c'est juste que t'es vraiment nul en maths. T'es nul tout court à l'école en fait, vu que t'arrives pas à te concentrer à cause des autres. Au final, plutôt que de prendre des notes, tu ne fais qu'écrire une suite de mots incohérente, ceux qui te passent par la tête, mal écrits et partant dans tous les sens. C'est beau, la stabilité. Tout le reste te semble tellement loin, tu n'arrives même plus à entendre ou voir le professeur, et tant mieux, maintenant que t'es seul, tu vas pouvoir te calmer un peu. Pendant dix secondes, ton écriture se stabilise sans pour autant écrire quelque chose de plus cohérent qu'avant.

La sonnerie résonne tellement violemment  qu'elle arrive à te faire sortir soudainement de ta bulle. Dommage... Combien de temps t'es resté comme ça? Si seulement t'avais une bonne notion du temps... Tout te semble tellement lent, mais en même temps, tu avais l'impression que c'était passé tellement rapidement? Tu passes tes mains sous tes lunettes pour te masser les yeux, histoire de sortir de ton état à la limite du coma— pour voir un peu plus clairement devant toi aussi, mais ça, c'est censé être les lunettes qui s'en chargent. T'as l'impression de t'être réveillé après cinq ans de sommeil, c'est terrible, de vivre un black-out aussi... violent? Tu jettes un coup d'œil à ton cahier, ce que tu avais... « crée » était bien réel. Enfin bon, au moins, tu n'as pas  eu à supporter les autres pendant un moment. Du coup, tu jettes un coup d'œil stressé aux alentours, pour vérifier que personne te regarde, que personne se moque de toi— tu ne peux pas regarder derrière toi, tu passerais vraiment pour un fou. Autant agir un minimum normalement, vu qu'après tout, t'es un minimum normal...? Pour le coup tu n'as même rien fait, si ce n'est que prendre de profondes respirations pour te calmer un minimum. Peut-être que des élèves autour ont lu ce qu'il y a à l'intérieur du cahier... Pas grand monde de sain d'esprit ferait ce genre de choses, hein... Par réflexe tu le fermes plutôt violemment, et sursautes au même moment tellement se fut violent (ok).

Et ton regard se stoppe sur une rousse devant toi, dessinant pour passer le temps. Elle est assez loin de toi du coup t'as d'un peu de mal à voir mais ce qu'elle dessine ressemble vachement à quelque chose que tu connais plus ou moins bien...? Tu te creuses le cerveau pour trouver Nakamura Haruna, une mangaka dont la série en cours est une tranche de vie normale... Pourtant, ça marche plus ou moins bien? Ah, le dernier tome relié est sorti il n'y a pas si longtemps que ça... Il faudra que tu penses à le commander, c'est ça? Qu'elle galère, commander c'est attendre et tu n'aimes pas attendre— même si tu suis déjà les chapitres sur le magazine. Ça peut pas être elle, hein? Elle n'a rien dévoilé sur elle de toute façon, on sait juste que c'est une fille... Ça doit être une débutante essayer de copier le style, connerie comme ça... N'empêche que ç'a permis de te changer les idées, maintenant tu as envie de commander le dernier tome relié et même de relire le dernier chapitre. C'est sympa, comme manga, quand même...

hinhinhin:
 

__________


the world is going insane and so am i
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Kirisaki Haku ; Maekawa Amber
Messages : 230
Date d'inscription : 11/01/2014
Localisation : Là ou y a des nendoroids (๑•̀ㅂ•́)و✧
Couleur : FF6600
Fiche de Personnage
Cause de mort: Chute dans les escaliers
Relations:
Capacité: Linking Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hinata Misaki

