Partagez | 
 

 healing * kaori

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Autres Comptes : Hara Emiko, Sakurai Arisa
Messages : 110
Date d'inscription : 18/06/2014
Age : 19
Localisation : probablement à cinq mètres d'Akio
Couleur : #99CCCC
Fiche de Personnage
Cause de mort: //
Relations:
Capacité: Sans

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MessageSujet: healing * kaori   Lun 29 Aoû - 18:46

Tu soupires alors que tu tournes la clef pour fermer la porte derrière toi. Tu soupirais souvent, ces derniers temps. Tu avais des raisons : courir après ce délinquant qui faisait accélérer ton rythme cardiaque n'était pas toujours une chose facile - pas au point où tu voudrais abandonner cependant. Du moins jusqu'à aujourd'hui et tu devais l'avouer, tu étais extrêmement fatiguée. Il était à présent minuit passée et tu venais tout juste de te laisser tomber sur le sofa dans le salon, sac jeté par terre au milieu du couloir, une chaussure à côté tandis que l'autre figurait sous le porte-manteau, vêtu de ta veste qui était sur le point de tomber - action que ton écharpe avait déjà exécutée, peu après avoir été maladroitement accrochée à un des crochets. Tu avais essayé de le suivre, aujourd'hui... Non, tu n'étais pas une stalkeuse, tu étais juste un peu... curieuse. Tu l'avais cependant rapidement perdu et en plus de cela, tu avais cette forte impression d'avoir été remarquée par Akio, ce qui n'était en aucun cas un bon signe.

Izumi dormait visiblement déjà, mais c'était normal à cette heure. La pauvre, en plus d'être fatiguée, elle devait être très inquiète. Tu murmures un « désolée » bas et dur à déchiffrer avant de soupirer à nouveau. Pourquoi tu faisais tout ça, au juste. Tu devrais être en train de finir ta session d'étude du soir de cinq heures. Depuis que tu l'as connu, tu ne pouvais le dénier, tu as fortement délaissé tes études. C'était difficile à avouer, mais vrai. Tu lui en voulais énormément, mais tu savais qu'il n'y était en réalité pour rien. Tout était de ta faute, et tu n'arrivais toujours pas à comprendre. Pourquoi ton cœur avait choisi un délinquant, plus jeune que toi qui plus est. Son regard te donnait des frissons, dans le bon sens tout autant que dans le mauvais, sa voix te donnait envie de fuir le plus loin possible mais te faisait également fondre - ton cœur, ton cerveau, toi -, sa coiffure se démarquait trop, ça te dégoûtais mais attirait ton regard pour des longues minutes, même ses gestes qui étaient agressifs et vifs te volaient les restants de ton bon sens et ne te faisaient penser qu'à quel point il était attirant, malgré le fait qu'il était probablement du genre à cacher une batte de baseball ensanglantée sous son lit et, qui sait, peut-être même les morceaux découpés des cadavres de ses ex, dans des sacs noirs au fond de son placard.

Qu'est-ce que tu pouvais voir en lui, bon sang. Et pourquoi tu lui courais après - ne devrait-ce pas être l'inverse ? Tu étais fortement frustrée. Tu savais que Kaede était totalement contre une possible relation entre Akio et toi et au fond, tu étais sûre qu'elle avait raison. Mais tu l'aimais... ce qui te ramenait à ta toute première question - pourquoi ? Tu te rappelais très bien de votre première rencontre, de tous les détails et tu ne voyais rien de vraiment intéressant, rien qui pourrait te faire perdre la tête comme il l'a pourtant fait. À part... à part peut-être ses yeux de miel qui brillaient de mille feux une fois en haut du grand huit. Il semblait si inoffensif, si puéril, il était si mignon à ce moment-là - tant que tu as réussi à ne pas regretter d'avoir ouvert tes yeux. Ne pas regretter de ne pas avoir fui. Ne pas regretter d'être allée au Parc d'Attraction ce jour-là. Et rien qu'y penser te donnait une envie énorme de voir ce regard encore une fois. Cette pensée et cette soudaine envie te faisaient oublier tes questions, tes regrets, ta fatigue et tu n'avais plus que ça en tête. Tu avais l'impression d'avoir tout compris, encore une fois.

