Partagez | 
 

 A trip into the past ••• Kaede/Misaki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Autres Comptes : Kurokawa Andrew;Lucille McDowell
Messages : 151
Date d'inscription : 04/05/2014
Localisation : ... quelque part, je crois.
Couleur : #CC66CC
Fiche de Personnage
Cause de mort: Pendaison
Relations:
Capacité: Erasing eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: A trip into the past ••• Kaede/Misaki   Lun 30 Nov - 22:03

HAKU
Kaede

HINATA
Misaki

► Tell me it's over I don't want you to hurt
Ayant été prise d'un soudain élan d'ennui, surtout parce que ces derniers temps je ne pouvais plus solliciter Sakutaro pour pouvoir jouer à un jeu, j'avais fini par me décider à inviter quelqu'un parce que mine de rien je m'étais habituée à ne plus être seule dans ma chambre. Par contre je ne savais pas bien qui choisir. Daichi ? Noon, mauvaise idée compte tenu de ce qui était arrivé la dernière fois qu'on s'était retrouvés tous les deux seuls dans une chambre. C'est là que le nom de Misaki me vint à l'esprit parce que tous les trois, on était un peu le trio des nuls – même si en l'occurrence Misa était bien plus intelligente qu'elle ne le laissait paraître – et on s'amusait bien ensemble. Du coup je l'avais limite agressée pour qu'elle vienne à la maison, histoire qu'on s'éclate un peu le temps d'une pyjama party entre filles, évidemment. Comme j'étais consciente qu'une fois de plus Taro n'allait probablement pas rentrer – il était un peu comme un animal après tout, rentrant à la maison comme bon lui semblait – je n'avais pas vraiment d'inquiétude, parce que leurs chemins n'allaient pas se croiser. Par chance elle avait accepté : les jeux vidéo, les lits... tout était prêt pour l'accueillir !

Cependant l'après-midi même où elle débarqua chez moi, quelque chose pouvant paraître inhabituel pour elle mais fréquent pour moi arriva : des hommes en uniforme étaient entrés dans l'appartement et discutaient avec mon oncle. Je n'appréciais que très peu leur présence, car jusqu'ici tout ce qu'ils avaient fait c'était raviver de vieilles plaies que mon nouveau tuteur et moi nous efforcions à faire disparaître. Chaque fois qu'ils venaient ils nous posaient des questions à tour de rôle concernant la chose qui me servait de père, cet être ignoble ayant été capable d'ôter la vie d'une autre personne de sang froid. Je le méprisais, alors que je l'aimais tant autrefois. C'était devenu, pour moi, un sujet très sensible que je préférais éviter d'aborder. Comme je m'y attendais ils finirent par me prendre à part pour discuter, mais jamais je n'aurais imaginé qu'ils me demandent de retourner là-bas ; cette maison maudite. L'envie d'y faire un tour ne me plaisait guère, cependant ce n'était pas comme si j'avais réellement le choix. Espéraient-ils réellement que la mémoire me revienne soudainement ? Si cette journée du 15 août s'était effacée de mes souvenirs, c'était qu'il devait y avoir une bonne raison : je n'avais certainement nullement l'envie de me remémorer les événements de ce jour d'été. Pourtant je finis par accepter après qu'ils aient tant insisté : au moins ça me ferait un changement d'air.

J'avais bien entendu proposé à Misaki de me suivre puisqu'elle était là. La pauvre avait dû se poser des questions en voyant ces gentils messieurs entrer dans l'appartement : c'est que j'aimerais bien lui dire, mais comment aborder le sujet ? J'avais horreur de me ressasser ces instants, de les laisser me hanter : il avait déjà fait assez de dégâts, ce n'était pas la peine que je lui donne encore plus d'importance. Le voyage me sembla plus long que je ne l'aurais cru, sentant comme un malaise alors que le train progressait sur les rails. Tentant de me calmer je regardai par la fenêtre, observant le paysage défiler en balançant mes jambes. Par chance, ils nous avaient laissées seules pour le trajet, déclarant que nous nous retrouverions là-bas un peu plus tard dans l'après-midi, ce qui nous laissait un peu de temps libre. En un rien de temps nous vînmes à pouvoir frôler l'herbe de la campagne de nos pieds, bien que nos tenues ne nous permettaient pas de la sentir : on était en hiver après tout. M'étirant de tout mon long je fis quelques pas en avant, me tournant ensuite vers mon amie avec un grand sourire, jouant avec mon écharpe.

« Voilà voilà, nous sommes arrivées ! Puisqu'on a un peu de temps, je te fais visiter le village ? »

__________

CV : Atsumi Tanezaki [Hiiragi Yuka pour le chant]