Mascotte ©

MessageSujet: Re: séance de dédicaces ratée & regard pesant ••• misaki & shige.    Lun 15 Juin - 23:32

séance de dédicaces ratée & regard pesant 
codage par palypsyla sur apple-spring

Un coup de crayon, et un autre le recouvrant, avant d'être effacé, redessiné de façon plus plaisante, et ce même cycle encore et encore, impossible à stopper pour le moment. Et un pseudo-grognement, un bruit reflétant l'état peu satisfait de la demoiselle qu'est Misaki, face à son travail incomplet. Des traits brouillons, et pas assez d'émotions sur les visages gribouillés sur son cahier normalement réservé aux cours. Aussi, des notes ici et là sur ce que peut dire le professeur, de temps en temps et de façon bien irrégulière, de son écriture serré s'apparentant à celle d'un médecin, même si elle est loin de l'être. Merveilleux kaléidoscope de formes et de mots variés sur cette feuille de papier, comme sur toutes les autres.

Soupirant en levant la tête de son oeuvre, la jeune fille accorde un semblant d'importance au cours pour une seconde, fixant le tableau recouvert de tout et n'importe quoi. C'est qu'elle ne sait même pas à quel cours elle assiste Misaki, un peu comme d'habitude. En tout cas, c'est pas de la littérature, mais plutôt de l'histoire, à en voir les dates inscrites ici et là. Tout est lié wow, qu'elle pense rapidement. Parce que ne pas penser vite, c'est tout de suite moins bien, et ça fait un peu genre "regardez je pense vite, je suis intelligent".

Et après quelques instants à réfléchir sur à quel point le tableau peut être sombre en comparaison aux murs blancs, la sonnerie marquant la fin du cours tire Misaki de cette réflexion ô combien importante, et la clôt par la même occasion. Écoutant d'une oreille distraite le brouhaha confus de la fin du cours et des élèves quittant la salle pour la pause, la demoiselle adresse à ce qui se trouvera surement dans un des prochains chapitres de son manga un regard. Et la jeune fille préfère bailler longuement avant de s'étirer tout aussi longuement. Sauf que Misaki, Misaki pas douée, et aussi elle arrive à se cogner -plutôt brutalement- ses genoux sous la table, laissant échapper un couinement digne d'un chaton, avant de ramener ses deux jambes repliées sur la chaise, se frottant les genoux par la même occasion.

Malchance ou simplement manque d'adresse, une mine entre consternée et blasée se dessine sur le visage de la brunette, qui ne s'intéresse déjà plus à ses gribouillis pourtant si importants quelques secondes plus tôt. Penchant sa tête vers l'arrière tout en gardant cette petite moue enfantine, un paysage inversé s'offre alors aux yeux de Misaki. Et au milieu de tout ça, un camarade, à la tignasse sombre, yeux bien bleus et lunettes pour couronner le tout. Quel est son nom déjà ?... Pas que Misaki se souvienne vraiment des noms après tout, mais, vu la direction de son regard, la demoiselle a cette impression qu'il la regardait quelques instants auparavant. Je suis trop populaire, même les gens que je connais pas me regardent wow.

Penchant sa tête toujours à l'envers légèrement sur le côté, d'un doigt, la lycéenne se désigne, comme pour demander au garçon si il y a un problème avec elle, ou n'importe quoi du genre, ou s'il fixait juste l'homme invisible.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : akira, bankichi, sakutaro
Messages : 31
Date d'inscription : 18/02/2015
Age : 19
Couleur : #8DBFCF
Fiche de Personnage
Cause de mort:
Relations:
Capacité:

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: séance de dédicaces ratée & regard pesant ••• misaki & shige.    Jeu 26 Nov - 19:14

Tu essaies de détourner ton regard du cahier de la rousse devant toi, mais tu n'as pas envie de faire autre chose que ça. Alors certes, tu es ici pour apprendre mais vu ton incroyable moyenne, tu te dis que ça ne sert pas à grand chose d'écouter à un ou deux cours. Tu ne sais même pas à quoi tu assistes: mathématiques, histoire, anglais, japonais, qui sait... Tu as l'impression que depuis que tu es assis sur la chaise, la voix du professeur (ou de la?) t'est complètement inconnue: c'est comme si tu faisais exprès d'être sourd pour ne pas écouter en cours. Tu n'as pas envie et de toute façon tu fais comme tout le monde et te dit que rien de tout cela va te servir dans ta vie future qui te semble loin, tellement loin. Tu as seize ans et tu n'as toujours aucune idée de ce que tu vas faire dans cinq ans; tu as juste envie de rester avec maman, tant pis pour le reste, tu as juste besoin de jeux vidéo, mangas et maman. Tu alternes entre le cahier de ta camarade(?) de classe et ton propre cahier, qui n'a pas plus de sens que le sien. C'est plein de petits gribouillis autour de mots qui ne veulent rien dire—tu as fait genre que tu écrivais pour ne pas complètement te faire engueuler parce que “encore une fois, tu ne travailles pas [en te servant de quelque chose? que tu as que tu ne sais pas ce que c'est]”.

Honnêtement tu t'en fiches un peu de son avis, au professeur. Et tu te fiches un peu de son cours, en fait. Tu as juste envie de rentrer à la maison et de jouer, alors tu fais des remplis des petits carreaux avec ton stylo noir en attendant: on ne dirait pas comme ça, mais le temps passe plutôt rapidement de cette manière! Ton cahier en est presque rempli. Tu lèves le regard et entends la rousse de plus tôt pousser un petit cri de... douleur? Tu la vois se frotter les genoux et par simple déduction, tu te dis qu'elle s'est probablement cogné les genoux contre son bureau. Pas très intelligent... Ça doit faire mal quand même, mais tu te contentes d'observer, comme d'habitude. C'est bizarre mais même si pratiquement tout le monde semble occupé derrière toi, tu as une très mauvaise impression et sens comme si quelque chose de grave allait se passer.

Et pile à ce moment-là, tu vois la dessinatrice pencher sa tête en arrière et te regarder dans les yeux. Tu sursautes et perds tes moyens d'un coup parce que—tu t'es fait avoir, c'est fini, elle va te tuer parce que tu l'as regardée dessiner, c'est connu ça, les artistes n'aiment pas qu'on regarde un truc qu'ils n'ont pas fini... non? Quelqu'un a dit quelque chose comme ça, sur Internet. Et bien sûr, règle numéro un, tout ce qui est dit sur Internet est vrai..., tu te dis dans ta tête. Elle se pointe du doigt, comme pour dire “C'est moi que tu regardes?”, et tu ne sais pas quoi dire. Si tu dis “oui, c'est moi” tu vas passer pour un type flippant (et rien que de penser à ça te fait penser à une certaine personne: tu n'as vraiment pas envie de penser à ça en cours), et si tu dis “non, je ne te regardais pas”, tu vas passer pour... pour un type bizarre? Enfin, ce n'est pas si rare que ça, les gens qui regardent dans le vide pour rêvasser ou des choses comme ça... Non non toi tu ne fais pas ça, tu dors carrément, c'est plus simple et direct.

Tu réfléchis un très long moment pour trouver la “meilleure” réponse: choix cornélien, les deux réponses ne vont probablement pas te faire passer pour un type normal ou juste te faire oublier par cette personne. Elle va probablement garder en tête “le type qui me fixait bizarrement” ou “le taré qui regarde dans le vide sans raison”, hein? Tu secoues nerveusement la tête, pour dire “non sauf que oui”, même si tu essaies de te persuader que ton non est très convaincu. C'est comme si la conversation était lancé de toute façon, à moins qu'elle fasse comme tout le monde et ne fasse que hocher les épaules et se retourner parce que “qui s'en fout”? Tu n'arrives même pas à réfléchir correctement alors que tu sens le regard de la rousse peser sur toi. Tu ne sais pas pourquoi mais tu as envie de lui demander quelque chose comme “Nakamura Haruna?”, quelque chose de stupide mais c'est ce qui te vient à l'esprit, en mettant de côté ce qui va un peu moins bien dans ta tête—tu as du mal à différencier le “bien” et “pas bien” alors tu fais juste ressortir ta curiosité d'enfant de six ans?

Pour une fois, tu tournes la page de ton cahier et de ta main tremblante, tu écris des kanjis pas très propres et te caches derrière ton cahier, un gros “Nakamura Haruna?” occupant toute la place: tu l'as écrit en gros parce que d'ordinaire tu écris tout petit et personne n'arrive à comprendre. De toute façon tu t'en fiches: tu n'écris que ton prénom et nom sur les devoirs et le reste c'est sur le clavier.

__________


the world is going insane and so am i
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Kirisaki Haku ; Maekawa Amber
Messages : 230
Date d'inscription : 11/01/2014
Localisation : Là ou y a des nendoroids (๑•̀ㅂ•́)و✧
Couleur : FF6600
Fiche de Personnage
Cause de mort: Chute dans les escaliers
Relations:
Capacité: Linking Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hinata Misaki

Mascotte ©

MessageSujet: Re: séance de dédicaces ratée & regard pesant ••• misaki & shige.    Mer 23 Déc - 15:29

séance de dédicaces ratée & regard pesant 
codage par palypsyla sur apple-spring

Un long, très long moment passe pendant que l'autre semble réfléchir. Misaki s'impatienterait presque de cette réponse qui tarde à arriver. Ce n'est pourtant pas si compliqué, un simple "oui" ou "non", et voilà l'affaire est réglée. Quoique dans le cas de la première réponse, elle se demande bien pourquoi il l'aurait fixée de la sorte. Pour une fois, la brunette est pratiquement sûre de ne pas avoir dérangé le cours, n'est pas arrivée en retard et s'est retenue de gueuler qu'elle s'emmerdait. Alors quoi ?

Finalement, il écrit des caractère grossier sur son cahier, avant de lui montrer tout en se cachant derrière dans un même temps. Quoi, il n'assume pas ? Et là, malgré l'écriture pas très belle de son camarade, Misaki peut lire -ou devine- le nom de Nakamura Haruna. Son nom de plume. Tout s'éclaire enfin, il a vu ses dessins et a compris. Mais c'est qu'il est intelligent en fait, que pense la demoiselle, sans même se dire que ce n'était pas non plus un rapprochement très difficile à faire. Et sur son visage passe successivement de la surprise, puis une anxiété légère. Dire qu'elle essayait de garder son identité secrète au maximum...

A son tour, elle se penche vers sa table et attrape son cahier sur lequel elle écrit de son écriture serrée "Chuuut, c'est un secret ! Garde le pour toi, ok ?", le tout assorti d'un sketch rapide illustrant un de ses personnages mimant l'action que de poser un doigt sur la bouche. Secret, secret, tout cela doit rester secret. Et à son tour, elle présente son cahier à l'inconnu, légèrement embarrassée. Au moins, Daichi lui ne se fera pas reconnaître, petit chanceux. Non pas qu'elle ait honte, mais bon...

Et comme prise d'une illumination soudaine, la jeune écrit sur une nouvelle page "Mais ça se voit tant que ça ? Genre ça se devine vite ?", avec un air tout à fait sérieux. Ben oui, c'est important à savoir ça. Et même si cet échange passant par des mots écrits sur des cahiers doit sembler étrange voire ridicule aux autres élèves, des étrangers, Misaki trouve là quelque chose de nouveau, d'autrement amusant qu'une conversation par SMS par exemple, ou des mots que l'on prononce. Différent, mais charmant pour ainsi dire.
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : akira, bankichi, sakutaro
Messages : 31
Date d'inscription : 18/02/2015
Age : 19
Couleur : #8DBFCF
Fiche de Personnage
Cause de mort:
Relations:
Capacité:

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: séance de dédicaces ratée & regard pesant ••• misaki & shige.    Ven 25 Déc - 11:45