Tu tournas ta tête en cherchant ton téléphone avec ta main avant de te rappeler de l'avoir laissé dans le sac. Tu te levas d'un bond pour atteindre le sac noir qui figurait par terre, entre le couloir et le sofa. Tu en sortis rapidement ton portable et, agenouillé sur le sol, tu le déverrouillas avant de comprendre que cela ne servait à rien. Ton visage pressé plein d'espoir et d'attentes se changea en moins d'une seconde en déception et tristesse. Tu te laisses tomber en arrière, t'allongeant sur le tapis. Tu n'avais pas vraiment la force de te lever et aller dans ta chambre pour te coucher. Mais surtout, tu n'y pensais pas ; une seule et unique vision occupait ton cerveau et tu ne pouvais voir que ces yeux brillants, ce sourire et toute l'aura joyeuse qui se dégageait du jeune dans les airs. Tu soupires, fermant tes yeux et, pour la première fois ce jour-là, tu souris. Tu souris honnêtement. Tu regrettes de ne pas pouvoir l'appeler, de ne pas pouvoir entendre sa voix, mais tu es contente d'avoir ce précieux souvenir.

Tu serres ton téléphone contre ton cœur en te demandant si tu devrais envoyer un message à Tsuki-san : il avait peut-être des photos ou enregistrements uniques d'Akio ; tu ne le fis cependant pas. Il était tard, et malgré le fait que tu l'aies rencontré dans un endroit aussi dangereux et obscure que la banlieue, Tsuki-san avait l'air d'être un homme sérieux et discipliné - il dormait sûrement déjà. Tu décides de juste t'imaginer aux côtés du délinquant, mieux, dans ses bras, oui, plus proche, encore un peu... Ta tête contre son torse, ton ouïe disparaissant complètement si ce n'était pour ses battements de cœur... ou sa voix quand il prit soudainement parole pour te chuchoter des mots doux à l'oreille - à quoi tu ne pouvais rien répondre, tu soupires juste, doucement, admirative. Tu serres sa chemise avec tes poings, essayant de te rapprocher encore plus, et plus, ce qui n'est physiquement pas possible. Mais en réponse il te serre plus fort, avec ses deux bras autour de ta taille et son nez dans tes cheveux. Tu sentais sa respiration calme qui influençait la tienne à prendre le même rythme. Vous êtes restés ainsi un long moment, une éternité, le câlin semblait ne jamais prendre fin... pas que tu sois contre, ce n'était toujours pas assez pour toi, à vrai dire. Tu souriais si fort contre lui que tu commençais à avoir mal, mais tu n'y prêtais aucune attention, tu profitais du moment, ayant peur que ça s'arrête, que celui que tu aimais tant te lâche, qu'il disparaisse. Tu t'agrippais à lui presque désespérément et apparemment, il dut finir par se sentir inconfortable dans la position dans laquelle vous étiez, puisqu'il bougea un peu, avant de parler, avec une voix étrangement plus aigüe et féminine... une voix que tu avais l'impression de connaître...

    « Kaori, il est l'heure, »


Tu ouvres ton œil gauche, ton œil droit, tu clignes deux, peut-être trois fois... Et tu regrettes. Un bruit déçu fuit ta bouche avant que tu ne puisses le retenir. Comprenant la situation, tu te lèves sans enthousiasme et tu gémis de douleur en portant ta main à ton cou. Tu regrettes une nouvelle fois ; dans quel état étais-tu hier pour t'endormir par terre dans le salon. Le pire dans toute la situation devait être que tu ne t'étais pas changée, tu n'avais pas nettoyé tout le bazar que tu as fait la nuit, tu n'avais pas prix ton bain, même pas juste laver ton visage et tout le maquillage, en passant toutes les autres étapes de ton soin de visage. Tu avais prix des vacances du lavage des dents et de l'activation de tes alarmes également... Ton ventre gargouilla et tu compris une autre chose : tu n'avais pas mangé depuis le matin précédent non plus. Tu soupires, mais tu souris juste après, te dirigeant dans la cuisine. Tu repenses à cette aura innocente.

Ah, tu ne devrais pas laisser tomber. Tu n'étais pas si fatiguée que ça, au final.

C'est vraiment incroyable. C'est un sentiment si étrange, mais si joyeux. Et si motivant. Est-ce ça, l'amour ?

__________



thank you oxy-nii
Revenir en haut Aller en bas
 
healing * kaori
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kagerou Project RPG :: MEKAKUCITY :: Centre Ville :: Quartier Résidentiel-
Sauter vers: