Partagez | 
 

 gears turning perfectly -- Mikumo/Misaki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Autres Comptes : Kirisaki Haku ; Maekawa Amber
Messages : 230
Date d'inscription : 11/01/2014
Localisation : Là ou y a des nendoroids (๑•̀ㅂ•́)و✧
Couleur : FF6600
Fiche de Personnage
Cause de mort: Chute dans les escaliers
Relations:
Capacité: Linking Eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Hinata Misaki

Mascotte ©

MessageSujet: gears turning perfectly -- Mikumo/Misaki   Mar 14 Oct - 23:21

En ce vendredi après-midi, alors que le soleil brille encore, nombre d'étudiants rentrent avec leurs amis en parlant de tout et n'importe quoi, tandis que d'autres restent au lycée avec leurs clubs respectifs, prônant l'entraînement avant tout. Or Misaki ne fait aujourd'hui partie d'aucun des deux groupes, et remarquant cela sans laisser échapper un soupir. La brunette est encore coincée dans une salle de classe pour une raison tellement simple qu'elle en serait risible pour peu. Trop de retards ces derniers temps, du fait que la brunette dorme de plus en plus à l'approche des saisons froides, accumulant aussi les mots dans cet espèce de carnet retraçant son parcours scolaire. Tant de points compliqués pour simplement dire que par un vendredi après-midi juste avant la délivrance du week-end, Misaki est collée, deux heures pour être précis. Pas seulement à cause de ses retards pour dire vrai, mais aussi pour causer trop de problèmes ici et là, outre ses absences à répétition.

Misaki travaille bien, décrochant sans vrai travail des notes décrites comme bonnes par les divers professeurs de la mascarade scolaire. Il est vrai que d'atteindre une moyenne de presque 90% sans réel travail est un fait dont la brunette pourrait se vanter, et autant dire que la petite Misaki ne se réprime aucunement sur ce point, laissant parler son orgueil et sa fierté au dépit des oreilles et des nerfs de ses camarades. Pas étonnant qu'elle se retrouve seule souvent la brunette, on pourrait même dire que c'est dans l'ordre naturel des choses. Mais ce serait alors se moquer d'un être ne désirant qu'être au centre de l'attention. Soupir.

Et puis pour continuer sur la longue justification des raisons de cette colle, les pensées de Misaki sont tournées vers un autre point par l'automne approchant rapidement. Cet ami qu'elle a promis d'aider, ce groupe qu'elle doit aller voir. Et c'est à ce moment-là que la lycéenne se décide à montrer une légère timidité, ne pouvant décidément pas comprendre la lunatique personnalité lui étant attribuée. Et soupir pour la seconde fois.

Se balançant depuis maintenant dix minutes, ou le début de la colle, c'est comme si l'éternité passait devant les yeux de la jeune fille ne supportant pas l'ennui d'aucune façon. Les bras derrière la tête, perdant toute féminité, faisant attention à ne pas faire basculer sa chaise en suivant le mouvement du balancement, Misaki est captivée par le plafond plus que par le fait de n'avoir pas eu de travail à faire cette fois et de pouvoir aussi s'avancer sur ses devoirs pour la semaine prochaine par exemple. Chose que la brunette ne fera évidemment pas, respectant sa façon de penser sans y faire de réel écart.

Si il y a un avantage à cette colle, c'est qu'au moins la brunette n'est pas seule dans la salle. Etre seule à une colle est bien triste. Un gars à la tignasse blanche comme neige, peut-être albinos que la petite Misaki connaît de nom et pour avoir aussi mauvaise réputation mais d'une façon différente de la sienne. Misaki c'est plus pour absences, retards, mais aussi insolence face à ses professeurs. L'autre, elle ne sait même pas, elle ne sait plus, il n'est pas elle, alors elle a moins de raison de s'en soucier. Peut-être que son nom commençait par Miku-machin ou quelque chose du même genre.

Le surveillant la fait rire aussi, il a l'air bien mal à l'aise dans cette salle de classe peuplée de seulement deux élèves perturbateurs. Misaki le connaît ce pion, le nouveau, le faux blond. Il est facilement mal à l'aise comme actuellement, ça l'amuse. Elle comprend pas comment il peut avoir voulu surveiller des gosses chiants, mais encore une fois, au final elle s'en fiche pas mal.

S'étirant rapidement sans pour autant arrêter de se balancer sur sa chaise, Misaki commence à ressentir grandement l'ennui en l'instant présent. Et ça l'agace bien tout cela, si bien qu'elle s'éclaircit la voix l'espace d'un instant.

-Qu'est-ce qu'on s'emmeeeerde...

Etre audible et prolonger les syllabes pour intensifier ce même effet, Misaki sait faire, Misaki sait très bien faire. Misaki ne cherche qu'à faire passer le temps plus vite.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Autres Comptes : ninomiya setsuna
Messages : 154
Date d'inscription : 30/05/2014
Localisation : who knows
Couleur : #c00000
Fiche de Personnage
Cause de mort: hypothermie
Relations:
Capacité: favoring eyes

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Kujikawa Mikumo

Mikupedia & Mikutionnaire

MessageSujet: Re: gears turning perfectly -- Mikumo/Misaki   Mer 15 Oct - 21:26



gears turning perfectly

feat. hinata misaki


Il y avait toujours un côté positif et un côté négatif à une situation - enfin, normalement, mais Dieu allait probablement avoir envie de te contredire dans quelques jours juste pour le lol, c'est cool de faire chier des humains insignifiants, j'adore jouer aux Sims hahahaha -. En l'occurrence, tu étais en colle, un statut plutôt récurrent pour toi - on se demande tous pourquoi, tu fais que répondre franchement aux profs pourtant - et il y avait effectivement un aspect positif - t'étais pas tout seul - et un aspect négatif - voir le positif cité ci-dessus -. ... Okay alors pour ceux qui n'ont pas compris parce que j'explique mal, ça veut dire que Mikumo est assez content d'avoir un camarade de colle mais que ça le fait profondément chier d'être surveillé.

Bref. T'avais une feuille d'exercices à terminer avant la fin de l'heure donc, mais ta motivation déjà assez inexistante s'était complètement vaporisée passée la moitié de la feuille. Fallait dire que les maths, ahem, bah ça t'intéressait pas vraiment. Autant le côté philosophique de la chose te passionnait grandement, autant les mathématiques en elles-mêmes, les calculs, tout ça tout ça, atteignaient un niveau assez élevé sur l'échelle des choses qui t'agacent. Tout simplement parce que ta concentration n'arrivait pas à se fixer sur ces lignes de problèmes.

Tout ça pour dire que ça faisait un quart d'heure que tu foutais plus rien et que tu t'appliquais à t'étaler sur ton bureau avec un sourire particulièrement large destiné au surveillant, quel connard. Mais le pire, c'est qu'il disait rien ce con, il se contentait de faire glisser successivement son regard sur ta voisine rousse qui n'avait pas l'air d'être très active non plus et le tas très mou que tu formais sur ton pupitre.

▬ Qu'est-ce qu'on s'emmeeeerde... qu'elle finit par lâcher d'une voix à l'image de sa phrase, bien traînante et dépourvue d'énergie et toi, tu ris, tout aussi sans-gêne et irrespectueux envers le surveillant qu'elle.

Alors tu te redresses avant de t'affaler en arrière cette fois, bien conscient que plus ta tenue et ton attitude étaient nonchalantes, plus ça allait faire chier ce pauvre pion qui n'avait rien demandé. Et pour le coup, tu te sentais pas vraiment coupable : c'était lui qui t'avait emmerdé la dernière fois où tu- où t'avais rien fait en fait, on t'avait accusé et lui, il s'était conformé à ta réputation sans se poser de questions, ce que t'estimais assez injuste pour mériter ta vengeance. Quel petit merdeux.

▬ Je dirais pas non à un peu d'animation, lâchas-tu d'un ton pensif en pianotant sur le bord de ton bureau, songeant à quel genre de châtiment tu pourrais bien lui app-

Trouvé. Comme quoi, il suffisait pas de grand-chose. Et avec un grand sourire, tu entrepris de reculer ta chaise. En restant assis dessus. En te maintenant le plus fort possible. De tout ton poids. Ce qui la faisait crisser contre le sol. Ce qui était absolument chiant. Et en plus tu souriais. Quel enculé.

__________