Ça y'est, c'est la fin, tu vas mourir, ce fut une très mauvaise idée de poser cette terrible question, ça t'apprendra. Mon dieu tu as envie de fuir la lycéenne et de rentrer rapidement chez toi. Tu te caches de honte derrière ton cahier pour ne pas la regarder en face. Quelle idée d'essayer de parler à des inconnus, au moins tu pourra dire à maman que tu as essayé en posant une question très gênante. Et peut-être en même temps qu'il y a une mangaka dans ton lycée. Et tu ne sais pas si c'est une bonne nouvelle ou pas: de toute façon le lycée, ce n'est qu'une formalité, un peu. Tu n'as pas vraiment l'impression d'aller en cours, tu fais juste un petit détour là-bas. Tu essaies de regarder au dessus de toi pour voir la présumée mangaka aussi gênée que toi: bien joué Shige. Tu ne te souviens pas avoir eu des conversations de ce genre lorsque tu étais petit (on peut dire ce qu'on veut mais à partir d'un certain âge tu as arrêté de faire ce truc que les gens appellent ”la socialisation”) et finalement tu aurai préféré ne plus en avoir du tout, de conversation. Même si ce n'est pas vraiment une conversation...

Tu vois ta camarade de classe écrire à son tour sur son cahier un ”Chuuut, c'est un secret! Garde-le pour toi, ok?” accompagne d'un de ses personnages murmurant un petit "Chut!". Tu prends un très long temps avant de réagir à cette réponse qui te prend vraiment par surprise, genre, wow. Genre. Wow. Tu es vraiment en train de parler à une mangaka? Pas possible, tu dois être en train de rêver. Enfin. Une mangaka dans ton lycée! C'est comme dans Bakuman presque! Tu hoches la tête d'un air complètement abruti mais surtout gêné parce que visiblement ça ne devait pas se faire savoir. Oui donc tu es nul, et tu fais que des conneries, tu n'aurai pas dû regarder son cahier et peut-être jouer sur ton téléphone sous ton bureau. Maintenant tu te trouves dans la situation la plus gênante que tu n'aies jamais connue depuis très longtemps. Depuis même tes seize ans, c'est vraiment craignos de découvrir ce genre de choses. Tu continues encore à hocher la tête, un peu rouge de honte/gêne pour bien dire que tu vas garder le secret. Tu ne gagnera rien à balancer ça et puis, pour quoi tu passerai après? Elle te détesterait probablement si tu tenais tout le monde au courant. Tu le dira juste à maman. Maman ne le dira à personne, elle est trop gentille pour ça.

Tu as hâte de lui dire! Tu ne sais pas pourquoi. Tu es juste content de voir qu'il y a une mangaka qui dessine bien dans ton lycée. Et tu aimes bien son manga aussi: tu aimes un peu tout en fait, sauf les trucs d'horreur parce que tu es un peu une flipette. Tu enfonces ta tête dans ton cahier pour essayer de te calmer pour effacer le rouge de ton visage probablement causé par le fait que wow tu parles à des gens autres que maman, et tu n'es toujours pas mort! Tu es très impressionné par toi-même: ça aussi, tu as hâte de lui dire. Tu vois Nakamura Haruna - du coup - écrire de nouveau sur son cahier pour te montrer un ”Mais ça se voit tant que ça? Genre ça se devine vite?” avec une écriture toute serrée. C'est presque dur à lire mais tu as tes lunettes donc normalement ça va pour lire. Et tu ne sais surtout pas quoi répondre.

La vérité serait ”En fait je lis tellement de mangas que j'arrive à reconnaître un peu qui est qui avec leur écriture” mais c'est assez ridicule comme qualité. Si c'était quelqu'un d'autre, peut-être que cette personne en serait fière, de cette ”qualité” mais pour toi, tu as juste l'impression que tu vas passer pour un otaku presque dégoûtant et tu sais ô combien cette appellation est péjorative: tu n'as pas envie qu'on colle l'étiquette ”otaku” sur ”Haruhira Shige”, les gens vont te prendre pour... Pour tu ne sais pas quoi, mais tu as déjà assez de surnom péjoratif et tu n'as pas envie qu'on rajoute ”otaku” par dessus. Mais du coup tu vas devoir chercher une excuse et ça, tu n'es pas doué, surtout que là, dans le feu de l'action, en parlant à une fille de ta classe (et donc en mourant intérieurement), peut-être que tu devrais dire la vérité: après tout, c'est des loosers comme toi qui achètent leur magasines et tomes reliés. Mais les autres peuvent lire ton cahier aussi... Tu essaies de te dire que de toute façon ils ne te parleront jamais et tu ne leur parlera jamais: vu la superbe aura que tu as...

Alors tu essaies d'écrire un peu plus proprement cette fois-ci sur ton cahier ”Vu que je lis plein de mangas... J'arrive bien à reconnaître les styles des auteurs, un peu.” Tu regardes autour pour vérifier que personne à part la mangaka ne lit ton écriture nulle et ta ”capacité” pire que ton écriture. Tu as l'impression d'être devenu l'incarnation de la gêne en cinq minutes et ça, justement, ça te gêne. Tu n'assumes pas du tout ce que tu viens de dire alors tu rougis un peu de honte. Tu tournes la page pour écrire ensuite ”Nom de plume?” parce qu'on ne dirait pas comme ça mais quand tu étais petit, tu étais assez curieux, tu aimais bien savoir tout ce qu'il se passait à l'école juste comme ça. Si ça se trouve s'en est un mais elle va te dire non et c'est bien normal après tout. Mais tu as juste envie de savoir, juste pour savoir.

cc:
 

__________


the world is going insane and so am i
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : Kirisaki Haku ; Maekawa Amber
Messages : 230
Date d'inscription : 11/01/2014
Localisation : Là ou y a des nendoroids (๑•̀ㅂ•́)و✧
Couleur : FF6600
Fiche de Personnage
Cause de mort: Chute dans les escaliers
Relations:
Capacité: Linking Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hinata Misaki

Mascotte ©

MessageSujet: Re: séance de dédicaces ratée & regard pesant ••• misaki & shige.    Ven 25 Déc - 19:14

séance de dédicaces ratée & regard pesant 
codage par palypsyla sur apple-spring

La jeune fille est rassurée sur un point, c'est que le garçon semble au moins aussi gêné qu'elle, du style rouge d'embarras, le genre pas très classe. Mais au vue de la situation, ce n'est pas quelque chose de très étonnant. Misaki agirait probablement de la même façon si elle avait rencontré par hasard un autre mangaka, une personne ayant son admiration... Ce qui semble plutôt facile en soi, pour la simple raison que malgré tout l'orgueil qu'aura la lycéenne, jamais elle ne sera vraiment satisfaite de son oeuvre, truc d'artiste à ce qu'il paraît.

De nouveau, le jeune homme lui présente son cahier, cette fois-ci couvert d'une écriture plus propre qu'auparavant, plus lisible par la même occasion. ”Vu que je lis plein de mangas... J'arrive bien à reconnaître les styles des auteurs, un peu.” Une réponse lui semblant tout à fait acceptable, de quoi lui faire doucement hocher la tête, comme si elle approuvait ces mots, comme si elle les désignait comme la seule bonne réponse. Une réaction d'un orgueil extrême, mais la brunette ne s'en rend compte qu'après, et ne tente en rien de corriger son attitude. Ce qui est fait est fait, pas la peine d'en rajouter.

Sur une nouvelle page, le garçon lui montre un nouvel écrit, une nouvelle question, ”Nom de plume?”. D'une grande simplicité en soi, mais que Misaki analyse une seconde avant de donner une réponse. Evidemment que c'en est un, personne ne se prénomme Nakamura Haruna dans cette classe après tout, sauf peut-être l'homme invisible. Mais alors quoi, ne venait-il jamais en cours ? Était-ce un de ces adeptes de l'école buissonnière comme sa personne ô combien importante ? Aussi le fixe t-elle un long moment, toutes ces questions en tête, avant de nouveau se pencher sur son cahier. "Evidemment, personne ne s'appelle comme ça ici après tout." Oh, peut-être était-ce un peu trop expéditif, mais c'était simplement logique du point de vue de la lycéenne.

Tournant une pages pour tomber sur un espace immaculé et vierge de tout écrit, et note rapidement tout en tentant d'espacer un peu plus ses mots "Mais tu peux m'appeler Hinata ou Misaki, c'est plus simple (et y'a moins de chance que je pense qu'on parle à quelqu'un d'autre, teehee ☆)". Oui, avec la petite étoile parce que c'est très important, ça ajoute un côté très cool. Enfin, d'après elle du moins. Et tout en lui présentant son cahier, Misaki lui adresse un grand sourire, tentative de faire disparaître la gêne présente encore quelques instants plus tôt.

Mais malgré tout, la jeune fille se surprend à penser et surtout espérer que le brun ne l'associe pas de suite avec Hinata la sécheuse, celle qui dérange les cours, a tendance à arriver en retard, etc... Une mauvaise image, voilà tout ce qu'elle gagnerait. Et déjà que Kaori la fusille du regard à chacune de ses actions un peu trop écartée de ce qu'elle devrait réellement faire, n'en rajoutons pas non plus. Chassant ces pensées peu agréables, la brunette rajoute rapidement en dessous de ses mots précédents "Et toi, comment je peux t'appeler ?... (enfin si tu permets bien sûr)", histoire de pouvoir mettre un nom sur le visage de l'autre.

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : akira, bankichi, sakutaro
Messages : 31
Date d'inscription : 18/02/2015
Age : 19
Couleur : #8DBFCF
Fiche de Personnage
Cause de mort:
Relations:
Capacité:

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: Re: séance de dédicaces ratée & regard pesant ••• misaki & shige.    Sam 26 Déc - 14:20

Elle hoche la tête en lisant ta réponse, comme si c'était normal de répondre ça. Peut-être que tu ne penses normalement en fin de compte: on te le dit souvent de toute façon. Pourtant, elle semble un peu gênée aussi. Tu ne sais pas ce qu'il se passe dans sa tête et tu ne sais pas si tu as envie de savoir. Tu n'oses toujours pas te montrer entièrement alors derrière ton cahier mal entretenu on arrive seulement à percevoir tes cheveux plus ou moins arrangé et tes yeux bleus fuyant le regard de la mangaka couverts par tes vieilles lunettes que tu devrais peut-être changer. Alors du coup, on ne voit pas tant que ça le rouge sur tes joues hurlant ”woah!!! une mangaka!!!”. Vu que tu ne sors jamais de chez toi, rencontrer des gens connus, tu aimerais bien mais sortir dehors, ça te donne presque envie de vomir. Normalement, dans ce genre de moments, on demande un autographe, c'est ça?

Mais le simple fait déjà de lui ”parler”—enfin de lui envoyer des messages, ça te rend en fait plutôt content parce que tu n'as jamais pu faire ça à cause de ton... ”truc”, comme disent les gens. Alors le fait que dans le même lycée que toi il y ait la fameuse Nakamura Haruna! Finalement, retourner au lycée n'était pas si mal que ça, peut-être. Elle retourne reprendre son son cahier un simple ”Evidemment, personne ne s'appelle comme ça ici après tout.” informatif.  Tu hausses légèrement les épaules, transmettant un ”Ah bon” silencieux. Tu ne pouvais pas savoir après tout, tu ne sèches pas tant que ça (à vrai dire si, dès que tu commences à faire une crise de panique, même une ”toute petite” (tu n'arrives pas à savoir vraiment quelle genre de crise serait petite) maman préfère te laisser à la maison parce que qui sait ce qui peut passer en cours)(rien qu'un petit malaise en voiture te permet de ne pas y aller alors parfois tu en profites un peu, même si tu sais que ce n'est pas bien, de profiter de la gentillesse de maman) et tu n'as pas envie de connaître les gens de classe, donc tu ne connais pas les noms des gens du lycée en général.

Du coup elle te donne juste après son vrai nom avec une écriture plus espacée cette fois-ci. ”Mais tu peux m'appeler « Hinata » ou « Misaki » c'est plus simple (et il y a moins de chance que je pense qu'on parle à quelqu'un d'autre, teehee) ☆” avec un sourire cette fois-ci et plus cette gêne instaurée entre vous deux (même si cette gêne ne te quittera probablement jamais pour ta part). Peut-être qu'elle veut te mettre en confiance... Et pendant une seconde, une toute petite seconde, tu arrives à remplacer euh... Misaki? par Yuka et son sourire qu'elle t'a donné la première fois que vous vous êtes vu. ”Shige, c'est ça? J'ai envie qu'on devienne amis!” Et cette toute petite seconde arrive à te faire perdre le calme que tu avais réussi à t'instaurer, en quelques sortes. Tu pousses un très long soupir pour essayer de te calmer parce que ça serait dommage que ”Misaki” te prenne déjà pour un taré une minute après avoir fait connaissance. Tout va bien Shige, haha, Yuka est à Okinawa, et puis, pas tout le monde est comme Yuka, c'est maman qui l'a dit! Les gens vraiment gentils, apparemment, ça existe. Peut-être qu'elle en fait partie? Ou Peut-être pas— Tu te caches cette fois-ci en entier derrière ton cahier pour essayer de te reprendre en main. Un tout petit peu, Shige, tu n'auras qu'à appeler maman après si tu va vraiment mal... Pour l'instant tu parles à une mangaka, une vraie, alors, c'est trop cool!

Tu relèves discrètement la tête et remarques que la brunette a changé de page pour te demander ton nom à ton tour. Enfin, comment elle doit t'appeler. Comment tu t'appelles déjà, tiens c'est vrai—ah! Maman t'appelle Shige chou, tes professeurs t'appellent Haruhira. Oui donc voilà, c'est ça, tu t'appelles Haruhira Shige (c'est toujours bon à savoir). Et comme tu ne sais pas comment elle doit t'appeler, tu tournes la page à ton tour et écrit, encore tremblant (c'est bête tu t'en sortais pas si mal que ça!) un grand ”Haruhira Shige” en précisant avec des flèches que Haruhira c'est ton nom de famille (ça tu le sais parce que sur les papiers maman aussi s'appelle Haruhira) et que Shige, du coup, par déduction (!), c'est ton prénom. Tu mets entre parenthèses, en petit en dessous de tes gros kanjis pas très joli ”(fais comme tu veux, moi je sais pas trop...)” très assuré. Tu veux juste dire par là, plus ou moins volontairement, qu'en fait, tu n'as pas – plus? – d'amis donc tu ne sais pas comment tes amis sont censés t'appeler. Mais bon, ce n'est pas vraiment une amie, elle est dans ta classe, vous vous êtes parlés, et pourtant elle t'autorise à l'appeler par son prénom, déjà. C'est bizarre, en fait.

Enfin voilà, maintenant vous connaissez vos noms et euh... C'est tout? Tu ne sais pas comment ça marche la socialisation, ça te semble très dur et loin d'un coup. Woah, ça y'est, tu regrettes, encore. Bon, maintenant, du coup, tu ne sais pas trop quoi faire, c'est plutôt elle qui semble capable de parler facilement aux autres alors que ton aura à toi, tu as l'impression qu'elle hurle ”je ne sais pas parler, laissez-moi tranquille!”, c'est assez impressionnant comme aura. Un peu gêné, tu essaies de la regarder, enfin plutôt son cahier. Peut-être que votre conversation va s'arrêter là, après tout. Et tu ne sais pas si ça te gêne ou pas.

__________


the world is going insane and so am i
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: séance de dédicaces ratée & regard pesant ••• misaki & shige.    

Revenir en haut Aller en bas
 
séance de dédicaces ratée & regard pesant ••• misaki & shige.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Eye Tribe: contrôler son appareil Android d’un seul regard
» Pas de VO sur l'offre VOD !!!
» Le Regard des Elfes
» Des produits contrôlés avec le regard (LG et Samsung)
» Fluttershy, un pégase timide.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kagerou Project RPG :: MEKAKUCITY :: Lycée :: Salles de classe-
Sauter vers: